Version classiqueVersion mobile

Michelet, rythme de la prose, rythme de l'histoire

 | 
Paule Petitier

II. Rythme et poétique de l'histoire

5. Un mètre pour l’Histoire de France ? (tomes VII à XVII)

Paule Petitier

Texte intégral

1Lorsqu’il reprend l’Histoire de France après une interruption de dix ans, en 1854, Michelet adopte un nouveau rythme de publication qui se répercute sur la forme qu’il donne à l’histoire. Entre 1833 et 1844, il a publié six volumes de l’Histoire de France qui ne portaient pas de titres, étaient subdivisés en livres, les livres eux-mêmes regroupant des chapitres assez longs. De 1855 à 1867, il publie onze nouveaux volumes. À peine plus courts que les précédents, ils comportent tous un titre et sont réunis en ensembles en fonction des siècles : Histoire de France au XVIe siècle, Histoire de France au XVIIe siècle, Histoire de France au XVIIIe siècle (du moins dans les parutions antérieures à 1868). Cette nouvelle pratique répond certainement à des nécessités financières. L’Histoire de France est difficile à vendre dans la mesure même où elle n’est pas encore un ouvrage complet. Michelet cherche à relativiser cet inconvénient en présentant chaque volume, grâce au titre, comme un tout, et en constituant des sous-ensembles (XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles). Le rythme d’écriture et de publication plus serré reflète à la fois le souhait d’en finir avec une œuvre qui lui pèse et la crainte, l’âge venant, de ne pas la finir.

2Les onze volumes frappent par leur homogénéité matérielle. Dans un nombre de pages assez constant (210 en moyenne), ils embrassent chacun une durée très comparable (une trentaine d’années, à l’exception de La Régence qui se concentre sur huit ans). Leur nombre de chapitres oscille assez peu, autour de vingt-cinq (le petit nombre de chapitres de Renaissance, dix-sept, étant compensé par la longueur de l’« Introduction » de ce volume).

3Une nouveauté par rapport aux tomes d’avant 1850 est que le découpage des volumes ne respecte plus celui des règnes. Michelet n’hésite pas à couper en deux François Ier, Charles IX, Louis XIII, Louis XIV et Louis XV.

4Chapitres plus courts, règnes divisés : cette nouvelle pratique a pour résultat d’offrir une vision du temps où se multiplient les fractures, les seuils, les fins et les avènements.

Deux séquences mises en relief : l’ouverture et la fin

5L’ouverture est accentuée par la convergence de plusieurs procédés. Elle est marquée par des seuils textuels, par des textes liminaires aux titres variables (« Introduction », « Préface ») ou parfois sans titres, présents dans neuf volumes sur onze. Particulièrement importants en tête de Renaissance et de La Régence, ils sont de façon générale riches en formules et en images.

6Les incipit de Michelet ont par ailleurs des caractères frappants. Ils choisissent souvent de traiter un fait comme un emblème. À l’incipit de Renaissance se trouve le tableau de l’entrée des troupes de Charles VIII dans Rome en 1494. L’événement est traité comme une vision : à la lumière des torches qui projettent leurs ombres sur les murs de l’antique capitale, les corps de l’armée française défilent en grande pompe guerrière. Cette évocation constitue une prolepse, le point de départ chronologique du volume étant le début du règne de Charles VIII en 1484, sur lequel le récit revient par la suite. Mais elle s’entend aussi comme une préfiguration, le lecteur ne pouvant pas ne pas songer à l’entrée libératrice des armées françaises en Italie en 1794. Au début de Guerres de religion, l’histoire du coup de Jarnac (devenu expression figurée, donc emblématique) offre un procédé assez proche. Le duel entre Jarnac et La Châtaigneraie apparaît comme le signe du changement de règne, il est chargé de manifester à la manière d’un miroir grossissant, mais aussi comme un symptôme, le retour vers des formes barbares qui prélude à une régression de l’Histoire. Autour de ce drame de cour, Michelet reconstitue les antagonismes destinés à éclater dans la suite du récit. Dans d’autres cas, c’est un dispositif spatial qui est placé à l’incipit et qui offre une modélisation de l’histoire à venir. Richelieu et la Fronde commence par le survol géographique des marchés d’hommes en Europe pendant la Guerre de Trente ans (affrontement par rapport auquel prend sens l’histoire de la France au cours de cette période). Louis XIV et la Révocation de l’Édit de Nantes propose également dans son premier chapitre un coup d’œil panoramique sur l’état de l’Europe au moment de la prise de pouvoir de Louis XIV en 1661. En tête du volume suivant, Louis XIV et le duc de Bourgogne, l’évocation d’un bâtiment, ou plutôt d’un système de châteaux, Versailles et ses satellites (Marly, Trianon, Saint-Germain…), figure l’organisation de la monarchie absolue, gravitant autour du Roi-Soleil et coupée de la nation.

7L’ouverture de chaque volume se détache, aux deux sens du terme, par son caractère fortement visuel et emblématique. Elle est d’ailleurs parfois doublée d’un second incipit. Le chapitre II de Louis XIV et la Révocation de l’Édit de Nantes remplit ce rôle :

  • 1 Louis XIV et la Révocation de l’Édit de Nantes, Coll. « Champs », Flammarion, 1985, p. 23.

L’aurore du nouveau règne, l’espoir illimité, vague, d’autant plus charmant, qui s’attache aux commencements en toute chose, s’exprima par l’apparition de Madame Henriette, fille de la reine d’Angleterre et sœur de Charles II1.

8Symétriquement à cette forte accentuation des ouvertures, la fin fait également l’objet d’une mise en relief, notamment par un procédé macrostructurel d’hyperbate (qu’a bien mis en évidence Éric Pellet à propos du récit de la Saint-Barthélemy). L’événement sur lequel s’achève un volume est prolongé, montré dans ses contrecoups et dans ses effets à long terme. La Révocation de l’Édit de Nantes, dans le volume XIII, est prolongée et inversée par la Révolution d’Angleterre de 1688 (à laquelle les protestants français exilés apportent une impulsion décisive selon Michelet). C’est le deuxième dénouement du volume. Dans le dernier chapitre se rejoue cette dualité, les massacres des Cévennes sont contrebalancés par la publication du livre de Jurieu (Les Soupirs de la France esclave).

  • 2 Ibid., p. 297.

L’écho des deux rivages est admirable ici. Aux pleurs de la Révocation a répondu la révolution d’Angleterre. À cette révolution répond du continent le livre de Jurieu : Les Soupirs de la France esclave, qui paraît coup sur coup, par feuilles détachées, d’août 1689 à juillet 16902.

9L’excipit ménage un effet de résonance, sensible ici dans le sémantisme même (« écho », « a répondu », « répond », « coup sur coup »). La double fin caractérise structurellement tous les volumes traitant de l’histoire moderne : elle martèle d’une part la catastrophe répétée de la monarchie absolue, d’autre part elle annonce la Révolution. Dans Louis XIV et la Révocation, cela se traduit par un excipit (au sens strict, une clausule) jouant sur une double tonalité, tout à la fois triomphante et élégiaque.

  • 3 Ibid., p. 304.

De la France sortit une France dispersée, une rosée vivante sur l’Europe énervée. Toute la terre parla notre langue. L’universel triomphe de cette langue de lumière, commencé par l’admiration, s’acheva par la plainte de la liberté exilée. Aux arbres de la révocation, que les nôtres plantèrent et qu’ils visitaient chaque année, tous les enfants entendaient le français. Tous comprirent et pleurèrent. Ils ne l’ont jamais oublié3.

La structuration en trois parties

10L’accentuation des débuts et des fins de volume existe dans les tomes de l’Histoire de France antérieurs au Second Empire. En revanche, cette particularité se combine dans les volumes d’après 1854 à un autre type de régularité : la structuration en trois parties.

11Dans plusieurs cas celle-ci se fonde sur la division des règnes :

  • Renaissance : Charles VIII – Louis XII – François Ier,

  • Guerres de religion : Henri II – François II – Charles IX,

  • La Ligue et Henri IV : Charles IX – Henri III – Henri IV

  • Henri IV et Richelieu : Henri IV – régence de Marie de Médicis – règne personnel de Louis XIII.

12L’organisation interne du propos donne cependant une base plus substantielle à cette tripartition. Réforme suit le règne de François Ier et ne s’appuie donc pas sur des changements de souverain. Cependant la structuration en trois n’est pas moins évidente dans ce tome. Une première partie traite de l’Allemagne et de la naissance de la Réforme ; une seconde change de scène et suit la lutte de François Ier contre Charles-Quint ; la troisième partie quitte le domaine de la politique extérieure pour revenir sur les progrès de la Réforme en France et sur l’attitude de François Ier par rapport à ce mouvement religieux. Les articulations entre ces grandes divisions du récit sont clairement indiquées. Dans Louis XIV et la Révocation, une première partie va jusqu’à la guerre contre la Hollande, point d’arrêt de la politique de conquête de Louis XIV. Sa fin est signalée par un commentaire sur la valeur emblématique d’une médaille frappée par les Hollandais. Celle-ci représente Josué arrêtant le soleil, avec la légende « Stetit sol » (fin du chapitre VIII). Une deuxième partie conduit le lecteur jusqu’à la mort de la reine. Le début de la dernière partie est annoncé par la mention du changement d’aspect de la cour.

13Les chapitres consacrés à l’histoire des mœurs sont assez fréquemment utilisés comme indicateurs de ces articulations ou comme glacis séparant les parties. Ainsi le chapitre IX de Louis XIV et la Révocation entérine la fin de la première partie par un changement d’objet et d’échelle : « La débâcle des mœurs publiques. Dépopulation de l’Europe méridionale. »

14Les parties 1 et 3, liées à l’incipit et à l’excipit, portent en général plus d’accents que la partie médiane. En aval de l’incipit et en amont de l’excipit, on constate qu’elles sont fermement charpentées et rythmées par un intérêt dramatique. La première partie de Louis XIV et la Révocation configure le récit historique autour d’Henriette d’Angleterre et de Molière. Madame représente le parti de la résistance à la Cour (aux grands seigneurs méchants hommes) et aux dévots. Son influence sur le roi sauve le début du règne et soutient les entreprises novatrices de Colbert. Cependant elle finit par perdre la partie et meurt, empoisonnée sans doute, selon Michelet, par les favoris de Monsieur. Ce drame à la fois individuel et historique (des forces de la réaction contre celles du progrès) est mis en relief par la production dramatique de Molière, dont le titre des pièces scande l’intitulé des chapitres. Chaque pièce majeure, valant pour révélation d’un abus, est une arme dans la lutte en cours. La première partie d’Henri IV et Richelieu est elle aussi organisée en fonction d’un enjeu dramatique : le roi périra-t-il ? Au premier acte, pour ainsi dire, la maîtresse du roi, Gabrielle d’Estrées, est assassinée ; au deuxième, la vie du souverain est mise une première fois en danger par la conspiration de Biron ; au troisième, Henri IV périt sous le couteau de Ravaillac. L’enjeu est le même que dans la première partie du volume précédemment examiné : les forces de progrès (Henri IV décidé à soutenir la cause des princes protestants) réussiront-elles à l’emporter sur celles de la réaction (la cour et le parti dévot) ?

15L’intitulé des volumes attire d’ailleurs l’attention par sa structure binaire récurrente sur cette organisation autour de deux points forts (parties 1 et 3) : La Ligue et Henri IV, Henri IV et Richelieu, Richelieu et la Fronde, Louis XIV et la Révocation de l’Édit de Nantes, Louis XIV et le duc de Bourgogne, Louis XV et Louis XVI.

16Par rapport au relief de celles qui l’encadrent, la partie centrale apparaît globalement dans ces tomes comme un temps plus faible. On ne dissimulera pas d’ailleurs que c’est aussi le moment où il arrive au lecteur d’éprouver quelque lassitude. Parfois, comme dans Réforme, cela tient à ce que cette partie centrale est consacrée à un tunnel de récit factuel, dans lequel Michelet suit les fils enchevêtrés d’intrigues politiques, diplomatiques, militaires. Au contraire dans Henri IV et Richelieu, la partie médiane se compose de quatre chapitres sur les mœurs et d’un seul sur l’histoire politique. Ce glacis non événementiel est destiné à signifier la platitude du siècle dans lequel on pénètre après la mort d’Henri IV, le sinistre et stérile XVIIe siècle. L’atonie de la partie centrale est bien entendu relative, et calculée comme un effet. Elle n’exclut pas des accents ponctuels, des chapitres mis en relief, comme celui qui rapporte le succès du Cid dans Richelieu et la Fronde.

17L’hypothèse qui ressort de ces observations est que les onze volumes de l’Histoire de France publiés après 1855 présentent une régularité structurelle frappante, au point que l’on pourrait parler d’un mètre (d’une mesure) de l’histoire créée par Michelet pour cette partie de son œuvre, mètre constitué de trois mesures, la première et la dernière fortement accentuées et celle du milieu en général atone. Ajoutons que l’existence de rimes paraît évidente. Plusieurs fins de tomes contiennent une allusion à la Révolution à venir (la langue nouvelle briseuse d’idoles créée par la Fronde à la fin de Richelieu et la Fronde, l’idée du contrat social formulée par Jurieu en 1689 à la fin de Louis XIV et la Révocation, le plaidoyer pour la tolérance des Lettres persanes à la fin de La Régence, le « Credo du XVIIIe siècle » à la fin de Louis XV). S’y ajoute parfois un effet plus serré de rimes suivies entre deux tomes consécutifs : c’est le cas entre le tome XV et le tome XVI (les Lettres persanes se rapportant déjà au « Credo du XVIIIe siècle ») ou entre le tome XIII et le tome XIV dont les excipits sont tous les deux consacrés à la langue française.

Sens de cette structure

18L’existence de cette structure formelle, loin d’être arbitraire, me paraît programmée par la thèse que développe au début de la nouvelle série de l’Histoire de France la grande « Introduction » de Renaissance. La Renaissance aurait dû, selon Michelet, advenir à la fin du XIIe siècle. Cette époque voit en effet le développement d’une philosophie rationaliste (avec Abailard, en particulier) et l’annonce de la transformation nécessaire du christianisme, avec la thèse de Joachim de Flore sur les trois âges. Mais une puissante réaction bloque l’évolution normale et accumule les obstacles contre celle-ci. Le Moyen Âge résiste à son destin historique. Plutôt que de se transformer il se sclérose, se stérilise, crée par la scolastique, par la division entre langue savante et langue populaire, « un peuple des sots », et contient l’essor de l’esprit scientifique, l’intérêt pour la nature ainsi que l’émancipation de la femme. Il voit naître une classe nouvelle, la bourgeoisie, issue du peuple mais dont les intérêts deviennent rapidement contraires à celui-ci, et qui contribue elle aussi à le dégrader. L’histoire entre alors dans une phase où chaque élan vers le progrès est suivi d’une rechute. La Renaissance arrive enfin, au XVIe siècle, trois cents ans trop tard. Sa réussite est compromise par la dénaturation du cours de l’histoire que ces trois cents ans de vide ont produite. Il en découle un scénario répétitif qui modèle la courbe de chaque segment historique successivement considéré. Un élan initial (relevant d’une impulsion révolutionnaire) est suivi d’une rechute (vers l’état antérieur néfaste), et cela est destiné à se répéter jusqu’à la Révolution de 1789 (et peut-être même au-delà, l’expérience de l’histoire vécue par Michelet au XIXe siècle n’étant sans doute pas étrangère à cette dynamique particulière). Appliqué aux trois parties que nous avons distinguées dans chaque volume, le schéma programmé par l’« Introduction » de Renaissance prend cette forme :

  • Une première phase où l’Histoire veut repartir, échapper à la stagnation que lui imposent les forces réactionnaires. L’antagonisme fondamental progrès/réaction s’active, un drame se noue, un conflit prend forme. Le caractère dramatique peut alors parfois être souligné et redoublé par la thématique théâtrale (les pièces de Molière scandent la première partie de Louis XIV et la Révocation avec le tome suivant, ce sont celles de Racine qui révèlent, selon Michelet, les luttes cachées de la Cour).

  • Une deuxième phase illustre la chute : conflit et drame disparaissent, la réaction triomphe, la thématique de l’aplatissement et de la ruine apparaît.

  • Une troisième phase (dont la nécessité semble d’ordre formel, et qui n’est pas programmée par l’« Introduction » de Renaissance) voit se reconstituer un conflit, un enjeu dramatique, mais sous forme dégradée.

19Ainsi dans Renaissance, la première partie est centrée sur le choc de l’Italie et de la France. L’expédition de Charles VIII en Italie met en contact la force de la France (réorganisée par Charles VII et Louis XI) et la civilisation italienne. Le mouvement de la Renaissance s’en dégage, il laisse espérer que la France va se connaître comme nation et va aider les cités républicaines italiennes à sauvegarder leur indépendance. Mais (et c’est le début de la deuxième partie) Louis XII abandonne l’Italie, il incarne la médiocrité bourgeoise, une conception marchande de la politique extérieure. Le début du règne de François Ier (troisième partie) laisse espérer que la France reprendra le flambeau des libertés de l’Europe ; la France revient glorieusement sur les champs de bataille de l’Italie à Marignan. Mais entre la première et la troisième partie, il y a tout ce qui sépare un mouvement porté par le peuple (symbolisé par l’armée qui entre à Rome) et un mouvement porté uniquement par un monarque. François Ier, comme le signifie la fin du tome VII, se montre pusillanime et n’accepte pas de porter l’espoir de liberté de l’Europe.

20Nous pouvons donc préciser la structure que nous avons déjà dégagée en ajoutant que les parties accentuées (1 et 3) sont également unies par une relation d’homologie. La troisième partie reprend le caractère dramatique de la première, mais toujours sous forme dégradée. Dans Henri IV et Richelieu, la première partie centrée sur Henri IV a pour enjeu historique l’alliance entre la France et les pays protestants pour contrecarrer les puissances de la réaction (les Habsbourg et l’Espagne). La dernière partie organisée autour de Richelieu voit reprendre la lutte contre l’Espagne mais sans que Richelieu envisage une alliance avec les protestants, au contraire il combat les protestants français (siège de La Rochelle). Dans la troisième partie, le drame prend régulièrement la forme pervertie d’un combat de la France contre elle-même : le tome Guerres de religion se termine par la Saint-Barthélemy, le tome Henri IV et Richelieu par le siège de La Rochelle (interprété par Michelet comme l’événement catastrophique par lequel la France s’ampute d’une partie vive d’elle-même et en particulier de sa marine), le tome suivant, par la Fronde, encore une guerre civile.

21La partie centrale, temps faible entre les deux extrémités modelées par la structure dramatique, se prête en revanche au développement d’une heuristique du dessous. C’est la partie où l’historien propose de scruter l’envers du visible, de révéler la vérité dissimulée par les apparences de la civilisation. Les chapitres sur les mœurs, qui s’y trouvent souvent plus nombreux que dans les autres parties, offrent justement ce changement de vision. Michelet cherche dans les indicateurs démographiques, dans les affaires de possession, ce que cache la surface brillante de la culture classique. Les chapitres sur la sorcellerie, réunis ultérieurement dans La Sorcière, apparaissent dans la partie médiane d’Henri IV et Richelieu, de Richelieu et la Fronde, de Louis XIV et la Révocation et de Louis XV. L’accentuation dramatique des première et troisième parties est remplacée dans la partie médiane par un jeu de changement de plans, par des ouvertures sur des « histoires impossibles » (comme celle des Camisards dans Louis XIV et le duc de Bourgogne), qui rappellent les effets de rythmes visuels analysés dans ce volume par Muriel Louâpre.

22Loin de « faire la pyramide », selon l’expression de Flaubert, les tomes de l’Histoire de France concertent une sorte d’effondrement central. Il s’agit pour Michelet tout au long de ces onze volumes de dire une chute, celle qui conduit du point éminent de la Renaissance jusqu’à la veille de la Révolution. Chaque tome raconte une chute particulière. Mais la série des onze tomes compose ces chutes répétées de façon à faire apparaître une courbe générale descendante, une cascade en somme, avec des aspérités, des rebondissements, des paliers qui n’existent que pour relancer plus bas. La chute est dite dans chaque tome à la fois par la dépression centrale du « mètre » historique et par la dénivellation entre la première et la troisième parties, la troisième, rappelons-le, reprenant le motif dramatique sous une forme dégradée.

Lecture paradigmatique

23La construction similaire des tomes autorise une lecture paradigmatique, une comparaison verticale entre les parties occupant une place équivalente – et cette lecture verticale implique aussi la chute. Les homologies sont particulièrement nettes à l’intérieur des sous-ensembles séculaires (XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles). Les deux volumes consacrés à Louis XIV présentent ainsi deux premières parties visiblement conçues en diptyque. La première partie de Louis XIV et la Révocation est construite autour du drame d’Henriette d’Angleterre (conservera-t-elle la faveur du roi ?), de Molière (luttant contre les dévots et les seigneurs de la Cour) et de Colbert (ses projets de réforme aboutiront-ils ?) ; celle de Louis XIV et le duc de Bourgogne noue un drame autour des demoiselles de Saint-Cyr (quel sera leur sort ? finiront-elles religieuses ?), de Racine, et de Louvois (connaîtra-t-il la disgrâce ?). Or il est bien évident qu’aux yeux de Michelet Racine ne vaut pas Molière, ils se succèdent comme le mineur au majeur, le lunaire au solaire. De même le drame de Louvois est un drame dégradé par rapport à celui de Colbert, le premier luttait pour une limitation des abus (une réforme de la justice dont les Grands Jours d’Auvergne sont donnés comme représentatifs), le deuxième ne fait que résister à l’influence de la famille royale anglaise exilée à Saint-Germain.

24La construction paradigmatique et la lecture verticale des tomes de l’Histoire de France vont dans le sens d’une interprétation figurative de l’Histoire et font également revivre les corsi et ricorsi de Vico. Les figures féminines se font écho d’une première partie à l’autre. Henriette d’Angleterre joue dans Louis XIV et la Révocation un rôle comparable à celui de Gabrielle d’Estrées dans Henri IV et Richelieu. Gabrielle d’Estrées représentait en effet au début du tome XI l’hypothèse d’un mariage français pour Henri IV. Possibilité qui, dans l’optique de Michelet, aurait pu faire échapper la royauté à la dérive qui la rend de plus en plus étrangère à la nation (par les unions avec des princesses étrangères qui constituent une solidarité internationale des monarques contre leurs peuples). De façon récurrente, la première partie a besoin de lier une figure féminine à l’impulsion progressiste de l’histoire. Dans La Régence, c’est la duchesse de Berry, fille bien-aimée de Philippe d’Orléans, soupçonnée de relations incestueuses avec son père, qui joue ce rôle. La pression de la structure explique la mise en relief de personnages au rôle historique a priori secondaire. La mystique Mme Guyon représente au début de Louis XIV et le duc de Bourgogne la féminité positive, il en est de même pour Mme de Prie, la maîtresse du duc de Bourbon dans Louis XV. En revanche, la troisième partie appelle de façon structurelle une figure féminine néfaste. Dans Louis XIV et la Révocation Michelet met ainsi l’accent sur le rôle de Mme de Maintenon dans la résolution du roi de révoquer l’Édit de Nantes. La même figure peut cependant être bénéfique ou néfaste en fonction de sa position (à l’ouverture ou à la clôture) dans le tome. L’exemple de Gabrielle d’Estrées est significatif. Si elle incarne l’espoir du règne d’Henri IV au début du tome XI, à la fin du tome précédent sa liaison avec le roi était au contraire présentée comme un facteur décisif de la désastreuse conversion du roi au catholicisme. Le cas se renouvelle pour Mme de Prie. Elle apparaît à la fin de La Régence aux côtés du duc de Bourbon comme une créature épouvantable. Elle signifie dans ce tome XI l’infléchissement négatif de la Régence, l’arrivée au pouvoir d’un prince arrogant et avide et de sa favorite inquiétante. Mais au début du tome XII, la « valeur » de Mme de Prie s’est inversée, Michelet la montre soutenant les efforts de réforme financière et les projets audacieux des frères Paris. Ces exemples signalent l’ambivalence constitutive des figures historiques dans l’écriture de Michelet. Ils mettent aussi en évidence un procédé de « binocularité » comparable à ceux qu’a étudiés Judith Wulf mais jouant à une autre échelle.

Distorsions

25Enfin, comme une structure métrique traditionnelle, le mètre de l’Histoire de France donne lieu à des distorsions entre son système et la syntaxe historique. Ces distorsions se prêtent à des effets variés, mais elles produisent toujours un sens historique. La régularité, réelle, de la structure des tomes, sert évidemment de support à des irrégularités significatives, par lesquelles l’effet de répétition (recherché pour témoigner d’une histoire qui pendant trois siècles d’un interminable entre-deux patine) est modulé.

26Le découpage des tomes crée à l’évidence des effets de rejet et de contre-rejet. Le rejet le plus spectaculaire est sans doute celui de la fin du règne de Charles IX. Le tome IX présente en effet ce règne jusqu’à la Saint-Barthélemy et s’interrompt à la fin de cet événement. Le tome X reprend au « lendemain de la Saint-Barthélemy » et raconte la fin, brève et sombre, du règne de Charles IX. Par ce rejet, Michelet accentue la chute qu’il diagnostique après la Saint-Barthélemy : le massacre provoque une sorte de syncope de la vie nationale et marque la fin du XVIe siècle. À l’inverse, le début du règne de François Ier est placé en contre-rejet à la fin du tome VII, Renaissance. Michelet le dissocie de l’ensemble du règne traité dans le tome VIII, Réforme. Le début glorieux du règne, la victoire de Marignan, est détaché du reste, qui apparaît d’autant plus comme l’œuvre du « gros garçon qui gâta tout » (Michelet n’a pas d’estime pour François Ier). 1515 fait encore partie de la Renaissance, mais les trente-deux années qui suivent se rattachent à une autre tonalité historique.

27Le sémantisme historique (progrès ou réaction) n’est pas toujours en accord avec celui qu’induit la position dans le volume. Il peut se trouver qu’un moment de réaction occupe une position affectée par le modèle à un sémantisme positif ou à l’inverse qu’une période de réforme se trouve occuper le centre du tome. La première partie du tome X est consacrée au début du règne d’Henri II. Mais rien dans ce début de règne ne correspond à un élan. Henri II, après François Ier, quelles qu’aient été les réserves de Michelet envers le souverain précédent, c’est un assombrissement, c’est l’arrivée au pouvoir d’une faction bigote, rétrograde, hostile aux protestants, presque espagnole. Michelet compense l’absence d’élan positif initial par une ouverture particulièrement brillante, deux chapitres consacrés au duel de Jarnac, qui montrent à la fois comment le drame de l’histoire se miniaturise et comment on ne le trouve plus que sous forme figurée (dans des événements qui n’ont apparemment pas d’envergure historique). Par ailleurs cette discordance entre sémantisme historique et position initiale marque la fracture du XVIe siècle. L’Histoire de France au XVIe siècle se compose de quatre volumes organisés en deux versants, celui porteur de renouveau de Renaissance et de Réforme et celui, sombre et destructeur, des Guerres de religion et de La Ligue et Henri IV.

28Michelet tire également de ce type de discordance des accents d’ironie par la mise en valeur paradoxale du négatif. Le rejet de la fin du règne de Charles IX au début du tome X produit à l’évidence un tel effet. Le « Triomphe de Charles IX » sur lequel s’ouvre le premier chapitre constitue bien évidemment une antiphrase. Cas de figure contraire dans Louis XV. La partie centrale correspond à un moment historique moins négatif que dans d’autres tomes, puisque la France est alliée à la Prusse dans la guerre de succession d’Autriche. Michelet place dans cette partie un portrait chaleureusement élogieux de Frédéric II de Prusse, il y situe également des développements laudatifs sur Voltaire. Cependant, la position centrale par un effet structurel atténue le caractère positif du ministère Fleury (que Michelet déteste comme étant un gouvernement de prêtre). On peut dire en somme que Michelet ne veut pas que le tome sur Louis XV contienne une phase quelconque d’élan. Le dernier élan avant la Révolution, a été la Régence. Les deux derniers tomes de l’Histoire de France constituent une sorte de glacis avant la Révolution, ils sont chargés de dessiner une courbe historique la plus plate possible. C’est la raison pour laquelle ils brouillent par leur construction les positions codées et inversent systématiquement le sens qui résulte de la position et celui qui résulte du contenu historique. La conséquence en est d’ailleurs une certaine confusion, quelque chose d’un peu terne dans ces deux derniers tomes. Dans Louis XV et Louis XVI la première partie dit clairement une chute (Choiseul livre la France à l’Autriche, Rousseau trahit le parti des philosophes). Inversement la partie médiane correspond à l’avènement de Louis XVI, au ministère Turgot et à ses tentatives de réforme, enfin à l’élan pour l’Amérique qui lance la France à l’aide des insurgents. Mais par sa position centrale, la partie positive du règne de Louis XVI se trouve mécaniquement atténuée.

 

29Il semble donc bien que les onze derniers volumes de l’Histoire de France constituent un mètre pour écrire l’histoire. La formule en trois parties (A – B – A’) qui se dégage de chaque volume exprime la répétitivité d’une histoire condamnée aux embardées. Elle permet à l’historien d’orchestrer la chute, la courbe fatale de la monarchie devenue absolue. Mais le mètre sert aussi à dire les transformations par les distorsions entre syntaxe historique et accentuation qui donnent à la forme de base une plasticité très grande. Cette macro-lecture selon une approche métricienne ne contredit pas ce qui a été affirmé dans l’« Avant-Propos » de ce volume : le rythme chez Michelet répond au besoin de combiner la structure et le flux.

Notes

1 Louis XIV et la Révocation de l’Édit de Nantes, Coll. « Champs », Flammarion, 1985, p. 23.

2 Ibid., p. 297.

3 Ibid., p. 304.

Auteur

Professeur à l’Université Paris Diderot-Paris 7. Après une thèse sur « la géographie de Michelet », elle a poursuivi ses recherches sur cet auteur dans de nombreux articles et plusieurs ouvrages collectifs (comme La Sorcière de Jules Michelet ou l’Envers de l’histoire, Champion, 2004). La réflexion sur l’histoire et la poétique du savoir l’a conduite également vers d’autres auteurs du XIXe siècle (Balzac, Hugo, Mérimée, Chateaubriand, Fromentin…). Auteur d’une biographie de Michelet (Jules Michelet. L’homme histoire, Grasset, 2006), elle a codirigé avec Paul Viallaneix la réédition de l’Histoire de France aux Éditions des Équateurs (2008-2009).

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search