Version classiqueVersion mobile

Michelet, rythme de la prose, rythme de l'histoire

 | 
Paule Petitier

Présentation des contributeurs

Texte intégral

1Arnaud BERNADET est maître de conférences en langue et littérature françaises à l’Université de Franche-Comté (EA 3187). Il est également membre du CEEI (Paris 7) et de POLART, http://polartnet.free.fr. Ses travaux portent sur la théorie du langage et la poétique. Il a ainsi consacré un essai à Verlaine, L’Exil et l’utopie. Politiques de Verlaine, Presses de l’Université de Saint-Étienne, 2007, et dirigé sur le même auteur un volume collectif aux Presses universitaires de France, Verlaine, première manière, 2007. Plus récemment, il a coordonné deux numéros de la revue Coulisses en collaboration avec Claire Joubert sur Beckett et le théâtre de l’étranger : art, langues, façons (2008-2009).

2Éric BORDAS est Professeur de langue française à l’École Normale Supérieure (Lettres et Sciences Humaines) de Lyon. Spécialiste de stylistique, il est l’auteur de nombreuses études sur Balzac, Stendhal, George Sand, ainsi que d’approches théoriques générales sur la pensée du style. Parmi ses derniers ouvrages : « Style ». Un mot et des discours (Paris, 2008, Kimé).

3Göran BLIX est professeur assistant à l’Université de Princeton, où il enseigne la littérature française depuis 2003. Spécialiste du dix-neuvième siècle, il s’intéresse tout particulièrement à l’époque romantique et à l’imagination historique, et vient de publier un livre sur le rôle de l’imaginaire archéologique dans la culture française (From Paris to Pompeii : French Romanticism and the Cultural Politics of Archaeology, University of Pennsylvania Press, 2008). Il a d’ailleurs publié un grand nombre d’articles sur Michelet, Balzac, Hugo, Flaubert, les Goncourt, et Zola. Son projet actuel est consacré à la question de l’héroïsme dans la culture démocratique.

4Ludmila CHARLES-WURTZ est maître de conférences à l’Université de Tours. Auteur d’une thèse sur la poésie de Hugo (Poétique du sujet lyrique dans l’œuvre de Victor Hugo, coll. « Romantisme et modernités », Honoré Champion, 1998) et membre du Groupe inter-universitaire de travail sur V. Hugo (« Groupe Hugo », Paris 7), elle a publié des articles spécialisés sur Hugo (le plus récent s’intitule « Le lyrisme dans Hernani et Ruy Blas : l’anti-théâtre ? », Hugo sous les feux de la rampe, Actes du colloque d’agrégation organisé par Paris 3 et Paris 4, P.U. P.S., 2008), des éditions critiques (Les Contemplations, « Le Livre de Poche classique », 2002 ; Les Feuilles d’automne, Garnier, en préparation) et des essais (Les Contemplations, coll. « Foliothèque », Gallimard, 2001 ; La Poésie lyrique, Bréal, 2002).

5Guillaume DÉLIAS, ancien élève de l’École Normale Supérieure et agrégé de Lettres modernes, enseigne actuellement au Lycée Aiguerande à Belleville sur Saône. Il s’est intéressé à la question des voix dans l’écriture de l’histoire de Jules Michelet. Son DEA a porté notamment sur les enjeux stylistiques et historiographiques de l’insertion des documents dans le récit historique.

6Aude DÉRUELLE, ancienne élève de l’ENS de Paris, agrégée de Lettres Modernes, est maître de conférences à l’Université d’Orléans où elle enseigne la littérature du XIXe siècle. Elle a notamment publié Balzac et la digression (Christian Pirot, 2004) et une étude du Colonel Chabert dans la collection « Foliothèque » de Gallimard (2007).

7Maria Juliana GAMBOGI-TEXEIRA, docteur ès Lettres (Littérature comparée) de l’Université Fédérale de Minas Gerais (Brésil), est traductrice et étudie les rapports entre histoire et littérature, tout particulièrement à partir l’œuvre de Jules Michelet. Elle se consacre actuellement à une recherche de post-doctorat auprès de la Faculté des Lettres de l’Université Fédérale de Minas Gerais (CNPq, FAPEMIG, FALE/UFMG) concernant les aspects théoriques des Origines du droit français de Michelet.

8Muriel LOUÂPRE, ancienne élève de l’école Normale supérieure, maître de Conférences à l’Université Paris Descartes, membre de l’équipe ANR EUTERPE « La poésie scientifique en France, 1792-1939 », s’intéresse aux modèles et objets abstraits en littérature. Au-delà des jeux formels, il s’agit de suivre le travail de la modélisation comme médiateur du collectif (discours, types, genres) et de l’individuel (comme personne et comme œuvre), en particulier chez des écrivains comme Michelet et Zola, soucieux de faire œuvre dans et par la communauté.

9Éric PELLET est Prag au département de Lettres modernes de l’Université Paris 12, où il enseigne la linguistique française et la stylistique. A publié diverses études sur des questions de stylistique d’auteurs (F. Ponge, H. Bauchau, J. Vallès, L.F. Céline) ou d’analyse de discours (discours historique, discours de la modernité). Auteur de plusieurs collections de grammaires scolaires, a publié Les notions grammaticales au lycée et au collège avec D. Maingueneau (éd. Belin).

10Paule PETITIER est professeur à l’Université Paris Diderot-Paris 7. Après une thèse sur « la géographie de Michelet », elle a poursuivi ses recherches sur cet auteur dans de nombreux articles et plusieurs ouvrages collectifs (comme La Sorcière de Jules Michelet ou l’Envers de l’histoire, Champion, 2004). La réflexion sur l’histoire et la poétique du savoir l’a conduite également vers d’autres auteurs du XIXe siècle (Balzac, Hugo, Mérimée, Chateaubriand, Fromentin…). Auteur d’une biographie de Michelet (Jules Michelet. L’homme histoire, Grasset, 2006), elle a codirigé avec Paul Viallaneix la réédition de l’Histoire de France aux Éditions des Équateurs (2008-2009).

11Claude RÉTAT, chargée de recherche au CNRS, UMR 5611-LIRE (« Littérature, Idéologies, Représentations aux XVIIIe et XIXe siècles »), http://lire.ish-lyon.cnrs.fr/​spip.php?article31.
Ses domaines de spécialité sont la littérature du XIXe siècle, l’interprétation des religions aux XVIIIe-XIXe siècles, Charles-François Dupuis, la littérature maçonnique de la fin XVIIIe et du XIXe siècle. Elle a publié : F.H.S. Delaulnaye, Thuileur de l’Écossisme, édition critique, présentation et documents inédits, Paris, Dervy, 2007 ; Alexandre Lenoir, La Franche-Maçonnerie rendue à sa véritable origine… (1814), préface et documents, Paris, Gutenberg Reprint, 2007 ; Hugo, « La Légende des siècles » de 1859, Paris, SEDES, 2001 ; X, ou le divin dans la poésie de Victor Hugo à partir de l’exil, Paris, CNRS Éditions, 1999.

12Myriam ROMAN, ancienne élève de l’École Normale Supérieure et agrégée de lettres modernes, Myriam Roman a fait sa thèse à l’Université Paris Diderot-Paris 7 sur les romans de Victor Hugo, sous la direction du professeur Guy Rosa (thèse publiée sous le titre Victor Hugo et le roman philosophique, Champion, 1999). Maître de conférences à l’Université Paris IV-Sorbonne, elle s’intéresse aux relations entre littérature et philosophie au XIXe siècle, et dans ce cadre, à la question de la nature et du naturalisme à l’époque romantique.

13Sayaka SAKAMOTO est assistante à l’Université de Tokyo (campus Komaba). Elle a publié des articles sur la question de la vision et de la représentation chez Michelet et soutenu en 2009 une thèse intitulée : « Les spectacles de l’histoire dans l’œuvre de Jules Michelet » sous la direction de Paule Petitier à l’Université Paris Diderot - Paris 7.

14Gisèle SÉGINGER est professeur à l’université Paris-Est, responsable du Centre de recherche « Littératures, Savoirs et Arts » (LISAA EA 4120). Elle est membre de la rédaction de la revue Romantisme, du Conseil de rédaction de la revue Nineteenth Century French Studies, responsable de la série « Gustave Flaubert » aux Éditions Minard/Lettres Modernes, et directrice de la collection « Formes et Savoirs » aux Presses Universitaires de Strasbourg. Elle a publié des travaux sur la littérature du XIXe siècle et des éditions de textes. Elle participe à la réédition des Œuvres complètes de Flaubert dans la Bibliothèque de la Pléiade (Gallimard) et elle est responsable de l’édition d’un Dictionnaire Flaubert aux éditions Champion.

15Judith WULF est maître de conférences à l’Université Rennes 2, où elle enseigne la littérature du XIXe siècle et la stylistique. Ses travaux portent sur la langue et le style des écrivains du XIXe siècle, et elle s’intéresse plus particulièrement aux questions touchant au roman, au romanesque et aux formes narratives. Membre du groupe de recherche sur Victor Hugo, elle a publié une étude sur La Légende des siècles (Atlande, 2001), une édition de Quatre-vingt-Treize (GF 2002) et un ouvrage collectif sur Hernani et Ruy Blas (Lectures du théâtre de Hugo, PUR, 2009).

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search