Version classiqueVersion mobile

Les entrepreneurs du coton

 | 
Mohamed Kasdi

Chapitre 2. L’apparition des « toiles mélangées » (1700-1760)

Texte intégral

  • 1 Christophe Dieudonné, 1972.

1La plupart des études d’histoire économique sur les provinces septentrionales qui ont formé le futur département du Nord ont fait peu de place à l’industrie de la fibre coton. Sans doute la période du « triomphe » de l’industrie cotonnière, caractérisée par les quantités produites et par de nouvelles structures de production, se situe-t-elle dans la période post-révolutionnaire mais il est aussi vrai que, deux siècles avant l’avènement de la « grande industrie », le coton est communément utilisé à la production d’étoffes dans la région. La rareté des sources statistiques sur cette industrie pour l’époque moderne comparée à leur multiplication au XIXe siècle explique en partie ce désintérêt des historiens pour le coton d’Ancien Régime. Ce qui leur importait d’ailleurs, c’était moins les produits eux-mêmes que les structures de la production. Il s’agissait de dater une rupture et de démontrer l’existence du fameux « take off » et l’étude de la nature de ces changements qui devaient apparaître dans toute leur radicalité ou « modernité » a été privilégiée. Souvent fondée sur les statistiques des préfets du XIXe siècle, celle de Dieudonné pour le Nord, leur analyse du « décollage industriel » reposait sur la comparaison entre les dernières années de l’Ancien Régime (à la conjoncture économique difficile et au système politique « condamné ») avec un dix neuvième siècle prometteur1. Sur ce point-là, la reprise spectaculaire décrite par le premier préfet faisait coïncider de manière éclatante le démarrage industriel et l’avènement du nouveau régime.

2En même temps que le coton est considéré comme le secteur leader, voire le symbole de la révolution industrielle, le moment du démarrage économique a souvent été présenté comme le début de la demande de ces produits textiles. On touche là une deuxième difficulté dans la pesée du secteur cotonnier sous l’Ancien Régime, tant « les toiles anciennes » incorporent à dose variable du coton. Cela est particulièrement vrai à l’échelle d’une ville ou d’une région qui se définissent souvent simplement par les « produits de leur fabrique » et qui, derrière des termes génériques de toiles, ne dévoilent que très rarement leur nature précise et changeante.

3Il ne faudrait certes pas surestimer les productions mais on est frappé par le fait que la fabrication d’un bon nombre de produits utilisant le coton a été entreprise très tôt, au XVIIe siècle pour certains textiles, mais avec plus ou moins de réussite. Succès, abandons ou tentatives, il s’agira de repérer le coton dans ces toiles, de dater leur fabrication, et de mesurer l’évolution que dessine cette industrie sous l’Ancien Régime.

4L’origine étrangère de la matière et des toiles de coton en a fait un produit de consommation qui a d’abord nécessité son importation. Les textiles de coton furent longtemps produits à l’étranger avant de devenir des produits de l’industrie nationale et des facteurs de développement économique. L’intérêt naturellement réside dans l’analyse des circonstances qui permirent d’inscrire cette production de manière durable dans la gamme des fabrications nationales et plus particulièrement dans celles du Nord, encore que, comme nous le verrons, les deux échelles de développement soient indissociables. La compréhension des éléments qui permettent le passage de marchandises importées à celles de produits fabriqués nous oblige à considérer le commerce des produits cotonniers et des politiques qui lui sont attachées.

Le mercantilisme à l’épreuve du développement de l’industrie cotonnière

  • 2 Jean-Yves Grenier, 2007.
  • 3 Philippe Minard, 1998.

5D’abord objet d’un commerce international puis de fabrication sur le territoire, le coton apparaît comme un enjeu de la compétition internationale. L’abondante législation portant sur le commerce de la fibre ou des différents tissus de coton a de quoi décourager l’historien qui voudrait maîtriser l’ensemble de cette littérature. Le nombre de ces textes et arrêts montre d’ailleurs qu’il est vain de tenter d’y trouver un régime unique et cohérent qui s’appliquerait en même temps et d’une manière identique à l’ensemble de ces produits ; et c’est à partir de ce constat que le mercantilisme a été l’objet de vives critiques de la part de l’école libérale dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle2. Opposés à l’intervention de l’État, surtout à ses politiques dans le domaine du commerce international, aux entraves à la liberté des échanges, ces auteurs ont pointé l’absence d’une théorie bien formée sur la création des richesses. L’inexistence d’une théorie générale ne signifie pourtant pas absence de politiques dont l’analyse doit s’inscrire dans les différents champs d’investigation de l’État. Par ailleurs, l’intervention des administrateurs ne s’est pas faite, de manière unilatérale, dans le but de contrôler des manufacturiers, tous épris de liberté3.

  • 4 Pierre Deyon, 1969.
  • 5 Jean-Claude Perrot, 1992.

6À observer le temps long, les historiens ont pu dégager les idées essentielles de cette politique qui se voulait d’abord pratique4. Le mercantilisme était entièrement tourné vers l’action et les acteurs et les praticiens n’ont pas cherché à le théoriser. Souvent impliqués dans les affaires et confrontés à des problèmes économiques concrets, ils ont cherché des réponses précises, pratiques et opérationnelles5. Le système s’inscrit alors dans un contexte, mieux dans la conjoncture économique et sociale propre à une époque et à chacun des pays. Si toutes les monarchies européennes se sont engagées dans la voie de l’intervention économique, la manière de chacune a cependant varié.

7Le mercantilisme est indissociable de la volonté de la puissance de l’État sur un territoire déterminé. Or, dans la France d’Ancien Régime, l’État monarchique de plus en plus puissant eut à gouverner un territoire de plus en plus grand. Le rattachement des régions conquises et leur adhésion politique et économique au royaume entraînaient des conventions sous forme de régimes particuliers. Ainsi en fut-il des « provinces réputées étrangères » qui bénéficièrent dans certains cas de privilèges particuliers mais qui dans d’autres cas furent soumises à la loi générale.

  • 6 J. Morini-Comby, 1930.

8À l’origine les mercantilistes prêtent une grande attention aux mouvements monétaires, aux sorties de numéraire et à la nécessité des importations vitales aux fabrications françaises, ce qui les pousse à voir dans les produits la source de la prospérité La nécessité des échanges s’impose pour les auteurs de l’époque qui, de Bodin à Montesquieu, donnent aux échanges extérieurs la même origine : l’inégale répartition géographique des produits6.

9Cependant, si les échanges entre États sont nécessaires parce qu’ils correspondent à une inégale répartition des possibilités productrices, la liberté du commerce est considérée dans la réciprocité et la complémentarité. La libre concurrence sur des marchés où les produits sont similaires, surtout quand il y a un déséquilibre né d’une inégalité historique de développement, est une idée réfutée par l’ensemble des auteurs. Pour Colbert, le commerce doit s’exercer librement mais une surveillance étroite s’impose à la fois sur la nature des produits et sur les volumes des échanges dont la balance doit être favorable. La « guerre d’argent » se traduit par une aversion pour l’importation des objets de consommation improductive, de consommation pure et surtout de ceux considérés comme des produits de luxe. En même temps, les auteurs reconnaissent la nécessité de l’introduction des matières préalables aux réexportations et des produits qui ne peuvent se fabriquer sur le territoire national. Le solde de la balance est du début à la fin de la période le moyen le plus sûr d’obtenir l’abondance des métaux. Il suppose une attention et une addition des balances particulières à chaque marchandise. L’intensité des importations de certains tissus de coton sur une période donnée pourra être considérée comme néfaste alors qu’en même temps, d’autres étoffes employant la matière jouiront de régimes différents.

10Les politiques commerciales menées au cours des siècles sont en réalité indissociables de la politique manufacturière et agricole. La puissance d’un État se juge aussi par les hauts chiffres de sa population et par l’activité qu’elle déploie, pour satisfaire la consommation intérieure et les échanges extérieurs. La protection du travail national impose des limites au commerce qui peut s’avérer destructeur de l’industrie sur le territoire. Ainsi, la limitation à l’introduction, voire la prohibition de certaines étoffes de coton ont trouvé une justification à la fois dans la volonté de limiter la sortie du numéraire, conséquence d’une balance défavorable, et dans la protection des fabriques nationales.

11Si certains pays, comme l’Angleterre, adoptèrent la prohibition pour certaines toiles, d’autres jugèrent que leur intérêt n’était pas dans l’interdiction mais dans le développement d’un commerce qui répondait à une demande. La demande intérieure, c’est-à-dire les besoins des consommateurs, est un des éléments essentiels à prendre en compte pour pouvoir juger de l’évolution et de l’efficacité des mesures prises pour assurer le développement économique. Les politiques menées sous l’Ancien Régime tinrent naturellement compte de cette variable et s’engagèrent de manière ferme à faire produire sur le territoire des produits demandés par les consommateurs.

12C’est le deuxième versant de la politique industrielle des mercantilistes qui se voulaient aussi offensifs dans le développement économique. La nécessité de permettre qu’un produit importé en grande quantité puisse être fabriqué en France a pu s’imposer à condition toutefois que ces nouvelles activités ne sapent pas les équilibres préalablement établis. Devenues productions nationales, ces industries sont alors l’objet d’une protection à l’égal des fabrications traditionnelles qu’elles côtoient ou qu’elles ont supplantées.

13Il nous faut donc revenir sur la politique commerciale de la monarchie française, sur ses principes et surtout ses pratiques qui ont puissamment contribué à déterminer le rythme du développement de l’industrie cotonnière sur le territoire et dans la région du Nord de la France.

L’influence du commerce des toiles de coton sur la région

  • 7 Certainement originaire de Fostat en Égypte, d’où il tire son nom, ce tissu dont la chaîne est de l (...)

14La multiplication des échanges entre l’Orient et l’Occident à l’époque de la conquête arabe marque une période importante dans la diffusion des produits cotonniers. La futaine, première toile, qui emploie le coton comme matière première, importée en Occident, est vite imitée en Europe7. Si ces tissus sont l’objet d’un commerce intense dès l’époque médiévale, il faut attendre l’extrême fin du XVIe et surtout le début du XVIIe siècle pour que l’ensemble des pays de l’Europe de l’Ouest commencent à produire des futaines.

15Si le Moyen Âge a été l’époque de l’importation de la futaine autour de la Méditerranée, mousselines et toiles peintes sont l’objet d’un commerce qui se développe aux XVIe et XVIIe siècles en lien avec l’essor des ports de l’Atlantique porté par les échanges avec l’Inde. S’il est difficile d’évaluer de manière continue les quantités débarquées dans les ports du ponant, on sait qu’elles furent importantes et à l’origine de l’arrêt du 26 octobre 1686 qui interdit le commerce des toiles peintes ainsi que l’impression de ces étoffes sur le territoire national.

 

16On a pu voir dans le chapitre précédent que, malgré l’interdiction du port de vêtements de toile imprimée, les garde-robes en contiennent tout au long de la période de prohibition. Faire respecter l’arrêt a pu être plus difficile dans une région frontalière des Pays-Bas autrichiens, à partir desquels les toiles peintes importées par la compagnie hollandaise (VOIC) pénètrent en contrebande sur le sol national.

  • 8 Edgard Depitre, 1912 ; Christian Pfister, 1985.

17Ainsi le port franc de Dunkerque sert, au début du XVIIIe siècle, d’entrepôt pour les toiles peintes importées par les Hollandais ou les Anglais8. Ce sont surtout les premiers qui alimentèrent d’abord de manière officielle puis en contrebande une large partie de la France du Nord. L’étroitesse du marché intérieur des Provinces-Unies l’oblige à la réexportation d’une partie de ses cargaisons, dont les textiles indiens occupent une place croissante, dans les trois premières décennies du XVIIIe siècle, à un moment où ses principaux concurrents avaient fait le choix d’interdire l’importation des toiles peintes. La proximité et la particularité des provinces du Nord en firent un des débouchés pour les Provinces-Unies.

  • 9 Firmin Lentacker, 1973.

18Le lent rattachement à la France des provinces de Flandre et du Hainaut ne fera que limiter mais sans jamais le faire disparaître, un commerce qui existait avec les anciens Pays-Bas septentrionaux et méridionaux. L’implantation de la frontière entre la France et ce qui deviendra la Belgique, tout comme l’élaboration d’un tracé reconnu par les différents États européens, forment une histoire plus que séculaire9. La Guerre de Dévolution avait permis à la France d’étendre son autorité sur une large partie des Pays-Bas espagnols et le traité d’Aix-La-Chapelle (1668) d’annexer en Flandre Maritime les villes de Bergues et Furnes ; en Flandre intérieure, celles d’Armentières, Menin, Courtrai, Audenarde, Ath, Tournai, Lille et Douai ; en Hainaut, les enclaves de Binche et Charleroi. L’Espagne se réservait de larges parties de la Flandre, de l’Artois, du Hainaut et du Cambrésis, ce qui aboutissait à une frontière qualifiée de « pêle-mêlée ». Avec les guerres de Hollande et de la Ligue d’Augsbourg sanctionnées par les traités de Nimègue (1678) et de Ryswick (1697), on revint à des tracés de frontières plus réguliers sans pour autant supprimer les nombreuses enclaves de part et d’autre.

19Ces conflits territoriaux, qui trouvent leurs origines pour une large part dans la guerre économique qui oppose les grandes puissances européennes et au premier chef la France de Colbert aux Provinces-Unies, imposent des recompositions d’espaces économiques. En même temps, l’insertion de ces régions récemment conquises dans un nouvel espace politique et économique, dans la mesure où elle pouvait se traduire par une déstabilisation des cadres anciens, ne se fit que de manière progressive. Ainsi le statut de « provinces réputées étrangères » accordé aux territoires conquis reflète la volonté de tenir compte des réalités et des situations politiques, économiques et sociales propres à ces régions.

  • 10 AM Lille, A. G/1191.
  • 11 ADN, C 1052.

20Afin de « traiter favorablement ses nouveaux sujets », la France accorde en 1671 aux provinces cédées à Louis XIV, par les traités des Pyrénées et d’Aix-La-Chapelle, un régime particulier portant sur les droits d’entrées et de sorties des marchandises10. La Flandre et le Hainaut se voient assujettis à des tarifs inférieurs à ceux des nations étrangères, sur toutes les marchandises et denrées qu’ils tirent de « l’ancienne France » et qu’ils y introduisent. En même temps, l’arrêt du 13 juin 1671 les exempte du droit de sortie pour les produits manufacturés sur leur sol ; des droits légers sont exigés pour les matières premières exportées à l’étranger11. Ce système, simple en apparence, va connaître, jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, de nombreuses entorses nées de circonstances conjoncturelles particulières et aussi de la volonté, lente mais assurée, de la part de la monarchie d’aboutir à l’unification du territoire national. Elle n’hésitera pas dans certains cas à sacrifier le régime pour certains produits et accordera, par exemple, des privilèges pour l’introduction des toiles de basin à l’intérieur des Cinq Grosses Fermes. Inversement, pour les marchandises en transit, l’État imposera le tarif de 1664, et pour certains produits dont l’intérêt est jugé capital pour l’industrie nationale, ces provinces seront soumises au régime général.

21Une des premières conséquences de la situation limitrophe de la région et des nombreux déplacements de la frontière, c’est la facilité avec laquelle s’exerce la contrebande et le peu d’efficacité dans l’application des lois sur la prohibition des toiles peintes, qui s’applique sur l’ensemble du territoire, « provinces réputées étrangères » comprises.

  • 12 ADN, C 300.

22En 1690, l’intendant de Flandre, Dugué de Bagnols, fait état des quantités de marchandises venues de Hollande et des Pays-Bas espagnols et introduites en fraude de droits au grand préjudice de la France. Il observe qu’il entre « journellement à Menin des toiles de la châtellenie de Courtrai sous la déclaration des manufactures des villages et lieux de la verge de Menin » alors possession française12. En 1694, l’intendant du Hainaut, Voisin, se plaint de la difficile application du droit de visites, du fait de la mauvaise volonté des marchands fraudeurs, pour empêcher la contrebande des marchandises « comme draps, mousselines, dentelles, toiles de coton et étoffes des Indes ». Ce sont encore, en 1706, les demandes d’Étienne Maignart, intendant de Flandre maritime, pour faire appliquer une marque sur les toiles alors qu’elles sont encore sur le métier pour éviter le commerce frauduleux. Celui-ci porte alors sur « les toiles rayées ou teintes venant de Bruges, Courtrai et autres lieux » et qui entrent à Ypres sous de fausses déclarations comme provenant des pays conquis.

  • 13 AM Lille, A. G/157.

23Lors de la guerre de Succession d’Espagne (1702-1713) et après la série de victoires des puissances maritimes au lendemain de la bataille de Ramillies (23 mai 1706), l’interdiction du port de vêtements et du commerce de toiles peintes ne s’appliquait plus aux villes tombées aux mains de l’ennemi. Durant l’occupation de la ville de Lille par les Hollandais entre 1708 et 1713, l’introduction des toiles indiennes avait refait son apparition de manière officielle dans la cité. En 1710, par exemple, une saisie de marchandises venant de Gand et Courtrai pour le compte de marchands lillois énumère les grandes quantités de toiles bleues, rayées, mousselines et futaines qui sont introduites dans la ville occupée13.

  • 14 ADN, C 3864.

24Dans les années 1730, la communauté des marchands de la ville de Lille expose à Moreau de Séchelles, intendant en Flandre, « l’extrême misère qui règne en cette province par l’inexécution des arrêts du Roy (du 8 octobre 1726 et du 28 novembre 1730) portant des défenses très expresses de se servir dans le port et usage d’aucune toiles peintes, indiennes et autres manufactures étrangères dans toute l’étendue de sa domination sans aucune exception des villes et provinces frontières et pays limitrophes de son royaume »14. D’après ces marchands, le peuple ne porte presque plus en cette province d’autres habillements que ces étoffes prohibées malgré les interdictions réitérées. Les marchands lillois ne vendent presque plus rien puisque « les belles marchandises de France et de cette ville sont méprisées ce qui cause que les ouvriers languissent dans l’état d’une malheureuse et indigente oisiveté… ». On demande à l’intendant de faire preuve d’autorité car les publications répétées des arrêts du roi n’ont pas suffi à empêcher le port et l’usage de ces marchandises, sources de ruine et de décadence du commerce.

  • 15 Edgard Depitre, 1912.
  • 16 Philippe Haudrère, 1989, tome 2, chapitre 4.

25Contrairement à la toile peinte dont l’introduction et le port sont prohibés, les importations de mousselines sont autorisées tout au long de la période. L’arrêt du 26 octobre 1686 qui interdisait l’introduction des toiles peintes ne concernait pas l’entrée, la vente et le débit des toiles de coton blanches et des mousselines sur le territoire national15. Cette décision visait à maintenir les activités de la Compagnie des Indes, seule autorisée à importer ces produits qui représentaient les trois quarts des textiles de ses cargaisons de retours16. De 1730 à 1750, les importations annuelles de ces toiles passent de 100 000 à 300 000, pour s’établir après 1765 aux alentours de 200 000 pièces par an. Le commerce de la compagnie ne suffira cependant pas à satisfaire à la demande intérieure et à empêcher une intense contrebande notamment sur les frontières du Nord et de l’Est.

La fabrication des toiles de coton sur le territoire national

26Il est logique que ce soit la futaine, première toile composée de coton à être importée en Europe, qui devienne la première étoffe copiée et fabriquée en Occident.

  • 17 Olivier Zeller, 1987, p. 103-117.
  • 18 Serge Chassagne, 1998, p. 129-141 ; Pierre Boissonnade, 1927.
  • 19 Frédérick Lebrecht, 1997.
  • 20 AM Roubaix, HH12/5.

27À partir des grands courants commerciaux transalpins l’industrie s’installe à Lyon entre 1543 et 154917. Dans la première décennie du siècle suivant, de nombreuses villes du territoire français obtiennent de la monarchie des privilèges pour cette manufacture. C’est sous le règne d’Henri IV que les maîtres futainiers de Montpellier obtiennent en 1600 un statut, les manufactures de Tours, Rouen et Troyes sont réglementées entre 1603 et 160918. Dans la région, le corps des bourgeteurs de la ville de Lille obtient en 1528 de Charles Quint l’autorisation d’utiliser le coton pour confectionner des futaines19. Moins d’un siècle plus tard, le 3 mars 1609, le Conseil de l’Archiduc d’Autriche rend à Bruxelles un arrêt qui permet à 10 localités de la châtellenie de Lille : Roubaix, Tourcoing, Wattrelos, Mouvaux, Roncq, Neuville-en-Ferrain, Linselles, Marcq-en-Barœul, Croix et Wasquehal de faire des « ouvrages de trippes de grosses étoffes, bourats et futennes »20.

La nature des toiles produites dans la région

  • 21 AM Roubaix, HH50 à HH80.

28À Lille, la fabrication de ces toiles par les bourgeteurs est incluse dans un ensemble de productions textiles aux étoffes variées où la matière coton n’est présente que dans certains cas. Quand ils existent, les recensements font état des « métiers battants » ou bien du nombre d’apprentis, et rarement de détails suffisants sur le type de produits fabriqués. Par ailleurs, quand les sources sont disponibles, l’historien doit se méfier du terme générique utilisé, car une dénomination identique pour une étoffe peut renvoyer à l’utilisation de matières différentes. Pour quelques villes de la châtellenie, nous possédons les registres des toiles apportées au scel de la ville de Roubaix. Tout comme Tourcoing et Wattrelos, Roubaix est choisie, en 1609, comme localité où l’égarderie scellera les toiles produites dans la ville ainsi que celles de Croix, Marcq-en-Barœul, Flers et Hem. Si quelques relevés existent pour les premières décennies, leur état de conservation rend leur utilisation difficile avant 1680 mais il est par contre ensuite possible de suivre, presque sans discontinuité, la production de futaines dans le ressort de la ville de Roubaix jusqu’à la fin de l’Ancien Régime21.

29On peut distinguer des tendances dans l’évolution de la production roubaisienne de toiles mélangées de coton. Tout au long du XVIIe siècle et jusqu’au début des années 1730, l’industrie de la futaine produit des quantités négligeables. Les quelques chiffres que l’on a pu relever avant 1680 ne sont jamais supérieurs à une production annuelle de 500 pièces. Dans la période suivante, les états de fabrication ne montrent pas d’évolution nette : les moyennes décennales s’échelonnent dans des petites quantités comprises entre 500 et 1 000 toiles.

30Si on sait que la futaine produite, au cours de cette période, dans le ressort de la fabrique roubaisienne mesure 46 centimètres de large pour une longueur de 24 aunes (16,60 mètres), les sources ne nous renseignent pas sur la diffusion de sa consommation. L’utilisation à usage de doublure pour les vêtements ou pour la confection d’habits épais destinés à un marché populaire ne nous a pas permis de rencontrer l’étoffe dans les garde-robes du début du XVIIIe siècle. Pourtant, il est sûr que la production de la futainerie de la châtellenie de Lille était à l’usage d’un marché local très restreint jusque dans les premières décennies du siècle.

31La deuxième période qui s’ouvre dans les années 1730 témoigne d’une nette augmentation de la production roubaisienne qui franchit le palier des 2 200 toiles fabriquées en moyenne décennale. On ne peut pas comprendre cette évolution si on ne prend pas en considération la nature différente de « la futaine » à partir des années 1730. L’approche de la transformation du produit s’observe à l’échelle du territoire et nous oblige à quitter momentanément l’analyse du mouvement de la production roubaisienne que nous retrouverons plus loin dans le chapitre.

De la futaine au basin

32Bien que les égards de la ville de Roubaix continuent, jusqu’à la Révolution Française, à comptabiliser ces toiles en les désignant comme « futaines », de nombreux documents et les producteurs eux-mêmes parlent de « basins » pour désigner ces productions. Il s’opère au début du XVIIIe siècle un changement dans la production de ces tissus qui se traduit par une plus grande finesse de l’étoffe. Le changement de dénomination de la toile ne se fait que progressivement et les deux termes restent longtemps associés.

  • 22 Pascale Gorguet Ballestéros, 2001.
  • 23 AM Lille, A. G/1177.

33Il semble que le terme de basin, diminutif de bombasin, dériverait de bombacium, traduction en bas latin du mot coton (pambach en persan), dont l’étoffe mélangée de coton aurait conservé cette empreinte linguistique22. Le terme de « bombasin » paraît avoir été largement utilisé dans les Pays-Bas espagnols au XVIIe siècle, et les sources parlent de fabriques de « bon basins » pour désigner les futaines produites à Roubaix23.

  • 24 Pierre Bonnassieux et Eugène Lelong, 1979.

34Le début du XVIIIe siècle voit l’utilisation croissante de ce dernier terme et les sources attestent d’importations de toiles de basins, sur le territoire national, à partir des Provinces-Unies et des Pays-Bas autrichiens. La lecture des procès-verbaux du bureau du commerce témoigne de la vigueur de ces échanges destinés pour partie à une consommation intérieure mais aussi préalable aux réexportations24. En 1719, par exemple, les négociants de la ville de Nantes demandent l’autorisation de faire venir de Hollande des basins qui leur sont nécessaires pour la traite des noirs en Guinée. C’est certainement aussi en vue des échanges avec l’étranger que des négociants de Bayonne demandent, encore en 1747, des acquis à caution pour leurs achats de basins faits à Bruges et qu’ils désirent acheminer par voie terrestre. On relève les mêmes origines géographiques pour les toiles que des négociants rouennais en 1739 ou parisiens en 1748, veulent introduire pour satisfaire la consommation intérieure dont la demande se fait croissante au cours du siècle.

  • 25 Serge Chassagne, 1998.

35Le changement de la nature dans la fabrication de ces toiles peut aussi s’observer à partir de la multiplication des demandes faites au même bureau du commerce portant sur l’établissement de nouvelles réglementations pour la fabrique des basins. Entre 1720 et 1742, on relève 14 propositions soit pour des changements dans les réglementations anciennes, soit pour l’élaboration de nouveaux statuts pour cette manufacture. La diversité des lieux de provenance de ces demandes prouve d’abord la dissémination de cette industrie : dans le Lyonnais et le Beaujolais, la région de Troyes, celle de Rouen et la Normandie, le département de Nantes et autour de Montauban notamment à Négrepelisse. La liste des régions n’est pas exhaustive, on le verra pour le Nord, et il faudrait au moins y ajouter la région de Montpellier où, dans les années 1720, plusieurs fabricants font battre « des métiers à faire basins »25. Une grande partie de ces demandes émane de régions versées depuis longtemps dans la fabrication de futaines, c’est le cas de la région de Lyon et du Beaujolais qui dépose plusieurs requêtes, notamment en 1727, pour obtenir la réduction du poids des écheveaux des fils de lin et de chanvre. La manufacture de Troyes est à elle seule à l’origine de 4 mémoires visant à des modifications du premier arrêt du 4 janvier 1701 réglementant la manufacture de futaines et basins de Troyes. Cette multiplication de demandes de réglementation ne traduit pas une frilosité dans la mesure où elles n’émanent pas de villes désireuses de conserver leurs privilèges au détriment du plat pays mais elles proviennent d’ensembles régionaux : elle montre la volonté de répondre à la demande d’un marché qui est à conquérir.

Le développement de l’industrie cotonnière dans la région

36La première moitié du siècle se caractérise par un essor de l’industrie du coton : à la fois par un renforcement de cette activité dans les zones où le travail du coton existait déjà et par sa diffusion géographique dans des régions où il n’était pas encore établi. De nombreuses localités vont entreprendre la fabrication du basin mais aussi, avec moins de succès, la production d’autres toiles de coton.

La limitation des importations comme préalable à l’industrialisation

  • 26 ADN, C 9087.
  • 27 ADN, C registre Flandre maritime 38.
  • 28 AM Lille, A. G/1188 dossier 1.

37L’introduction des toiles de basin, à partir des Provinces-Unies et des Pays-Bas autrichiens, avait créé une demande à laquelle les manufacturiers de la région allaient tenter de répondre. Dans le but de lutter contre les importations croissantes de futaines et basins et pour défendre la fabrication nationale de ces produits, un arrêt du conseil du 22 mars 1692 avait limité l’entrée de ces toiles aux bureaux de Rouen et Lyon et imposé la perception d’un droit de 4 livres pour chaque pièce mesurant 15 aunes26. Cette décision qui s’applique aux Cinq Grosses Fermes et aux régions conquises semble avoir eu peu d’effet et la contrebande se substitue au commerce officiel. En 1693, Pontchartrain se fait l’écho des plaintes des manufacturiers et des marchands du royaume touchant à l’introduction des toiles des « pays ennemis »27. Les indignations du contrôleur général sont transmises à l’intendant de Flandre et visent les régions conquises, ici la châtellenie de Bailleul qui utilise de faux plombs pour introduire dans les provinces du royaume ces basins. À la fin des années 1720, le Magistrat de Lille dénonce la pratique de « plusieurs marchands (qui) pour ôter la connaissance de la fabrique des basins ou futaines étrangères qu’ils introduisent en fraude des droits… les font plomber de la marque de cette ville »28.

38Ce n’est que dans les années 1730 que la fabrication de ces toiles se développe dans la région grâce à une double intervention de la monarchie qui va charger de lourds droits l’entrée de ces tissus et susciter ici l’installation de cette manufacture.

  • 29 ADN, C 2844.
  • 30 AM Lille, A. G/1189 dossier 2.

39En 1735, le mémoire d’un dénommé Lemieuvre au Magistrat de Lille présente ainsi la situation : « Le fil de coton est employé en Hollande à faire des basins et futennes de plusieurs finesses lesquels sont en grand débit en France, la chaîne est composée de fil blanc et coton et la trame de coton. Si on s’attache à cette manufacture et à perfectionner le filage de coton, on peut espérer en tirer beaucoup d’avantages tant parce que les basins d’Hollande sont chargés de droits d’entrée de France que parce qu’on ne peut tirer de marchandises de quelques pays que ce soit sans qu’il en coûte quelques droits de sortie en commission voiture et menu frais. Le fil de coton est pareillement employé à Bruges en Flandre à faire des basins moins fins que ceux d’Hollande… On a depuis peu reconnu en France qu’il est avantageux d’imiter les manufactures étrangères puisqu’on en a établi à Troyes, en Champagne et à Valenciennes »29. Un deuxième mémoire anonyme, écrit l’année suivante, confirme l’importance des nouveaux tarifs mais il se fait plus précis dans la diffusion de l’industrie du coton dans la région : « En l’an 1700, il n’y avait que 3 ou 4 marchands de coton à Lille. Depuis ce temps là, les manufactures de coton et le basin de Bruges ont été chargées de gros droits d’entrée ce qui a fait que les sayeteurs et bourgeteurs ont imité les manufactures étrangères des mouchoirs qu’on nomme fichus et dont ils ont une forte consommation. D’autres ouvriers de Lille et de la châtellenie (Roubaix) ont aussi imité les basins de Bruges et ils y ont réussi… »30.

Quelques exemples dans le cadre des proto-fabriques

La proto-fabrique de Valenciennes

  • 31 L’essentiel des sources sur la fabrique de basin de Valenciennes provient du dossier ADN, C 9087.

40C’est à l’initiative de l’intendant du Hainaut, Moreau de Séchelles que la fabrication de basins est entreprise à Valenciennes31. Dans une correspondance avec le contrôleur général des finances, au mois de mai 1731, il explique l’enjeu de l’introduction de cette fabrique sur le territoire national et la nécessité de la mobilisation des différentes échelles institutionnelles : « Il y a dans le royaume plusieurs établissements de futaines et basins principalement à Troyes et en Beaujolais mais la qualité en est commune et la plus fine marchandise de cette espèce se tire de Hollande et principalement de Harlem, il y en a aussi une fabrique considérable à Bruges que l’on prétend y avoir été transportée de Valenciennes où elle était autrefois en grande faveur. Un habitant de Gand nommé T’Kint, homme vif et ayant un bien considérable a imaginé d’établir une manufacture de cette espèce dans la ville de Gand, il a même été secouru par le magistrat mais les magistrats de la ville de Bruges craignant le succès de son entreprise lui ont suscité différents procès, nous l’avons excité à venir dans cette ville et nous avons promis de l’aider en tout ce qui dépendra de nous… Le magistrat (de Valenciennes) a fait avec ce particulier un accord… Nous vous demandons Mr de vouloir bien confirmer ce que le magistrat accorde de ce qui est en son pouvoir et aussi de vouloir être bien favorable aux autres demandes qui concernent les droits du Roy ». La demande est favorablement accueillie à Paris et on loue l’action de l’intendant qui évite les sorties d’argent au profit des puissances étrangères.

41Avant d’arriver à Valenciennes, T’Kint avait établi à Gand une manufacture de basins en association avec un certain Pedre Cardon. Un différend avait opposé les deux hommes à propos d’emprunts contractés par le second et un jugement rendu devant la cour de Malines avait, semble-t-il, été favorable au premier comparant.

42Un mémoire composé de 9 articles explique les avantages de l’installation de la manufacture de futaines et basins, réglée d’après les ordonnances d’Harlem et Bruges, à Valenciennes. L’entrepreneur envisage, dans un premier temps, l’installation de 20 outils travaillés par 16 ouvriers hollandais et la formation de 4 apprentis de la ville. Le nombre de métiers qui devra croître avec l’augmentation du débit des toiles nécessitera pour chacun d’eux le travail de 6 fileuses et d’un cardeur que T’Kint s’oblige à former. L’activité de la filature débordera les besoins de la fabrique et sera un moyen de lutter contre l’oisiveté et la misère dans la ville puisque « le coton filé est une manufacture de soi-même et donnera la subsistance à beaucoup de pauvres,… comme pour les tricoteuses de bas et gants, et le coton filé est une marchandise qui se débite parmi les pays étrangers ».

43Pour éviter une éventuelle concurrence, le fabricant obtient un privilège d’exclusivité de vingt ans pour la fabrication de ces toiles à Valenciennes et la possibilité de pouvoir mettre au-dessus de la maison les armes du roi et l’inscription « manufacture royale des superfines futaines, basins et autres fabriques ». T’Kint dirigera aussi une blanchisserie à l’intérieur de la ville, à la tête de laquelle il placera un ouvrier hollandais qui travaillera pour la manufacture et pour les marchands et fabricants de toilettes valenciennois. À côté des différentes exemptions sur les tailles, les boissons, le logement des gens de guerre, le magistrat s’engage à lui fournir une maison spacieuse où il logera avec sa famille et un don de 4 000 livres pour la construction de bâtiments et métiers pour la fabrication.

44Si l’intendant se montre favorable à une décision royale déchargeant la manufacture de droits d’entrée pour les matières premières, filés et drogues provenant de l’étranger, il oppose un refus à la demande de T’Kint de faire entrer librement ses marchandises fabriquées sur le territoire de l’ancienne France : « Je pense que cette demande tirerait à de trop grandes conséquences et je l’ai prévenu qu’elle ne pourrait point être acceptée et qu’il sera obligé de se conformer à la règle générale établie par les ordonnances pour le commerce bien entendu ». Il est cependant convenu que les basins de la manufacture puissent être introduits en France, en payant les droits, par les bureaux de Péronne et Saint-Quentin et non par ceux de Rouen comme ceux fabriqués dans les pays étrangers.

45La manufacture connaît des débuts prometteurs ; un état dressé en mars 1732 recense 32 métiers montés à faire une grande variété de toiles. Les rots et harnais que T’Kint a fait venir de Harlem lui permettent de produire ces « basins fins de Hollande » mais certains outils produisent des basins plus communs, à la façon de Bruges, pour servir à broder, et d’autres servent à la fabrication d’étoffes de coton ou de siamoises. Pour la fabrication des toiles, l’entrepreneur a largement fait appel à la main-d’œuvre étrangère à la ville et au pays. Le même recensement de 1732 observe que la manufacture emploie sept Irlandais, trois Saxons, un Hollandais et un Flamand, tous soldats et certainement déjà versés dans la production des basins fins. Un autre état daté de la fin de la même année confirme le recours à un large recrutement géographique de la population ouvrière en même temps qu’il témoigne de l’instabilité de celle-ci : la fabrique occupe alors seize Valenciennois, six Anglais, deux Irlandais et deux Picards, un Allemand, un Anversois, un Tournaisien, un Courtraisien, un Angevin et un Avesnois. Il est vrai que les sources font état de l’indiscipline et de l’abandon des métiers par certains ouvriers alors que la pièce n’est pas terminée. Cette attitude de nombreux tisserands est certainement facilitée par la difficulté d’exercer un contrôle sur cette population. En effet, les métiers sont répartis à l’intérieur de la ville dans différentes caves louées à des particuliers. En septembre 1732, les 32 tisserands sont répartis dans les caves de 11 maisons situées dans 7 rues différentes de la cité. S’il existe une certaine concentration de la main-d’œuvre comme par exemple dans la rue du Petit Fossart où travaillent 9 ouvriers, la dispersion des lieux de production rend difficile la surveillance de la fabrication. Celle-ci est d’autant plus délicate que les tisserands ne travaillent pas dans leur propre domicile, que le niveau des salaires varie en fonction de la nature des toiles fabriquées et que ce mode de paiement n’est pas toujours bien compris par tous les ouvriers.

46C’est l’incompréhension de cette pratique des salaires qui varient du simple au double qui est par exemple à l’origine de la mutinerie de l’ouvrier Dupuis qui « excitait tous les ouvriers contre le remontrant, disant mille injures et que le remontrant les avait fraudés et les fraudait tous les jours dans leur salaire ». Le tort causé à la fabrication et la crainte de ces mécontentements oblige T’Kint à « faire rentrer chez lui tous ses outils ».

47Il est impossible de dresser un état de la production mais le succès des basins dans les années 1730 ouvre des débouchés nationaux voire internationaux. Dans la région, l’entrepreneur tient deux magasins, l’un à Lille en basin blanc et l’autre à Arras. Il a deux points de vente à Amiens et à Rouen et à Paris des marchandises « pour son compte ». Ses toiles s’écoulent aussi en Flandre pour plus de 30 000 florins, en Espagne et à Lisbonne pour plus de 10 000 florins.

48À Paris, les ventes s’effectuent par l’entremise de Jean Cottin l’aîné et fils, négociant rue des Lavandières. Celui-ci qui s’approvisionne habituellement en Hollande accepte, en avril 1733, de se charger des basins de Valenciennes et d’en promouvoir le débit. L’importance des capitaux et la notoriété dont dispose le Parisien semblent promettre un bel avenir à l’entreprise : « Je suis en situation de donner une grande réputation à votre fabrique par la quantité de personnes à qui j’ai à faire pour le commerce des toiles et autres ». La correspondance entre Cottin et T’Kint explique bien les relations qui souvent régissent le négociant argenté et le fabricant souvent en attente de rentrée de fonds et qui mettent à terme ce dernier dans une situation de soumission. C’est en tout cas le premier qui fixe les règles du jeu : « …Il faut n’avoir à Paris qu’un seul dépôt, faire rechercher vos marchandises, les faire souhaiter, n’en point envoyer de petites quantités à tous ceux qui vous en demanderont d’icy, leur dire que vous n’envoyez icy que ce que vous avez de plus parfait, que votre dépôt est chez moi, que vous en avez toute l’année de forts assortiments. De mon côté, je ferais avertir beaucoup de personnes, je leur parlerai comme il convient pour bien établir la réputation de votre marchandise ; par ce moyen de politique et de ménagement, je compte vous faire un grand débit… Et pour vous faciliter à travailler plus considérablement dans la suite, si vous avez besoin de quelques fonds, je vous ferai des avances sur la marchandise, la moitié de la valeur ». À côté de ces exigences d’exclusivité pour l’écoulement des toiles « à la mode », le négociant porte aussi un regard critique sur la fabrication même des basins, source de remise en cause de l’accord tacite. Les relations entre les deux hommes durent environ une année, entre avril 1733 et mars 1734, durant laquelle Jean Cottin aura fait travailler 10 métiers à faire des toiles de basin.

49À partir de 1733, la fabrique de Valenciennes connaît des difficultés financières et T’Kint multiplie les demandes de secours à l’intendant et au contrôleur général. Le procès avec son ancien associé gantois continue à peser sur les capacités de financement de son entreprise et conduit le fabricant à demander le soutien de Moreau de Séchelles pour un règlement rapide de cette affaire. Le problème essentiel réside dans la sous-capitalisation de l’entreprise qui doit faire face à des problèmes de trésorerie dans l’attente du solde de ses ventes lointaines. Celles-ci sont d’autant moins assurées que la fabrique de Valenciennes se trouve concurrencée par la multiplication, sur le territoire national, des manufactures qui produisent les mêmes marchandises. C’est encore l’intendant du Hainaut, initiateur du projet, qui va venir à son secours, mais en subordonnant son aide à une association du fabricant avec des négociants de la ville car « il serait bien difficile que le Sieur T’Kint fournit des cautions, son crédit n’est pas établi ». La société créée en mars 1733 et qui regroupe Jean T’Kint, François Hardy et Jules Casiez sera de courte durée puisqu’elle est dissoute l’année suivante après le départ du Gantois. La manufacture se poursuit alors avec les deux derniers comparants jusqu’en 1740, date de la mort de François Hardy, puis dans les années suivantes avec Jules Casiez resté seul à la tête de l’entreprise.

Les proto-fabriques d’Armentières et de Comines

  • 32 ADN, C155.

50Dans les années 1730, la fabrique de basins se développe à Armentières. En 1731, Nicolas Duquesne établit une manufacture de linge de table « d’une qualité plus parfaite et plus fine »32. Pour son installation dans de vastes bâtiments, les baillis de la ville et les États lui accordent un prêt de 30 000 florins, la jouissance de prairies en arrentement et diverses exemptions sur les boissons. Rapidement, le manufacturier se tourne vers une diversification de sa production et il joint à la fabrication de toiles de lin celle d’étoffes mélangées de coton. En 1741, à l’occasion de problèmes de remboursement des prêts, il se qualifie de « marchand manufacturier de serviettes, nappes, basins, siamoises et toiles à la façon d’Hollande ». Vingt ans plus tard, un inventaire des marchandises fabriquées chez la veuve Duquesne fait apparaître la présence de basins unis, larges, rayés dont une grande partie se débite à Lille.

51On retrouve encore l’influence des Pays-bas autrichiens dans les débuts de l’industrie cotonnière à Comines à la fin des années 1740. C’est Philippe Jacques Hovyn, négociant et manufacturier originaire d’Ypres qui va introduire de manière durable la fabrication des toiles de lin et coton dans la cité.

  • 33 AM Comines, HH8.
  • 34 Philippe Moureaux, 1974.

52C’est en 1748 que Philippe Jacques Hovyn entreprend à Comines la fabrique de toiles rayées pour laquelle il obtient des États de Lille un prêt sans intérêt de 9 000 florins remboursable en 10 ans33. En 1750, l’entreprise occupe 28 à 30 métiers qui procurent du travail à environ 100 ouvriers tant pour le tissage que pour la filature. Cette même année, il demande un nouveau prêt aux États de Lille pour l’installation à Comines d’une Manufacture de basins « de même qu’on fabrique à Bruges ». Cette demande est justifiée par les dépenses qui vont être nécessaires pour le bâtiment de fabrique, les outils, les matières premières « et le nombre des fileuses qu’il devra attirer de l’étranger dans la ville, ce qui occupera d’abord au moins 60 personnes tant pour les ouvriers que les fileuses ». Il fait aussi observer que d’autres villes du royaume lui ont offert des avantages pour l’attirer mais que sa préférence était de s’établir à Comines où il possède déjà une manufacture. Par ailleurs, il fait état de ses craintes sur les obstacles que les villes de Bruges, Ypres et autres des Pays-Bas autrichiens ne manqueront de lui poser quand il lui faudra importer certaines matières premières et surtout introduire des ouvriers de ces endroits pour entreprendre ses fabrications. Il est vrai que Hovyn reste l’un des principaux négociants et manufacturiers de sa ville d’origine et que son installation à Comines a surtout comme objectif de pénétrer le marché français que les tarifs douaniers lui fermaient. Nous disposons d’indications succinctes de ses activités à Ypres en 176434. Il se livre alors, de l’autre côté de la frontière, à la fabrication de toiles teintes, rayées, quadrillées, siamoises, cottonnettes, mouchoirs de fil et coton et rubans de fil. Sauf la fabrication de rubans qui remonte tôt au début du siècle, les productions qui utilisent le coton comme matière datent, comme pour Comines, des années 1750. En 1764, il emploie 130 ouvriers qui font battre 53 métiers produisant des toiles qui se débitent dans les Pays-Bas méridionaux, alors qu’une partie des rubans passe en fraude de droits en France, certainement sous couvert de fabrication cominoise. Outre une éventuelle introduction frauduleuse de basins venant de Ypres et marqués du scel de la manufacture de Comines, les relations avec la France s’observent dans le domaine de l’importation de filés de coton à partir de Lille.

Le développement de l’industrie du tissage du coton dans le cadre traditionnel

La multiplication des productions lilloises

  • 35 Frédérick Lebrecht, 1997 ; A. G/1187 dossier 3.

53Jusqu’au début du XVIIIe siècle, le recensement des toiles mélangées de coton produites à Lille est rendu difficile voire impossible par les nombreuses dénominations d’étoffes pour lesquelles les matières premières utilisées restent imprécises. L’arrêt du conseil du 19 avril 1732 recense 16 « noms génériques » d’étoffes qui, selon leur finesse, leur armure, leurs rayures, leurs dessins, leur longueur ou leur largeur, sont désignées par environ 70 appellations différentes35. La lecture des 89 articles composant cet arrêt ne nous renseigne que sur la quantité des « filets » nécessaire à la fabrication des différents tissus.

  • 36 AM Lille, A. G/1178 dossier 7.

54À l’extrême fin du XVIIe siècle, la seule toile composée pour partie de coton et fabriquée à Lille est authentifiée, en 1696, par un arrêt du Parlement de Flandre : « les crépons rayés et autres étoffes où il y a mélange de coton, de lin, de soye ou de fil d’or sont de la compétence exclusive des bourgeteurs »36. Si, en 1725, les sources font état de production de « carpettes » et de « siamoises », c’est dans la décennie suivante que la nature des toiles se précise.

55En 1736, les bourgeteurs demandent un règlement de fabrique pour l’étoffe appelée « fort en diale » dont la chaîne est composée de fil de lin et la trame de coton de toutes couleurs. La toile « étant fort demandée mais pour en rendre le débit plus considérable… et éviter la fraude… », les suppôts du corps réclament au Magistrat d’en établir différents prix suivant le nombre de fils utilisés. La requête reçoit un avis favorable de la chambre de commerce de la ville qui propose au Magistrat de Lille de rajouter ces étoffes au règlement du 19 avril 1732. Une ordonnance du 27 juillet 1736, jointe à l’arrêt du conseil cité, comprend un article qui autorise la bourgeterie à fabriquer deux types d’étoffes dites « fort en diale » qui se différencient par le nombre de fils de lin qui entrent dans la chaîne. La première est composée de 1 600 à 1 620 fils, la seconde de 2 000 à 2 020 fils et, pour chacune d’elles, la trame en coton comporte 1 600 fils de large formant une aune de Lille. La toile dont la longueur pourra varier « attendu que cette étoffe se vend à l’aune » devra être portée au scel de l’égarderie pour être revêtue d’une marque, sous peine d’amende.

56Ce sont les conflits qui opposent le corps des bourgeteurs à celui des tisserands dans les années 1730, qui témoignent globalement de l’essor de la production de toiles mêlées de coton ; ils nous donnent un éclairage sur la variété de la production.

  • 37 AM Lille, A. G/1190.

57Le statut accordé aux tisserands de la ville en 1635 leur autorisait la fabrication des toiles exclusivement composées de lin, chanvre et étoupes. Si, à l’origine, ils utilisent ces matières pour la production des nappes, serviettes, carpettes et coutils, un siècle plus tard, les suppôts du corps y ont ajouté le coton comme matière première en contravention du privilège accordé aux bourgeteurs de la ville. L’utilisation de cette nouvelle fibre n’a pas donné lieu à un changement dans la dénomination des toiles et ce qui semble permis aux tisserands provoque des contestations chez les bourgeteurs : « À cette époque (1635) on n’employait pas de coton dans les toiles, nappes ni carpettes. Et que si dans une toile, nappe, serviette, carpette ou coutil on y employait du coton, ces étoffes changeraient non seulement entièrement de nature mais même de nom »37. Des 12 sortes de toiles produites par les tisserands en 1739, 5 utilisent le coton en trame comme texture. La « toile grise » est produite soit entièrement de lin ou alors de coton teint ou blanc pour la trame. Le coutil de chasse ou « fort en diale », dont on a vu qu’il était une étoffe produite par les bourgeteurs, est fabriqué en fin ou en superfin, selon le nombre de filets, soit uniquement en lin, ou alors avec une trame en coton de toutes les couleurs. Les nappes que produisent les tisserands de la ville sont dénommées « napelleries » et sont confectionnées comme les toiles précédentes soit en lin ou bien mêlées de coton. Les bourgeteurs contestent encore aux tisserands la fabrication de 2 étoffes : les « moltons », non pas ceux fabriqués en chaîne de lin et en trame de laine grasse, mais ceux qui utilisent le coton de toutes sortes de couleurs et surtout les carpettes quand elles ne sont pas constituées seulement de lin, laine ou chanvre. C’est d’ailleurs la production de cette toile ainsi que celle du coutil fabriqué en quantité croissante qui sont à la source du conflit entre les maîtres des deux métiers. Les reproches des bourgeteurs se précisent : « Les tisserands produisent un échantillon d’étoffe qu’ils nomment carpette où il entre du coton. On leur répond que cette étoffe a bien le nom de carpette mais qu’étant ainsi constituée elle n’est plus carpette et que pour être telle, il ne devrait y avoir que du lin, chanvre ou étoupe, que le nom ne fait rien à la chose, cela est si vrai que cette étoffe qui nous vient de Tournay a de tout temps été composée par les bourgeteurs de la ville et pas par les tisserands ». L’ancienneté des fabrications est un justificatif souvent avancé pour obtenir une autorisation officielle de production. Aussi les tisserands présentent-ils au Magistrat des certificats de marchands qui prouvent l’utilisation ancienne du coton. Ces premières productions sont cependant faibles et les toiles produites ne sont pas revêtues de la marque de fabrique du corps des bourgeteurs, seul autorisé pour cette tâche, ce qui fait dire à ces derniers qu’elles sont l’objet d’une production frauduleuse. Dans les années 1730, les choses sont différentes, l’utilisation croissante du coton comme matière première dans de nombreuses étoffes permet au corps des tisserands d’obtenir le droit de fabriquer de manière officialisée ces produits. Seule une ordonnance municipale les autorisant à utiliser le coton leur permettra de répondre à la demande croissante des marchands lillois qui, faute de cette réglementation, pourraient être inquiétés pour le débit de ces toiles.

58Dans ce conflit qui oppose les deux corps, l’arbitrage que rend la chambre de commerce de la ville est primordial, c’est en tout cas à partir de ses considérations que le Magistrat rendra sa décision. Les bourgeteurs pensaient trouver un écho favorable auprès de cette institution composée des principaux négociants de la place et dont ils espéraient une communauté d’intérêts. Le partage de la fabrication des toiles mêlées de coton entre les deux corps aurait en effet une autre conséquence : « Il y a en cette ville des marchands toiliers et un corps de grossiers. Le premier est libre à tout le monde, le second ne l’est qu’à ceux qui sont francs de corps. Les premiers peuvent vendre quoi que non grossiers, toiles, nappes, serviettes, coutils comme dépendants des tisserands mais ils ne peuvent ni vendre ni débiter ce qui est de la dépendance de la sayeterie et bourgeterie. Si l’on rendait les étoffes composées avec du coton communes aux deux corps ces marchands toiliers prétendraient d’en faire la vente et le débit, et même les siamoises les toiles de toutes couleurs en rayures à carreaux, concurremment avec les grossiers ». Les directeurs et syndics de la chambre de commerce ne suivent pourtant pas l’avis des bourgeteurs et ils estiment que, pour l’utilité du commerce, l’usage du coton doit être permis aux tisserands. Reprenant l’argument de l’ancienneté de ces fabrications et l’importance des productions des toiles mixtes dans l’activité générale du corps, ils demandent la reconnaissance de cet état de fait.

59La justification apportée par la chambre de commerce nous donne un aperçu de l’importance prise par cette industrie : « Parce que les coutils ou forendiales qui ont été l’objet du procès entre les maîtres bourgeteurs et les maîtres tisserands étant communs aux deux corps, il ne paraît pas que le coton en ces sortes d’ouvrage ait été défendu nommément aux tisserands. Ce serait même les premiers d’une des grandes branches de leurs fabriques au cas que la demande des coutils sans coton cesserait entièrement, vu que de 300 métiers dont le corps des tisserands est composé, il y en a 200 qui fabriquent les coutils, tandis que les bourgeteurs qui ont tous autres ouvrages à s’occuper tant en pure sayette (laine) qu’autrement, de 700 métiers qu’il y a dans le dit corps, il n’y a pas 50 métiers qui fabriquent les coutils ». L’intérêt des négociants lillois n’était-il pas de pouvoir mettre en concurrence les tisserands et les bourgeteurs dans une compétition des prix pour la confection des toiles dont ils retireraient les bénéfices ? Cette hypothèse sera confirmée en tout cas dans les années 1760 pour la fabrication des toiles de « pur coton ».

  • 38 AM Lille, A. G/1186 dossier 13.

60Reprenant l’avis de la chambre de commerce, le Magistrat de la ville rend une ordonnance, le 25 janvier 1740, qui autorise l’utilisation du coton dans les trames des étoffes fabriquées par les tisserands comme elle avait été auparavant accordée aux bourgeteurs38.

  • 39 AM Lille, A. G/1188 dossier 2 et 5.

61À propos des étoffes dont on a pu évoquer la variété et la production croissante dans le premier tiers du siècle, il faut mesurer l’importance prise par les « siamoises » produites dans la région. Découvertes en France avec la visite des ambassadeurs du roi de Siam sous le règne de Louis XIV, elles deviennent vite à la mode et sont rapidement produites sur le territoire national. C’est le cas à Lille au moins dans les années 1720, mais ici encore, c’est dans la décennie suivante que s’affiche une réelle volonté d’en développer la fabrication. À l’origine de cette tentative, on trouve Louis Fagon, alors commissaire au bureau du commerce. Il est en effet à l’initiative d’un projet pour inscrire la production des siamoises dans la fabrique lilloise. À la fin de 1732, il envoie au Magistrat de Lille des échantillons destinés à être reproduits en tenant compte cependant des spécificités liées aux différentes productions de la cité39.

62Les pièces fabriquées semblent satisfaire l’initiateur, mais l’exemple de la siamoise est celui d’une tentative avortée pour introduire cette fabrication dans la région. Lille n’a effectivement pas répondu aux attentes du bureau du commerce et la siamoise est restée une production rouennaise qui allait connaître tout au long du XVIIIe siècle un développement croissant au point d’être reconnue comme une spécialité de la région. Si, en cette première moitié du siècle, les bourgeteurs produisent ces toiles, les quantités fabriquées témoignent de l’incapacité à entrer en concurrence avec les siamoises de la région de Rouen, sauf au niveau local. En raison des droits imposés à l’entrée de l’« ancienne France », leur production n’attira pas les fabricants et les inventaires des marchands lillois témoignent plutôt de l’importation de siamoises normandes, surtout dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Par ailleurs, la fabrication de ces toiles à partir du modèle de la calemande s’imposait-elle dans cette première partie du siècle ? L’importance de la demande pour cette étoffe de laine, que confirment les contenus de garde-robes pour cette période, et le rôle de ce produit dans le développement de l’industrie textile à Lille comme à Roubaix, tendraient à apporter une réponse négative à cette question.

L’essor de la fabrication dans « le plat pays »

  • 40 AM Roubaix, HH41.
  • 41 AM Roubaix, BB10.

63Outre quelques exemples ponctuels que nous révèlent les archives, c’est surtout autour de Roubaix que l’on assiste à un développement de la production de toiles mélangées de coton et notamment des basins : les fabrications moyennes annuelles s’établissent pour les années 1730 à 1750 autour de 2 500 pièces contre 700 seulement dans la période 1680 à 1720. Pour expliquer cet essor de la production, nous avons noté le changement dans la nature de la production : la fabrication de « futaine » fait place à celle du « basin ». C’est en tout cas l’interprétation que l’on peut donner aux demandes des fabricants roubaisiens pour garantir aux produits de leur fabrique la reconnaissance d’une qualité indispensable à leur commercialisation. C’est en 1739 que paraît la première ordonnance échevinale concernant la fabrication des futaines tant pour la ville de Roubaix que pour les bourgs du ressort de son égarderie40. Afin de lutter contre « les défectuosités dans la fabrication » de ces toiles, les échevins de la ville adoptent un règlement de neuf articles qui énonce notamment la largeur et la longueur des étoffes. L’ordonnance énumère alors 6 qualités différentes de futaines : celles à petites raies, à 3 raies, à grains, unies larges ou unies communes et enfin celles « sans distinction » qui se fabriquent soit à l’aune ou selon des longueurs et largeurs variables. Si les autorités municipales n’ont pas traduit dans les mots le changement de la nature des futaines, la variété des toiles est cependant attestée, même s’il est vraisemblable que la dernière catégorie des étoffes précédentes conserve les caractéristiques premières de ces fabrications. C’est chez les fabricants que le changement de vocabulaire apparaît, mais sans pour autant provoquer de ruptures avec le passé. Ainsi, en 1752, 13 fabricants qui se désignent comme « maîtres futainiers à Roubaix » demandent de pouvoir choisir parmi eux un égard « car ils n’ont personne sermenté (sic) pour cet effet sauf les égards de calemandes et comme le commerce de basin n’a rien de commun n’y approche en aucune façon que ce soit celui des calemandes vu que les basins se fabriquent en coton et lin et qu’au contraire les calemandes se font en laine seulement »41.

64Les variétés et les quantités croissantes des basins de la fabrique roubaisienne tendraient alors à répondre à une demande pour ces toiles de la part de consommateurs non plus constitués par les classes populaires mais par celles qui disposent d’un revenu supérieur et qui se montrent sensibles aux produits vestimentaires à la mode.

La filature de coton dans la première moitié du XVIIIe siècle

Les importations de coton

65Il est impossible, faute de sources, de mesurer les importations des matières premières nécessaires à l’alimentation de l’industrie du tissage dans la région. Si les historiens ont pu mesurer les arrivées de coton sur le territoire national à partir des deux grands centres d’approvisionnements, le Levant et l’Amérique, la redistribution à l’intérieur de cet espace nous est inconnue. Les achats de la matière dans le Levant représentent la grande majorité du coton importé en France dans la première moitié du siècle. Introduites par le port de Marseille, qui détient le quasi-monopole du trafic avec le Levant, les cargaisons de coton connaissent une forte croissance, un triplement de volume. Au début du XVIIIe siècle, le coton tant brut que filé provient surtout de Syrie méridionale (de Seyde et Acre) qui, avec Alep, étaient les principaux marchés pour les négociants marseillais. Ces derniers s’approvisionnaient également en matière ouvrée à Smyrne et en Égypte où l’industrie s’était fortement développée. Dans les années 1750, les achats en matière brute se concentrent surtout à Smyrne (40 %), à Seyde et Acre (30 %) ainsi qu’à Salonique (24 %) qui se distinguait par la variété des cotons connus sous le terme générique de « macédonien ».

66Dans les premières années du siècle, le coton filé l’emporte largement dans les cargaisons de retours avec un volume quatre fois supérieur à la matière brute. Ces importations de matières ouvrées traduisent à la fois une filature nationale encore peu développée mais aussi, dans le cas des provinces du Nord, une activité de tissage de toiles de coton marginale. L’introduction de coton en laine connaît pourtant une croissance rapide pour dépasser celle des filés dans les années 1717-1721, atteindre le double avant la Guerre de Succession d’Autriche et le quadruple au milieu du siècle. Il est évident que les achats de matière brute reflètent les étapes de l’essor de l’industrie du filage sur le territoire national. On pourrait alors extrapoler une redistribution du coton, à partir de Marseille, qui soit proportionnelle à l’activité déployée dans ce domaine par les différentes provinces.

  • 42 AM Lille, A. G/1177 dossier 5.

67Quelques rares sources nous prouvent que la région du Nord s’alimente en coton tiré du Levant par la voie de Marseille. Elles peuvent nous renseigner d’une manière très ponctuelle ce qui n’est pas sans poser un problème dans une approche qui se veut évolutive. C’est par exemple le cas pour un document sur l’« état des marchandises qui ont passé par transit venant du Levant pour passer en Flandre pendant l’année 1703 » qui relève une quantité de 2 008 livres de coton filé pour 25 146 livres de coton en laine42. De cette seule source retrouvée, il serait imprudent de tirer la conclusion d’une activité intense de la filature dans la région dans les premières années du XVIIIe siècle. Elle nous permet cependant de démontrer des arrivées de matières en provenance du Levant que d’autres sources confirment de manière moins explicite en évoquant simplement cette voie d’approvisionnement sans aucune donnée chiffrée. Nous ne possédons pas non plus de sources directes sur le rôle des négociants de la place dans le domaine de l’importation de la matière dans la région mais il est certain qu’un certain nombre de familles se livraient à cette activité.

  • 43 ADN, Placards 8412.
  • 44 Henry-Louis Dubly, 1926.
  • 45 CAMT, 3AQ291.

68Il est évident que l’approvisionnement en produits venus d’Orient par l’intermédiaire des négociants marseillais ne se limitait pas au coton et qu’il concernait un ensemble de marchandises. L’exemple de la famille Vangaver nous montre, tout au long du siècle, et même au-delà, l’importance que ces échanges ont pu revêtir pour les négociants lillois. Les Vangaver apparaissent au début du XVIIIe siècle comme faisant partie de l’élite économique de la cité et alliés aux principales familles touchant aux activités de la banque et du négoce comme les Burette, Crespin, Decroix, etc.43 C’est dans les premières années de ce siècle qu’un membre de la famille Vangaver s’installe à Marseille pour le commerce des produits du Levant qui sont ensuite expédiés dans les provinces du Nord44. La branche marseillaise jouera ce rôle d’intermédiaire dans l’approvisionnement en coton au moins jusque dans les premières décennies du XIXe siècle, en fournissant encore sous l’Empire François Briansiaux, l’un des principaux négociants de la place versés dans cette activité45. La nomination de E. J. Vangaver comme consul de Jaffa, port par lequel s’expédie du coton brut et filé vers Marseille, prouve la place prise par cette branche dans la cité phocéenne. Il n’est alors pas étonnant de compter G. Vangaver et E.J. Decroix, cousin du premier, comme principaux marchands de coton à Lille dans la première moitié du XVIIIe siècle.

69À ces achats à partir du Levant s’ajouteront au milieu du siècle les importations venues des Antilles que le gouvernement cherchait à développer. L’arrêt du 12 novembre 1749 qui exemptait les cotons bruts de toute taxe favorisa l’introduction des fibres américaines par les ports du Ponant.

70La situation géographique de la région permet aussi un approvisionnement à partir du Nord et notamment l’introduction de coton venu d’Anvers et surtout des Provinces-Unies. Dès son installation, en 1731, T’Kint se fournit en filés de coton achetés en Hollande. La production de ses « basins superfins » nécessite alors l’introduction de la matière produite en Inde et notamment à Tutucorin, village situé à l’extrémité du cap Comorin, appartenant aux Provinces-Unies. Ces cotons que Demorat, représentant de la Compagnie Française des Indes, décrit en 1731 comme « les plus beaux de l’Inde » ont fait la réputation des basins produits à Harlem. Les Hollandais en font un commerce fructueux et en expédient une partie vers Bruges et aussi vers la France pour alimenter cette industrie naissante.

Le développement de l’industrie de la filature dans le Nord

71Si les importations de matière première ont augmenté, c’est pour permettre la fabrication de certaines toiles, mais c’est aussi pour approvisionner des filatures qui s’activent dans la région.

72Vers 1700, l’activité de la filature reste quantitativement et qualitativement très limitée, les sources mentionnent seulement 3 à 4 marchands de coton pour Lille. Les fileuses alors localisées dans la cité produisent des fils grossiers destinés à faire des mèches de chandelles et à la confection des futaines épaisses dont on a pu présenter les faibles quantités. Dans les années 1730, le changement est brutal, on assiste à un essor rapide de la production de fil, en lien avec le développement du tissage des tissus mêlés de coton, des mouchoirs et des basins. C’est alors 200 familles de Lille qui ne font autre profession que de faire filer du coton. Cet essor de l’activité se traduit par une augmentation de l’offre de matière à travailler de la part des marchands qui entraîne la hausse des salaires dans une conjoncture visiblement favorable aux fileuses lilloises. Face à la difficulté de trouver des ouvrières à l’intérieur de la ville, les marchands vont porter leur matière première hors des murs de la cité. Cette diffusion d’abord dans les villages circonvoisins va s’étendre jusqu’à Armentières distante d’une vingtaine de kilomètres. Les sources ne nous renseignent pas sur l’intensité plus ou moins grande de cette activité dans les localités où la filature de coton s’installe en complémentarité du travail agricole. On peut cependant imaginer un étiolement du nombre de rouets à mesure que l’on s’éloigne de Lille ; c’est en tout cas proche de là, à Lomme et Sequedin, que l’on trouve « les meilleures fileuses ». Leur habileté dans ce travail serait certainement née des quantités de coton travaillées, bien supérieures à celles données aux fileuses localisées loin en Flandre.

  • 46 AM Lille, A.G/1189.

73Le recours à la main-d’œuvre rurale ne fait pourtant que limiter la hausse des salaires et la concurrence reste rude entre les marchands, c’est « celui qui donne le plus davantage (de filage) qui l’emporte, ce qui fait un grand préjudice aux manufacturiers »46. La compétition dans l’offre de coton jointe à celle de la laine et du lin rend les femmes, qui s’adonnent à cette activité, exigeantes.

Un mode de paiement propre à la région ?

  • 47 William Reddy, 1981, p. 135-146.

74Le modèle est ici différent de celui de certaines régions, comme la Normandie, où la diffusion du coton est telle qu’elle permet à certaines fileuses d’acheter leur propre matière qu’elles revendent ensuite, devenant « elles-mêmes de petits entrepreneurs »47. Autour de Lille, la règle est celle du « putting-out system » : le marchand reste propriétaire de la matière dont il distribue une certaine quantité qui lui est rendue transformée après qu’il a versé une somme d’argent équivalente à un salaire, variable selon la finesse du fil. Ce mode de paiement, qui repose sur le poids de la matière confiée à l’ouvrière et sur la plus ou moins grande dextérité avec laquelle le travail a été accompli, n’est pas sans poser des problèmes sur le contrôle même du travail. La source de ces difficultés réside dans l’absence d’un système uniforme d’appréciation du degré de la finesse du fil. Les dévidoirs varient à l’infini et le salaire versé est souvent défini à partir du poids de la matière concédée à la fileuse. Ainsi les marchands se plaignent-ils de la pratique répandue qui consiste à humidifier les filés pour en rendre une quantité inférieure à celle reçue au départ.

De l’essor au repli de l’activité dans la région

75Les filés trouvent un débouché dans la région où ils alimentent les métiers des corporations lilloises, ceux du plat pays ainsi que les proto-fabriques d’Armentières, Comines et Valenciennes. Les produits de la filature ne se bornent cependant pas aux provinces de Flandre et du Hainaut et les filés s’exportent par-delà la frontière dans les Pays-Bas autrichiens. C’est à partir de Lille que les villes d’Ypres, Menin, Comines, Wervicq et surtout Tournai tirent leur matière première pour alimenter les métiers à tisser des toiles qui utilisent le coton et dont le nombre croît à partir des années 1730. Il est difficile de dater le début de ces relations commerciales, facilitées par leur long passage sous domination française, mais dès 1736, les sources précisent que les filés fins sont destinés à être transformés en gants et bas dans le Tournaisis.

76C’est la perception d’un nouveau droit, en 1751, de 10 livres au cent pesant à la sortie de la province qui nous permet de juger de l’importance prise par la filature dans la région et de la connexion établie avec la partie méridionale des Pays-Bas autrichiens.

  • 48 Sauf mention particulière AM Lille, A. G/1191 dossier 8 et ADN, C1052.

77En 1750, la filature de coton est devenue une activité qui compte dans la région. Elle est d’abord une entreprise lucrative pour les négociants, marchands et fabricants qui s’adonnent à ce commerce. L’opération permet en effet des bénéfices importants par la valeur ajoutée créée par le travail des fileuses qui peut multiplier par 10, selon le degré de finesse, le prix de la matière première. À Lille on recense les noms d’une vingtaine de familles qui animent l’industrie et qui ne tardent pas à alerter les différentes autorités sur les conséquences pour leur commerce de la nouvelle législation48. On relève parmi eux les noms de Vangaver et Decroix, déjà mentionnés comme marchands de coton, des Scrive, Leperre, Sacq et Sacqueleu qui s’adonneront tout au long du siècle à cette activité. Ces marchands et fabricants s’occupent à faire « venir les cotons en laines, les font filer à la campagne, les font retordre, blanchir, teindre et apprêter » par une population ouvrière qui a atteint au milieu du siècle le chiffre de 5 000 personnes. La grande partie de cette main-d’œuvre est constituée par les fileuses qui travaillent à domicile et qui sont disséminées dans les villages de Lille à Armentières.

  • 49 Serge Chassagne, 1991, p. 23.

78Le développement de la filature de coton s’est fait en complémentarité de l’essor du tissage de ces toiles dans le Tournaisis. Ainsi, au milieu du siècle, est né un territoire industriel original où les produits semi-finis fabriqués dans la région étaient envoyés dans les États de Tournai pour être transformés principalement en gants et bas. Ces relations commerciales, qui lient des territoires par-delà les frontières, sont remises en cause par la volonté nouvelle de l’État de développer l’industrie cotonnière sur le sol français. Cette politique est l’œuvre de Daniel Charles Trudaine, devenu directeur général des manufactures en 1749, qui voit dans le travail du coton le moyen « de lutter contre la pauvreté récurrente des campagnes »49.

79L’entreprise qui consiste à vouloir développer la filature et le tissage en France en imposant lourdement la matière première et les filés à la réexportation est discutée au bureau du commerce sans que la chambre de commerce de Lille ait été mise au courant du projet et cette dernière tente de s’opposer à une décision qu’elle juge néfaste à ses intérêts.

80Le premier argument c’est d’abord de dénoncer la ruine de cette activité et même sa disparition pure et simple au profit des Pays-Bas autrichiens. La chambre de commerce assure que les États de Tournai cherchent à attirer la manufacture de coton filé. Elle prétend même qu’ils offrent de financer les dépenses de matériel (rouets, dévidoirs…) et de donner des gratifications à ceux qui voudraient s’établir dans leur région. À la décadence industrielle s’ajoutera celle du commerce du coton en laine par la capacité des négociants et marchands de la Flandre et du Brabant autrichien à se passer des importations françaises.

81Le deuxième argument avancé réside dans le fait que cette décision est contraire au tarif de 1671 qui exemptait « les provinces réputées étrangères » du droit de sortie vers l’étranger des produits de leurs manufactures. La Chambre de commerce rappelle que les cotons filés sont nommément inscrits dans la liste des marchandises publiée à cette époque et que l’arrêt du conseil de 1751 ne saurait déroger aux privilèges et exemptions précédemment accordés. Cet argument leur semble d’autant plus solide que ce dernier arrêt parle uniquement du royaume « sans y envelopper les terres, pays et seigneuries de son obéissance ».

82Fort de l’appui de l’intendant de Séchelles qui ne reste pas indifférent à l’alarme causée dans toute la province et « particulièrement dans un grand nombre de paroisses de la châtellenie où les pauvres habitants ne subsistent que par le travail du coton », la chambre de commerce et les baillis des États de Lille portent l’affaire devant le conseil.

83Delescluse, député du commerce de Lille, est alors chargé de faire pression sur Trudaine afin que la province reste exemptée des droits de sortie. Sa position qui doit être de défendre des intérêts particuliers contre la volonté d’unification nationale et de construction d’un espace économique cohérent, est difficile à tenir. La correspondance qu’il entretient depuis Paris avec la chambre de commerce de Lille nous le présente d’ailleurs comme gagné à l’idée de l’intérêt national défendue par Trudaine et ses agents : « Cet arrêt a mis l’alarme parmi les fileuses de la châtellenie et ceux qui font le commerce des cotons filés, en effet il peut déconcerter en quelques sortes ce genre de commerce, mais si vous voulez faire attention à la généralité du royaume où il y a des manufactures de coton établies de toute part, vous sentirez que le droit de sortie a été imposé avec connaissance de causes d’autant que la bonne politique exige de ne point alimenter les fabriques étrangères avec les matières originaires du royaume tandis que nous sommes plus qu’en état de les employer nous-mêmes… ».

84Malgré ses tentatives réelles pour amener ses confrères du bureau du commerce ainsi que le directeur général des manufactures à considérer la situation particulière dans laquelle se trouvait la filature dans la région, l’impératif d’unification nationale comme corollaire du développement de l’industrie cotonnière s’imposa et les filés produits dans la province furent soumis au régime général.

85L’incompréhension de la chambre de commerce est d’autant plus grande que les négociants, marchands et fabricants pouvaient arguer du fait qu’ils avaient réussi à développer dans la province une industrie, autrefois étrangère, et dont les produits s’exportaient. C’était la réalisation pure et simple de la politique voulue par les mercantilistes. Le désaccord réside dans le produit lui-même : si les cotons filés sont considérés ici comme des « produits finis », ils restent aux yeux de la politique voulue par Trudaine des matières premières destinées à alimenter le tissage français. Le problème bascule alors vers la question des marchés car, pour la chambre de commerce, l’ouverture de nouveaux débouchés pour les filés de la province à l’intérieur du territoire national ne s’impose pas comme une évidence. Le développement de la filature, construit sur une vingtaine d’années, reposait sur des débouchés hors du royaume que les négociants, marchands et fabricants n’imaginent pas pouvoir être remplacés par une demande intérieure à l’espace français. Le niveau de production des filés atteint dans la région ne pourrait être absorbé par le tissage national, notamment du fait de la concurrence des autres provinces françaises qui développaient également la filature.

86Pour les acteurs du développement économique de la région : « Le désir d’augmenter les fabriques est très louable mais l’exécution n’en est utile qu’autant que la consommation va de pair ». Il ne suffit pas de produire pour vendre car : « nous avons beau pousser nos manufactures à leur dernière période, qu’y gagnerons-nous si le débouché n’est point proportionné à leur quantité ? » S’ils sont sensibles « au double bénéfice » que permettent le tissage et l’apprêt de ces matières, le niveau de production atteint dans les filés de coton et les capacités du tissage nécessaires à son débit sont tels que l’on n’imagine pas pouvoir écouler les gants et bas auprès d’un nombre suffisant de consommateurs.

  • 50 ADN, C1052.

87Cette réfutation de « la loi des débouchés » n’est pas le signe d’une tiédeur dans « l’esprit d’entreprise » ou d’un refus du risque de la part des manufacturiers, l’essor rapide de la filature de coton prouverait même le contraire. Ce raisonnement s’appuie sur les réalités de la conjoncture économique du moment pour d’autres produits textiles pour lesquels on observe « que la trop grande abondance en tout genre nuit à la vente »50. L’offre née de l’augmentation du nombre de candidats à l’entreprise industrielle ne peut croître qu’en liaison avec une demande qui lui soit proportionnelle. La supériorité de l’offre qui naîtra de l’application de l’arrêt de 1751 en supprimant une grande partie des débouchés fera de la filature et du tissage de la région : « des spéculations formées sans aucune réussite, beaucoup de personnes rebutées de ne tirer aucun profit de leurs peines et des sommes qu’ils y ont placées ».

 

88Il est difficile de juger de l’importance du recul de la filature de coton dans la région. Si les fileuses de la province continuent à alimenter en grande partie le tissage local, le repli des exportations est attesté. Dans les années 1760, les expéditions vers les Pays-Bas autrichiens subsistent, mais en fraude et en concurrence avec les filés d’origine indigène. Les nombreuses villes qui s’adonnent à l’activité du tissage mentionnent alors l’utilisation de filés français, comme à Menin par exemple, où la fabrique de siamoises utilise « le fil de coton venu d’Anvers, de Gand et de France, dans ce dernier cas en fraudant les droits de sortie français ». Il est vrai que la deuxième moitié du siècle se caractérise par le développement de l’industrie cotonnière dans cette région et que l’utilisation de ces filés marque peut-être un renouveau après un déclin dans les années 1750, elle nous montre cependant que les liens restent étroits par-delà la frontière.

Notes

1 Christophe Dieudonné, 1972.

2 Jean-Yves Grenier, 2007.

3 Philippe Minard, 1998.

4 Pierre Deyon, 1969.

5 Jean-Claude Perrot, 1992.

6 J. Morini-Comby, 1930.

7 Certainement originaire de Fostat en Égypte, d’où il tire son nom, ce tissu dont la chaîne est de lin et la trame de faible torsion et composée de coton, est l’objet d’une production importante avant l’an mille. Les recherches récentes attestent de sa consommation en Occident, au Xe siècle à Barcelone et dans la région toulousaine.

8 Edgard Depitre, 1912 ; Christian Pfister, 1985.

9 Firmin Lentacker, 1973.

10 AM Lille, A. G/1191.

11 ADN, C 1052.

12 ADN, C 300.

13 AM Lille, A. G/157.

14 ADN, C 3864.

15 Edgard Depitre, 1912.

16 Philippe Haudrère, 1989, tome 2, chapitre 4.

17 Olivier Zeller, 1987, p. 103-117.

18 Serge Chassagne, 1998, p. 129-141 ; Pierre Boissonnade, 1927.

19 Frédérick Lebrecht, 1997.

20 AM Roubaix, HH12/5.

21 AM Roubaix, HH50 à HH80.

22 Pascale Gorguet Ballestéros, 2001.

23 AM Lille, A. G/1177.

24 Pierre Bonnassieux et Eugène Lelong, 1979.

25 Serge Chassagne, 1998.

26 ADN, C 9087.

27 ADN, C registre Flandre maritime 38.

28 AM Lille, A. G/1188 dossier 1.

29 ADN, C 2844.

30 AM Lille, A. G/1189 dossier 2.

31 L’essentiel des sources sur la fabrique de basin de Valenciennes provient du dossier ADN, C 9087.

32 ADN, C155.

33 AM Comines, HH8.

34 Philippe Moureaux, 1974.

35 Frédérick Lebrecht, 1997 ; A. G/1187 dossier 3.

36 AM Lille, A. G/1178 dossier 7.

37 AM Lille, A. G/1190.

38 AM Lille, A. G/1186 dossier 13.

39 AM Lille, A. G/1188 dossier 2 et 5.

40 AM Roubaix, HH41.

41 AM Roubaix, BB10.

42 AM Lille, A. G/1177 dossier 5.

43 ADN, Placards 8412.

44 Henry-Louis Dubly, 1926.

45 CAMT, 3AQ291.

46 AM Lille, A.G/1189.

47 William Reddy, 1981, p. 135-146.

48 Sauf mention particulière AM Lille, A. G/1191 dossier 8 et ADN, C1052.

49 Serge Chassagne, 1991, p. 23.

50 ADN, C1052.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search