Version classiqueVersion mobile

Les entrepreneurs du coton

 | 
Mohamed Kasdi

Chapitre 1. L’élargissement continu de la demande (1700-1830)

Texte intégral

  • 1 Patrick Verley, 1997.
  • 2 Paul Mantoux, 1959, chapitre 2. L’auteur présente l’essor commercial comme facteur préalable à l’in (...)

1Les contributions à l’étude de la Révolution industrielle sont marquées par une historiographie qui a surtout cherché à mettre en évidence les ruptures dans le domaine de l’accumulation des capitaux, de la transformation des techniques ou la concentration de la main-d’œuvre1. Après avoir hiérarchisé les nations selon la précocité de leur industrialisation, tout un ensemble d’études a ainsi porté, des années 1930 aux années 1970, sur les différentes voies du développement économique du point de vue de l’offre. Produits et marchés n’ont alors été considérés que dans ce qu’ils recelaient de nouveau, l’idée étant que la grande industrie produit des objets à coûts réduits qui, de fait, sont consommés par un nombre croissant d’individus. Au mieux, le facteur de la demande était alors simplement subordonné à l’extension des marchés entendue comme une conséquence de l’essor des forces productives. La demande de produits nouveaux n’était en rien un moteur du développement économique2.

  • 3 Pour l’Angleterre, les travaux pionniers sont ceux de Lorna Weatherille, 1988 et de Beverly Lemire, (...)
  • 4 Natacha Coquery, 1998.
  • 5 Daniel Roche, 1981 ; Ferrières, 2004.

2Il faut attendre les années 1980 pour voir les historiens s’intéresser au facteur de la demande dans les sociétés d’Ancien Régime et, partant, privilégier l’analyse de la consommation dans les processus de transformations économiques. C’est d’ailleurs en mobilisant toutes ces études sur la consommation et les marchés disponibles au milieu des années 1990 que Patrick Verley a réussi à donner au rôle initial de la demande dans le déclenchement et l’épanouissement de la Révolution industrielle toute sa place3. Concomitamment ou dans le sillage de cette piste nouvelle, la connaissance des aspects qualitatifs et quantitatifs de la consommation à l’époque moderne ont été approfondis de multiples manières, surtout à partir de l’analyse des inventaires après décès, des registres de comptes des marchands, des livres d’échantillons, des livres de raison, etc.4 Les milieux populaires, déjà abordés antérieurement dans une étude pionnière par Daniel Roche, ont fait l’objet d’investigations nouvelles, à partir des archives judiciaires (les vols de vêtements, par exemple), les archives des monts-de-piété, les papiers d’hôpitaux5. Évidemment, si toutes ces contributions à l’étude de la consommation touchent l’ensemble des produits de la vie matérielle, les vêtements, élément-clés dans les sociétés pré-industrielles tant aux niveaux économique que symbolique, sont privilégiés dans de nombreux travaux. Les interrogations sur la consommation textile sont variées et les angles d’approche multiples. Ainsi, de nombreuses études ont pu éclairer notre connaissance sur les différentes étoffes qui s’accumulent dans les boutiques avant de remplir les garde-robes. Elles ont également reconstitué les différents modes de circulation des « produits phares », des simples tissus aux fripes, dans leur intensité variable selon les lieux et les époques.

  • 6 Jacques Bottin et Nicole Pellegrin, Éd., 1996.
  • 7 Jean Thirsk, 1988 ; Beverly Lemire, 1991 ; Jean-Yves Grenier 2010.
  • 8 Neil Mc. Kendrick, John Brewer, J.H. Plumb, 1983. Les auteurs qui décrivent les nouvelles consommat (...)

3La profusion des contributions et la diversité des approches anthropologiques, sociales, culturelles, dans des espaces géographiques et des repères chronologiques différents, rendent cependant difficile l’analyse de la demande comme facteur des transformations économiques des sociétés6. Ainsi, en France, on repère la naissance d’un nouveau type de consommation à partir du XVIIIe siècle. Initié puis entretenu par un monde de marchands capable de créer la mode, caractérisé par la recherche effrénée de nouveautés dans la noblesse comme dans la bourgeoisie urbaine, il s’insinue par mimétisme dans l’ensemble du corps social. Il est cependant fort difficile de quantifier cette demande, tout au long d’un siècle qui voit, dans la longue durée, des prix orientés à la hausse, des salaires réels à la baisse et les capacités à acquérir du superflu réduites pour une partie significative de la population, même si les effets de la révolution industrieuse accroissent le pouvoir d’achat des couches « moyennes »7. Par ailleurs, les achats de nouveaux produits masquent souvent l’abandon de biens précédemment consommés, et le véritable essor de la consommation, observé par exemple en Angleterre, doit tenir compte des transferts d’achat induits par le désir de nouveauté8.

  • 9 Jan de Vries, 2009.

4À partir de la généralisation de ces nouveaux types de consommation à l’ensemble du monde occidental, Jan de Vries se livre en partie à une assertion en concluant à l’augmentation massive du pouvoir d’achat dans l’ensemble de la société9. En ce sens, son explication des origines de la révolution industrielle par la « révolution industrieuse » est relativement audacieuse. Pour l’auteur, ces changements dans la consommation au XVIIIe siècle s’expliquent par la recherche du plaisir et d’un confort qui ne sont plus contradictoires avec l’éthique et la morale alors prédominantes. Cette nouvelle société de consommation est par ailleurs permise par l’accès au travail rémunéré des femmes et des enfants qui, de plus en plus industrieux, déterminent une modification des rôles au sein des familles. L’intensification du travail par l’allongement des journées de labeur et l’augmentation du nombre de jours ouvrés, tout comme la mise au travail des femmes et des enfants, est motivée, selon lui, par le désir d’acquérir ces nouveaux produits.

5La démonstration, qui s’appuie pour l’essentiel sur le cas anglais et sur celui des Provinces-Unies, n’est cependant pas confirmée par de nombreux travaux menés dans ces domaines ailleurs. Les deux piliers sur lesquels repose cette thèse, la capacité des ménages à accroître volontairement leur revenu et l’allongement de la durée de travail rémunéré, ne semblent pas être systématiquement vérifiés par les historiens qui continuent à s’interroger à ce propos. Si, sur la question, bien des indices plaident en faveur d’un allongement de la durée et de l’intensité du temps du travail aux XVIIe et XVIIIe siècles, deux questions restent pour le moins en suspens :

  • ce qui se vérifie en la matière ici ou là peut-il être généralisable à l’ensemble des activités économiques et des lieux du travail ?
  • travaille-t-on davantage pour accéder à une consommation accrue ou pour tout simplement compenser une baisse des salaires réels10 ?
  • 11 Voir chapitre 3.
  • 12 Gérard Gayot et Mohamed Kasdi, 2010.

6Dans la région du Nord de la France par exemple, les entrepreneurs et les autorités politiques se heurtent à la résistance des enfants ou des adultes inemployés que l’on se propose d’occuper à de nouvelles tâches dans l’industrie cotonnière11. Par ailleurs, il n’est pas non plus démontré que le niveau de vie moyen des ménages progresse pour l’ensemble des catégories sociales. L’étude menée pour l’arrondissement de Lille montre au contraire un net repli des revenus familiaux pour la grande masse de la population, à l’heure de la première mécanisation, entre les années 1790 et le milieu du siècle suivant12.

  • 13 Belén Moreno Claverías, 2006. Dans son étude sur la Catalogne, entre 1670 et 1790, l’auteur montre (...)

7Le caractère discutable des propositions de Jan de Vries réside encore dans l’explication qui surestime les capacités de l’ensemble des catégories sociales à adopter ces nouveaux types de consommation. Ainsi en est-il du monde paysan qui reste à l’écart de ces nouvelles transformations13. Enfin, les liens et les interactions entre la consommation et la production ne sont pas mis en évidence. Il est pourtant clair que la demande croissante de tout un ensemble de produits ne s’est pas traduite par une offre équivalente, de surcroît, par des nouveaux procédés techniques, de la part des pays consommateurs.

8Les liens étroits et complexes entre l’offre et la demande, pourtant, n’avaient pas échappé aux économistes contemporains de la révolution industrielle qui, même s’ils privilégient l’un ou l’autre des facteurs, se sont attachés à montrer la réciprocité entre ceux-ci. Ces travaux ont jeté les bases, de manière très précoce, de la réflexion d’études qui entendent saisir les transformations, lentes ou radicales, des sociétés, dans le champ économique.

  • 14 Jean-Baptiste Say, 1803, livre 5.
  • 15 Ibid., p. 354.

9Dans son Traité d’économie politique, publié en 1803, Jean-Baptiste Say confronte l’offre et la demande pour montrer combien elles sont dépendantes l’une de l’autre. Certes, il importe prioritairement de développer les productions nationales en s’attachant à ne pas « produire ce que l’étranger produit de mieux que nous mais produire ce que nous réussissons le mieux »14 et, par voie de conséquence, le développement des échanges entre nations n’est pas sans effet sur les productions nationales. Mais en retour, il faut que les consommations les « mieux entendues » soient celles qui touchent une large partie de la population, les classes moyennes et aussi les plus modestes. Elles concernent des produits plus commodes que luxueux : « beaucoup de linge et peu de dentelles ; de bons habits et point de broderies »15 autant de marchandises qui, n’étant ni le fruit du caprice, ni l’expression d’un goût ostentatoire et passager, sont susceptibles de s’accorder avec « la sainte morale ». Le renouvellement et l’élargissement de la demande doivent se faire de manière lente, à mesure que les besoins sont satisfaits. Jean-Baptiste Say de conclure : les entrepreneurs produiront de la sorte des marchandises qui présenteront les plus forts intérêts et les plus gros profits pour les capitaux investis.

  • 16 Thomas Robert Malthus, 1820.

10Si la « théorie des débouchés » a marqué l’ensemble des économistes, elle fut cependant, quelques années après sa parution, très vivement critiquée par Thomas Robert Malthus. C’est dans son deuxième ouvrage, Principes d’économie politique, que celui-ci réfute la loi de Say, selon laquelle l’offre de biens crée des débouchés16. À partir d’une analyse globale de la société, mêlant les aspects sociaux et économiques, l’auteur refuse clairement l’antériorité des facteurs de l’offre sur ceux de la demande comme condition à la croissance de la production. Selon lui, pour qu’une marchandise soit produite, il faut qu’elle fasse, au préalable, l’objet d’une demande « effective », c’est-à-dire qu’elle soit recherchée par une population ayant des revenus lui permettant d’en faire l’acquisition. L’épargne et l’accumulation du capital ne peuvent suffire à encourager la production. Ce serait prendre le problème à l’envers car l’investissement suppose l’existence d’une demande croissante de produits. Il en va de même des progrès techniques qui permettent d’accroître l’offre mais ne sont pas une condition suffisante à la croissance économique. En ce sens pour Malthus, la demande importe plus que l’offre, mais encore faut-il via la régulation des comportements démographiques, créer les conditions préalables à l’augmentation du pouvoir d’achat.

  • 17 Karl Marx, 1859.
  • 18 Ibid., p. 151.

11Marx, à son tour, revient sur le syllogisme des économistes qui, à la suite de Jean Baptiste Say, ont proposé un modèle de développement économique dans lequel la production apparaît comme point de départ et la consommation comme point final d’une réaction en chaîne, où les deux termes sont également nécessaires mais pas suffisants17. Pour lui, cette présentation est superficielle car la consommation est un aboutissement, « sauf quand elle réagit à son tour sur le point de départ et ouvre de nouveau tout le process »18. La consommation devient alors immédiatement production, chacun devient son contraire dans un mouvement dialectique entre les deux termes. En conséquence, à ses yeux, une fois le mouvement impulsé par l’accroissement de l’offre, « la production est immédiatement consommation et la consommation immédiatement production ». Les analyses de Marx envisagent l’évolution historique des sociétés dans un cadre international, où les lentes mutations, de la demande comme de l’offre, propres aux analyses micro-économiques, ne sont que partiellement développées. Son raisonnement ne peut se comprendre que dans un cadre macro-économique qui fait peu de place à l’étude des rythmes du changement dans la demande sur laquelle on voudrait s’appuyer dans le cadre de notre travail. L’échelle du territoire permet cependant de saisir, pour un produit donné, les effets de la consommation comme stimulant sur la production locale. L’évaluation de la nature et du poids de cette demande, comme facteur du développement économique, doit cependant beaucoup, lors des premières décennies du XXe siècle, aux analyses de Keynes.

  • 19 John Maynard Keynes, 1971.

12Analysant les causes de la grande dépression, ce dernier critique la pensée économique dominante, qualifiée « d’orthodoxe »19. Il s’inscrit en faux contre l’idée selon laquelle le système économique s’ajuste de lui-même sans qu’il puisse se produire de crises généralisées de surproduction et de chômage, sinon que temporaires. Pour lui, si les hommes tendent à accroître leur consommation en fonction de l’élévation de leur revenu, cette augmentation de la demande est inversement proportionnelle à leur revenu. Plus celui-ci est faible, plus la part de la consommation est forte ; plus le revenu est élevé, plus la part de la consommation est faible, une partie de ces richesses se dirigeant vers l’épargne. Cette « propension à consommer », plus importante au sein des familles ayant des revenus faibles, joue un rôle fondamental dans l’incitation à l’investissement et détermine le niveau d’emploi.

Une consommation populaire limitée mais changeante

13L’étude de la consommation textile, pour la majorité de la population française des XVIIIe et XIXe siècles bute, en l’absence d’indicateurs statistiques, sur le problème des sources. Si les douanes recensent les importations et exportations par grandes catégories de biens, la consommation intérieure des ménages n’est pas comptabilisée et on doit souvent se contenter de remarques très vagues, voire parfois contradictoires, sur la consommation de tel ou tel produit. La première difficulté est d’apprécier l’évolution du pouvoir d’achat de la population. Or, celle-ci est hiérarchisée en catégories sociales dont les revenus sont à la fois inégaux et connaissent des évolutions différentes. L’autre difficulté est de mesurer, dans les budgets des ménages, la part qui revient aux produits textiles. Celle-ci dépend naturellement des revenus, mais laisse totalement dans l’ombre le choix de chacun. On a donc privilégié, pour ce chapitre, une approche par les sources et travaux disponibles et qui en même temps nous permettent d’isoler trois groupes sociaux distincts.

 

  • 20 Ernest Labrousse, 1933.
  • 21 Didier Terrier, 1998, p. 215.

14Les travaux de Labrousse sur le mouvement long des prix des céréales, et notamment ceux du blé, nous montrent que la hausse des prix agricoles n’est pas compensée par celle des salaires pour la masse des paysans20. Dans la longue durée, le salariat urbain et rural connaît une paupérisation absolue, avec une baisse du salaire réel estimée à 25 % entre le début et la fin du siècle21. La « révolution industrieuse » paraît alors plus qu’improbable pour la grande masse des Français, dans une période où la croissance démographique provoque une augmentation de main-d’œuvre qui excède tendanciellement l’offre. La perte du pouvoir d’achat est d’autant plus prononcée pour la population qui consacre une grande partie de son budget à l’alimentation et surtout à la consommation du pain. Ces dépenses alimentaires, qui croissent plus vite que les revenus vont représenter, lors des crises cycliques, jusqu’à 50 % des frais domestiques pour les journaliers des campagnes. Cette part croissante des dépenses alimentaires dans les budgets entraîne des modifications dans le genre de vie des salariés, en ajournant ou limitant les autres dépenses et notamment les frais vestimentaires. Il y a une corrélation entre la crise agricole et la crise de l’industrie textile, industrie alors la plus considérable de l’Ancien Régime. Si le prix des grains constitue « le baromètre » de l’activité textile, d’autres variables doivent être prises en compte. L’industrie textile regroupe la production de toiles et d’étoffes différentes à l’usage de marchés variés. La nature et le coût des matières, le degré de finesse des toiles, les dessins, les apprêts que subissent les étoffes, etc. font que cette industrie connaît une segmentation de ses débouchés. Elle s’adresse à des catégories sociales différentes dont les revenus n’évoluent pas forcément dans le même sens. Les relations commerciales internationales doivent aussi être prises en compte, pour les produits qui sont absorbés, pour une grande partie, par le marché extérieur. Ainsi pour la crise industrielle de 1788, qui touche les régions exportatrices, comme Lille ou Amiens, il faut pouvoir mettre en lumière les effets du traité de commerce franco-anglais.

  • 22 Louis René Villermé, 1840.

15Si le XVIIIe siècle ignore la statistique des dépenses familiales, il apparaît que la structure du budget de la majorité des salariés varie peu durant la période de hausse des prix. Aucun produit nouveau ne modifie sensiblement le genre de vie populaire et le rôle de la mode n’affecte pas l’immense majorité. En période « normale », Labrousse estime à environ 15 % la part du budget qui peut être consacrée aux dépenses vestimentaires qui sont constituées, pour les ouvriers, de draps grossiers ou de toiles parfois mélangées de coton. Pour le département du Nord, il faut attendre les années 1820-1830, pour avoir des témoignages sur la consommation des classes populaires22. Ces enquêtes brossent un tableau édifiant de la pauvreté, qui touche entre 20 000 et 30 000 Lillois dans les années 1830, dont une grande partie est constituée de fileurs de coton, sur une population un peu supérieure à 70 000 habitants. Villermé évalue, pour 1835, à 915 francs, les revenus moyens annuels pour une famille d’ouvriers, constituée du père, de la mère et d’un enfant de 10 à 12 ans, tous trois salariés. Les dépenses en nourriture constituent 80 % du budget (738 francs), et celles pour le logement 7 % (60 francs). Il reste une somme de 117 francs (13 %) pour l’entretien du mobilier, le linge, les habits, le blanchissage, la lumière, etc. L’auteur reconnaît que c’est insuffisant et que la maladie, le chômage et « un peu d’ivrognerie » provoquent la grande misère. Ce budget, qui ne laisse place à aucune épargne, ne permet pas, même en temps de conjoncture économique favorable, aux familles ouvrières de satisfaire à leurs besoins vestimentaires. Nombreux sont ceux qui sont vêtus d’habits usagés provenant de la « charité publique ou de la bienfaisance particulière ». La part du budget consacrée aux produits textiles ne permet donc pas un renouvellement fréquent des vêtements et du linge. Même si les habits sont constitués de préférence de tissus épais, leur utilisation prolongée fait qu’ils « partent en lambeaux ». L’auteur note l’usure de ces vêtements travaillés par le temps, mais aussi l’absence de certains éléments comme les chaussures ou les chemises de nuit, pourtant nécessaires à l’objectif premier du vêtement, celui de dissimuler la nudité. La brève description de l’intérieur des habitations ouvrières, et notamment celles de la rue des Étaques à Lille, nous permet de nous faire une idée de la composition du linge de maison. Comme pour les vêtements, les draps de lit, quand ils existent, et les couvertures qui couvrent « quelques planches emplies de paille », sont usés par le temps. Ils constituent souvent les deux seuls produits textiles présents dans les demeures ouvrières et ils peuvent passer d’une génération à l’autre ; on n’est alors pas étonné de les voir « semblables à des tamis ».

16Bien que l’auteur trouve les ouvriers roubaisiens plus sobres et plus économes, mieux vêtus que les Lillois (ils sont habillés d’un pantalon et d’une veste de gros drap avec par-dessus une blouse de toile, des sabots et une casquette, « le tout propre, sans trou ni déchirure »), il ne semble pas que la part des dépenses vestimentaires dans les budgets des classes populaires ait évolué entre 1700 et 1830. C’est entre 10 et 15 % du budget qui peuvent être consacrés aux dépenses d’habillement et de linge, mais les bas niveaux de revenus que connaissent les salariés des campagnes comme des villes, sensibles aux prix des denrées alimentaires, font que leurs « garde-robes » se limitent aux seuls vêtements qu’ils portent. Elles sont constituées des principales pièces, une chemise, une paire de bas ou un pantalon, une veste, une robe ou une jupe. L’unicité et l’état d’usure de ces vêtements font que l’ouvrier est d’abord reconnaissable par les habits qu’il porte.

17Si, entre le début du XVIIIe siècle et les années 1850, la consommation populaire, notamment en textile, ne semble pas connaître de changement quantitatif propre à produire un stimulant pour l’activité industrielle, la nature des étoffes subit des modifications engendrées, non pas par une demande consécutive à un effet de mode, mais par des changements dans la production des tissus locaux et régionaux. La constante qui caractérise les produits textiles que consomme le petit peuple réside d’abord dans le faible coût de ces marchandises. Au début de la période, les sources caractérisent de « grossières » les toiles dont se vêtissent ces populations. La texture est constituée de matières premières locales comme le lin, et la laine, mais aussi étrangère comme le coton qui entre dans la constitution des toiles épaisses que sont les futaines et les basins. Ces matières premières représentent un faible coût dans le prix de vente de ces toiles quand elles sont produites sur place comme le lin ou la laine, mais aussi quand elles sont importées, en quantité croissante, comme dans le cas du coton. L’autre élément, qui réduit le coût de ces toiles grossières ou « communes », est le faible coût du travail qui entre dans leur prix de revient. La filature grossière, l’armature simple du tissu et l’absence d’apprêts ne nécessitent pas l’emploi d’une main-d’œuvre qualifiée qui augmenterait du même coup le prix de ces toiles. Le département du Nord, et notamment l’arrondissement de Lille, est un centre de production de ces tissus et une partie de ces marchandises est consommée par le peuple qui, fort nombreux, constitue de fait un marché important. La proximité des lieux de production, qui réduit le coût de ces toiles par la quasi-absence des frais de transport, à laquelle s’ajoute la grande diversité des gammes et des prix des produits proposés par les entrepreneurs, permet l’écoulement des « nouveautés » les moins chères vers cette population.

  • 23 Montalivet, 1809.
  • 24 Jules Michelet, 1846.
  • 25 Cité par P. Perrot, 1981.
  • 26 MA Moreau de Jonnés, 1856.

18Aussi, osons l’hypothèse selon laquelle, fin XVIIIe et début XIXe siècle, les changements, pour les classes populaires, ne sont pas à rechercher dans une augmentation quantitative de la consommation textile, mais dans un changement qualitatif. La mécanisation de la production textile, qui touche d’abord l’industrie cotonnière, modifie la nature des toiles dont se vêtent les classes populaires. L’utilisation de mécaniques pour la production des toiles de coton réduit le nombre d’heures de travail par produit, entraîne une baisse des coûts et permet une consommation de tissus moins grossiers. De nombreuses sources nous apprennent que les vêtements ouvriers sont désormais constitués de chemises en calicot, de pantalons de nankin, de robes d’indiennes, etc. Cette consommation « nouvelle », n’est pas sans stimuler l’industrie cotonnière, mais en même temps, elle réduit d’autant l’usage des produits textiles traditionnels, de lin, de chanvre ou de laine. Cette consommation de tissus en coton ne s’ajoute pas à la consommation textile globale mais elle se substitue, en partie, aux consommations anciennes. Il semble alors qu’il faille relativiser certaines remarques sur la consommation des classes populaires. En 1809, au moment de la fermeture du marché extra-continental, Montalivet écrit que « … la consommation intérieure, à laquelle participe un bien plus grand nombre d’individus, depuis que l’aisance est connue des classes du peuple qui l’ignoraient jadis, et nos relations avec nos voisins, entretiennent une grande activité dans les échanges »23. L’observation du regain d’activité consécutive à la consommation populaire, par le ministre de l’intérieur, est certainement valable pour l’industrie du coton mais ne cache-t-elle pas en même temps des changements de consommation qui, au total, ne se traduisent pas par une augmentation globale de la consommation textile ? La structure du budget reste inchangée et, même si on observe une baisse des prix des produits textiles consécutive à la mécanisation, le nombre moyen de vêtements par personne n’évolue guère avant le Second Empire. Si on cite souvent Michelet qui se fait le témoin, en 1846, des modifications dans la consommation textile du peuple quand il écrit : « Ce fut une révolution en France, peu remarquée, mais grande ; révolution dans la propreté, embellissement subit dans le ménage pauvre ; linge de corps, de table, de fenêtres : des classes entières en eurent, qui n’en avaient pas eu depuis l’origine du monde »24, d’autres sources sont moins affirmatives quant aux modifications quantitatives de la consommation populaire. Le Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle note qu’en 1842, le petit fichu en madras et le tablier neuf sont « tout ce que la femme (du peuple) a pu ajouter à son costume de la semaine »25. Le Larousse du XIXe siècle témoigne qu’en 1848, les ouvriers portent la même blouse « à l’atelier, pendant le travail et dans les jours de la semaine, ce qui est une nécessité, mais même les dimanches et jours fériés… » Au milieu du XIXe siècle encore, Moreau de Jonnés écrit que, pour stimuler le développement de l’industrie cotonnière de la France, il faut « accroître notre commerce avec l’étranger et donner à chaque adulte de notre population, trois chemises de calicot, et, de plus, aux femmes, des robes d’indienne à bon marché. Ce serait là une prospérité dont l’histoire économique de l’Europe n’offre pas d’exemple »26.

  • 27 Jules Michelet, op. cit. p. 34.

19Les témoignages convergent davantage sur les modifications qualitatives qui mettent en évidence la consommation de matières colorées, grâce à l’indienne, ou de tissus plus fins comme le calicot. Michelet témoigne encore de ces changements quand il écrit : « Aujourd’hui… le pauvre ouvrier, au prix d’une journée de travail, couvre (sa femme) d’un vêtement de fleurs. Tout ce peuple de femmes qui présente sur nos promenades un éblouissant iris de mille couleurs, naguère était en deuil… Il a fallu l’effort combiné de la science et de l’art pour forcer un tissu rebelle, ingrat, le coton, à subir chaque jour, tant de transformations brillantes, puis transformé ainsi, le répandre partout, le mettre à la portée des pauvres. Toute femme portait jadis une robe bleue ou noire qu’elle gardait dix ans sans la laver de peur qu’elle ne s’en allât en lambeaux »27.

Dépenses nobiliaires et renouvellement vestimentaire

  • 28 Daniel Roche, 1989, chapitre 8.

20Daniel Roche a montré que, pour le XVIIIe siècle, la noblesse, première cliente de la mode et de la nouveauté vestimentaire, était au point de départ d’un mouvement de diffusion qui atteint, à des degrés divers, tous les milieux sociaux28. Son rôle dominant dans la société traversée « par le jeu des imitations » fait de la tenue vestimentaire nobiliaire un exemple sinon à suivre, du moins à imiter. Par la quantité, la qualité et la variété du contenu de ses garde-robes, elle impose les modes vestimentaires à l’ensemble de la société.

  • 29 ADN, E673-675.
  • 30 Afin de juger de la représentativité de l’exemple lillois, on a pu faire quelques comparaisons avec (...)

21Dans le Nord de la France, il est possible, partir des livres de dépenses et recettes, tenus souvent de manière minutieuse, de reconstituer la part des différents postes composant le budget familial de la famille Quecq-d’Henripret29. Si ces livres couvrent les années 1770 à 1821, ils ne sont utilisables que pour 9 années entre 1770 et 1781. Leur exploitation ne livre donc qu’une approche très (trop) partielle des consommations aristocratiques ; le jeu vaut néanmoins la chandelle compte tenu de la rareté des témoignages de ce type30.

  • 31 La famille Quecq-d’Henripret occupe des fonctions administratives et financières au service du Roi (...)
  • 32 Elle se situe entre les Boyer de l’Albigeois, également de noblesse récente, qui peuvent compter su (...)

22Les Quecq-d’Henripret apparaissent, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, comme une famille de noblesse récente, mais qui connaît une progression rapide de sa puissance financière31. Avec un revenu moyen annuel supérieur à 18 320 livres, elle se situe certes loin de la noblesse de cour qui accumule plus de 75 000 livres par an vers 1789, mais elle peut compter sur plus du double de la richesse de l’aristocratie agenaise, par exemple32. La progression rapide des revenus de la famille Quecq-d’Henripret à la fin des années 1770 et au début de la décennie suivante, tendrait même à la rapprocher de ces « excellentes familles », dont précisément les Schomberg, dans la mesure où notre moyenne concerne surtout les années 1770. Même si l’on suppose au minimum, et c’est peu probable, une stagnation des revenus pour les années 1780, les Quecq-d’Henripret affichent un niveau d’aisance proche de ces derniers. L’enrichissement de la famille est très net dans les années 1770 : le revenu fait plus que doubler entre le début et la fin de la décennie, passant d’environ 11 000 livres en 1770 à 26 000 livres en 1781.

  • 33 La charge de trésorier apporte une ressource annuelle moyenne de 6 271 livres mais elle marque une (...)
  • 34 Ernest Labrousse, 1933, tome 2, livre 7.

23Ces revenus ont quatre origines : la terre compte pour 38 % des ressources pour l’ensemble de la période, les revenus liés à la charge de trésorier 34,2 %, les multiples contrats de rente 21,2 % et les revenus extraordinaires, constitués de ventes de bois, participent enfin pour 6,6 % de l’ensemble des ressources. Si ces moyennes cachent une évolution dans la répartition des postes qui fournissent la base des ressources, on peut considérer, bon an mal an, que les revenus de la terre constituent plus de 50 % des ressources de la famille en fin de période33. Les Quecq-d’Henripret voient donc, et ceci est sans surprise, leur aisance financière portée par la belle envolée de la rente foncière décrite par E. Labrousse34. D’ailleurs, l’analyse des dépenses et des recettes du ménage traduit avec éloquence cette aisance grandissante. Lors des neuf années de référence, le budget familial est excédentaire pour une valeur totale de 48 632 livres, soit l’équivalent du prix d’un grand hôtel lillois ou plutôt de quoi multiplier les contrats de rente et acheter de nombreux hectares de terre et ainsi multiplier les revenus fonciers.

24Les dépenses du ménage se montent en moyenne annuelle à 13 250 livres et on observe une tendance à la hausse : 10 092 livres en 1770 et 15 820 livres en 1781. La famille montre une forte tendance à l’épargne : alors que les recettes s’accroissent fortement, elles augmentent de 135 %, dans la même période, les dépenses augmentent dans une proportion de 57 %. On observe que, dès les années 1777, la famille a atteint, pour les dépenses, un palier que l’on situe autour de 15 000 livres qui reste, malgré l’augmentation significative des revenus, la base qu’elle se fixe en terme de consommation. Cette pratique implicite de l’épargne n’apparaît pas comme fortuite, mais bien comme une volonté délibérée. Le mouvement de hausse des revenus amorcé en 1778 ne se traduit pas par un mouvement équivalent à celui des dépenses ; en 1781, le surplus des recettes est encore supérieur à 10 000 livres : les dépenses et les recettes se situent dans des rapports pratiquement équivalents à ce qu’ils étaient lors des années antérieures. Avec une consommation annuelle d’environ 15 000 livres, la famille Quecq-d’Henripret tient son rang sans faire preuve, outre mesure, de prodigalité excessive compte-tenu du montant de ses revenus : elle ignore les dépenses ostentatoires, qui livrent certaines familles nobles aux créanciers. Mais cela ne signifie nullement que le « paraître », et par voie de conséquence le vêtement, occupent une place qui ne soit pas essentielle, si l’on en croit l’importance du « poste » vestimentaire dans le budget familial.

25Les « dépenses d’habillement » arrivent au second rang, derrière le poste alimentaire, avec 10,4 % des dépenses moyennes annuelles. Si on ajoute aux dépenses vestimentaires, les frais de blanchissage de linge (1,73 % des dépenses annuelles moyennes) et une partie des frais classés dans le poste « meubles et embellissement de la maison », qui pourraient englober les achats de rideaux, draps, tapisseries, etc. (4,91 % des dépenses), les frais liés à la consommation des textiles sont même supérieurs à ceux occasionnés par l’alimentation.

26Besoins fondamentaux, l’alimentation et le textile se voient attribuer des postes de dépenses qui connaissent un renouvellement constant. La consommation alimentaire s’est élevée en moyenne annuelle à 1 885 livres et les dépenses liées au textile d’habillement à plus de 1 700 livres, si on laisse de côté les tissus liés à l’embellissement de la maison. La consommation alimentaire est multipliée par 1,42 entre le début et la fin de la période et passe de 1 498 livres à 2 130 livres. Il apparaît que, dès 1770, les besoins alimentaires de la famille étaient déjà largement satisfaits ; ce n’est toutefois pas celle-ci qui profite le plus de la hausse des revenus. Les dépenses en textile connaissent, par contre, une très forte augmentation ; elles sont multipliées par près de 10 dans la période considérée. Elles sont particulièrement basses en 1770, avec 206 livres, ne représentent que 2 % des dépenses mais connaissent une augmentation rapide pour atteindre plus de 1 900 livres, soit plus de 10 % des charges de la famille, en 1781. Les dépenses pour blanchissage de linge sont multipliées par 4 dans la période. L’évolution de ces dernières est à mettre en lien avec les préoccupations qui s’affirment dans le domaine de la propreté, mais aussi dans l’augmentation du contenu des garde-robes. La famille dépense en moyenne 244 livres pour ce poste, soit 20 livres par mois, c’est 2 fois plus que la dépense liée à la propreté du linge des Schomberg dans les années 1780.

27L’analyse des recettes et dépenses familiales dévoile le synchronisme des dépenses vestimentaires et des revenus sur l’ensemble de la période. Les achats de vêtements se multiplient en début de période, comme s’il s’agissait d’un rattrapage, qui consisterait à adapter les dépenses à un mode de vie nouveau. L’augmentation de ces dépenses se poursuit ensuite en fonction de l’élévation des revenus, pour dépasser 2 000 livres certaines années de la fin de la décennie. On pourrait situer un palier, compris entre 1 500 et 2 000 livres, qui correspondrait à la satisfaction de la consommation en vêtements. Les besoins du paraître et l’impérieuse nécessité de tenir le rang qui leur est dévolu dans la société, à l’image des pratiques vestimentaires de la noblesse, sont alors acquis ; les dépenses en textile ne varieront que lors de grands évènements, comme les mariages ou les deuils, lesquels occasionnent de grandes dépenses en vêtements.

28Il est impossible de connaître la fréquence de l’achat d’un vêtement déterminé dans l’ensemble des frais constituant les dépenses en textile. Les acquisitions de vêtements se font soit sous la forme de produits finis, soit sous celle d’achats d’étoffes ou même de matières premières. Les nombreux frais payés aux marchands de mode semblent indiquer que les dépenses textiles se font davantage sous la forme d’étoffes plutôt que sous la forme de vêtements prêts à l’emploi. L’origine des tissus et habits n’est pas souvent mentionnée mais tendrait à opposer les achats d’étoffes à un niveau local et ceux de vêtements à un niveau régional, voire national.

29Même si les livres de comptes ne mentionnent pas souvent la matière qui constitue les étoffes ou vêtements achetés par la famille, il apparaît que toutes les fibres textiles (lin, laine, soie, coton) sont représentées. Outre des produits finis comme les bonnets, les dépenses font mention d’achats de matières premières filées de manière « commune » comme le fil de coton destiné à la confection de bas ou, de manière plus fine, comme la soie, la gaze, le taffetas, ou la mousseline destinés par exemple à la confection de robes. Dans ces dépenses, le coton apparaît dans les comptes, à partir de 1775, sous toutes ses formes et dénominations. Ce sont, à de nombreuses reprises et durant toute la période, des achats de coton filé, une à deux fois par an, soit plus de 8 mentions entre 1775 et 1781. Les livres précisent qu’il s’agit de « coton à tricoter » ou de « fil de coton pour des bas », certainement confectionnés au sein de la cellule familiale élargie aux domestiques. La nature, la fréquence et la quantité relativement réduite de ces achats nous laissent penser que l’origine de cette matière première est locale. La variété des achats d’étoffes permet la confection de nombreux vêtements. En 1775, le chef de famille achète du velours de coton destiné à être transformé en culotte. En 1786, le tailleur lui fabrique un habit ou une veste à partir d’une pièce de basin. En 1775 et 1776, les enfants pourront porter des robes confectionnées à partir de tissus de cotonnette. La toile de mousseline apparaît sous la forme d’étoffe, en concurrence avec la toile de perse et celle de gaze, en 1780 pour être transformée en robes en 1782 et 1786, ou sous la forme de matière composant les nombreux mouchoirs achetés dans la période. La toile peinte est naturellement présente dans les dépenses textiles, dès le début de la période, soit comme produit fini, soit sous la forme de frais d’impression. Dans le premier cas, on relève, par exemple en 1781, des « achats de ruban et toile peinte ». Les dépenses d’impression, à partir de toiles de coton, achetées et fournies préalablement par Quecq-d’Henripret, sont intéressantes à relever, dans la mesure où elles mettent en évidence le développement de l’indiennerie locale. C’est en effet à Durot, le premier indienneur lillois, que la famille s’adresse en 1775 pour l’impression de 2 pièces d’indiennes facturées 34 livres et, l’année suivante, pour celle de 2 pièces de 31,5 aunes à 11 sols l’aune et 3 pièces de 48 aunes 1/4 à 11,5 sols l’aune.

30Des dépenses en textile de la famille, on peut retenir que les garde-robes sont quantitativement bien fournies et que les vêtements qui les composent sont variés dans leur qualité. La fibre coton est bien présente dans les vêtements mais guère plus que les autres matières premières. Les sources qui ne concernent que la décennie de 1770 ne nous permettent pas, contrairement aux inventaires après décès étudiés ensuite, de déceler une évolution dans la consommation de la matière coton.

  • 35 Chez les Montesquiou, on dépense en moyenne 2 500 livres par an entre 1780 et 1791, et 2 800 livres (...)

31L’impact des dépenses vestimentaires de la famille Quecq-d’Henripret est double. Ses achats sans cesse renouvelés, notamment de matières premières et d’étoffes, induisent un travail pour une large gamme d’intervenants locaux, en amont comme en aval, du marchand à la racommodeuse, en passant par la marchande de mode, le tailleur, la couturière ou la piqueuse. Par ailleurs, la comparaison des dépenses textiles des Quecq-d’Henripret avec celles d’autres familles aristocratiques nous laisse penser qu’elle a cherché, à travers le vêtement, à traduire sa place prééminente, sa position sociale dans la société nobiliaire provinciale. Certes, les livres de compte montrent que les dépenses en vêtements sont plus élevées au sein de la noblesse parisienne, dont il faut rappeler que les revenus moyens sont supérieurs à ceux relevés en province35. Le comportement vestimentaire des Quecq-d’Henripret semble comparable à celui des Boyer de l’Albigeois, qui représente, selon Daniel Roche, « un intermédiaire entre le système parisien et la rigueur des provinciaux ». La famille lilloise serait alors représentative d’une noblesse, qui certes regarde vers la capitale, mais qui s’affirme surtout dans un cadre régional. Elle serait une courroie de transmission, dans le domaine des tenues vestimentaires, entre la noblesse de cour porteuse de modes et nouveautés, qui ne dédaigne pas les articles de coton, et les groupes sociaux aptes à enregistrer et à imiter ces comportements.

L’accumulation des produits textiles dans les inventaires

  • 36 Nicole Pellegrin, 1987 ; Daniel Roche, 1989. Philippe Guignet, 1999 ; l’auteur a par ailleurs dirig (...)

32Si l’inventaire après décès est une source privilégiée pour étudier « la vie matérielle », les historiens ont pu mesurer les différentes limites de la source pour appréhender l’ensemble des réalités de la vie sociale. Ce type de document, fort précieux par ailleurs, ne permet de reconstituer que très partiellement les habitudes de consommation des individus, et le cas échéant le coût de celles-ci. L’estimation des valeurs de la succession ne correspond pas toujours au train de vie, de leur vivant, des défunts, car ceux-ci ont pu procéder à des partages avant leurs décès. Dressé à la fin d’une vie, souvent à un âge avancé, l’inventaire reflète la pratique d’une classe d’âge qui, s’agissant de consommation vestimentaire, possède ses logiques propres. Qui plus est, les erreurs et les lacunes des évaluations des notaires, à la fois dans la valeur des prisées mais aussi dans la nature des objets inventoriés, ne sont jamais à exclure36.

33Il est possible de mesurer les évolutions dans la consommation de produits textiles, à partir des inventaires après décès lillois pris dans la longue durée, entre 1701 et 1831. L’échantillon, ainsi constitué, représente plus de 10 % de l’ensemble des actes de la période.

34Qu’apprend-on sur les garde-robes lilloises ? La prisée des biens mobiliers, établie par les notaires, n’est jamais aussi parfaite que l’historien pourrait la souhaiter, surtout s’il espère le détail, un par un, des vêtements qui composent la garde-robe des défunts, avec si possible, la mention de la matière utilisée à la confection de ceux-ci. Dans un ensemble de garde-robes qui tend à s’étoffer, la matière première utilisée à la confection est précisée dans près de 40 % des vêtements et seulement 17 % du linge de maison inventoriés entre 1701 et 1831. Si, entre les dates extrêmes de la période, le nombre de vêtements des garde-robes a plus que doublé, passant de 444 à 953, la mention des matières premières s’est précisée : elle a été multipliée par 10, elle passe de 68 à 685. Le linge de maison connaît une évolution similaire, tant dans l’augmentation quantitative des produits textiles qui est multipliée par 2, que dans la définition des matières : 11 mentions au début du XVIIIe contre 141 en 1831.

 

35L’évolution positive du nombre des vêtements dont on connaît la nature n’est certes pas linéaire, mais la tendance à l’augmentation est nette : dans le premier tiers du XVIIIe siècle, on ne connaît la matière utilisée que pour moins de 20 % de l’échantillon, un siècle plus tard plus d’un vêtement sur deux nous livre sa matière. Si les prisées connaissent la même augmentation pour le linge de maison, 4,4 % en 1701 et 32,64 % en 1831, les chiffres des « toiles indéterminées » restent très importants : plus de 82 % pour toute la période. Au total, on connaît la matière d’environ 40 % des vêtements et moins de 20 % du linge de maison. Pour expliquer l’amélioration notable dans la définition des matières premières utilisées durant la période, on émet l’hypothèse qu’elle est à mettre en relation avec la diversité croissante des tissus dont se vêtent les Lillois. Il apparaît en effet que les vêtements qui peuvent être qualifiés de « nouveaux », tant par leur matière que par leur lieu d’origine, ont retenu davantage l’attention des notaires, contrairement à ceux qui leur étaient plus communs et qui ne nécessitaient pas d’être définis.

36Les 70 inventaires qui constituent notre base de travail ne reflètent pas l’image exacte de la répartition par catégorie sociale de la population lilloise, dans la mesure où, pour passer devant un notaire, pour établir un inventaire dont le coût s’élève à plusieurs journées de travail, il faut que le défunt ait laissé des valeurs à partager. Les pauvres sont donc d’emblée exclus de notre échantillon, de même que les petits salariés, à quelques exceptions près, et ce au profit du monde de la marchandise, du négoce et de la rente, voire de l’artisanat aisé.

37La valeur moyenne des inventaires est de 26 629 francs, mais les prisées s’échelonnent de quelques centaines de francs pour les petits salariés à plus de 100 000 francs pour certains négociants. Ainsi, il est difficile de trouver des points communs entre Marie Madeleine Gobert, dentellière qui décède à 70 ans, en 1801, en laissant en partage 516,25 francs et Albert Eusèbe Cuvelier décédé 10 ans plus tard, à 55 ans, et dont les biens mobiliers sont estimés à 127 591,43 francs. On a donc opéré une répartition hiérarchique des inventaires en quatre groupes : moins de 1 000 francs, de 1 000 à 10 000 francs, de 10 000 à 100 000 francs et plus de 100 000 francs, afin de mettre en évidence des modèles de consommation textile. Les inventaires de notre échantillon ainsi réparti marquent toutefois un déséquilibre très net au profit de la deuxième classe, qui représente 11 inventaires sur 21.

38Si les produits textiles ne représentent que 5 % de la valeur totale des inventaires, 27 969,40 francs pour une prisée globale de 559 209,22 francs, ils comptent pour un poids très différent à l’intérieur de chaque classe. La valeur des produits textiles est fonction de l’estimation des inventaires : plus celle-ci est élevée, plus la valeur des vêtements et du linge de maison est importante. Le groupe dominant possède en moyenne des produits textiles évalués à une somme supérieure à 3 000 francs, 5 fois plus que le premier groupe qui n’accumule en moyenne que 500 francs. Cependant, la part de la valeur textile n’est pas proportionnelle aux revenus : elle marque un mouvement inverse, qui fait décroître la part des produits textiles en lien avec l’élévation de la valeur des inventaires. Plus l’estimation de l’inventaire est faible, plus la part des produits textiles est importante. Elle représente 70 % des estimations pour les inventaires inférieurs à 1 000 francs. La part des vêtements et linge peut paraître accentuée par notre échantillon, qui ici ne concerne que deux inventaires de garde-robes féminines, mais elle corrobore les observations des contemporains dont on a parlé plus haut. Les produits textiles, 531 francs en moyenne pour un ensemble d’objets mobiliers estimés à 734 francs, représentent l’essentiel des biens accumulés pendant une vie de labeur. Au-dessus de 1 000, la part du textile décroît plus ou moins rapidement : elle se situe autour de 20 % pour les inventaires compris entre 1 000 et 10 000 francs, un peu moins de 9 % pour ceux situés entre 10 000 et 100 000 francs et elle représente moins de 3 % pour les prisées supérieures à 100 000 francs.

39Ce sont donc les petits salariés qui dépensent le plus, en proportion de leur revenu, pour les produits textiles qui répondent au besoin fondamental de se vêtir. À l’autre extrémité, les propriétaires, les marchands et les négociants y consacrent une somme importante, 3 000 francs en moyenne dans les inventaires, mais un seuil apparaît vite et l’accumulation des revenus relègue les dépenses textiles loin derrière d’autres postes de dépenses. Entre ces deux groupes extrêmes, on observe nettement une baisse de la part de la valeur des produits textiles dans les inventaires en corrélation avec l’augmentation des estimations des biens mobiliers.

40On a pu subdiviser en deux parties les produits textiles consommés par les Lillois en comptabilisant d’un côté les vêtements et de l’autre le linge de maison. Les estimations des textiles qui se rapportent au logement, rideaux, draps, couvertures, serviettes, nappes, etc., représentent en moyenne une somme supérieure (712 francs) aux estimations des produits purement vestimentaires (620 francs). Le degré de consommation de l’une ou l’autre des catégories textiles est variable selon le niveau de l’évaluation des biens mobiliers. En dessous de 10 000 francs, les défunts possèdent des vêtements dont la valeur est supérieure à celle du linge et inversement les inventaires dont l’estimation est supérieure à cette somme comportent des valeurs de produits textiles « domestiques » supérieures à celles des habits. Moins l’inventaire est riche et moins le linge de maison est présent ; en dessous de 1 000 francs de biens mobiliers, celui-ci ne représente que 6 % en moyenne (42 francs) contre 66 % pour les vêtements (489 francs). La part des textiles de maison augmente rapidement pour représenter 8 % (343 francs) dans le deuxième groupe, où elle dépasse chez 3 des 11 défunts la valeur des habits. Au-dessus de 10 000 francs, l’inversion est nette, dans 6 cas sur 8, l’estimation des produits textiles destinés à un usage domestique est supérieure à la prisée des vêtements. L’analyse comparée des deux groupes sociaux extrêmes permet la mise en évidence de comportements de consommation différenciés selon le type de produits textiles. La valeur des garde-robes (1 260,50 francs) du dernier groupe est en moyenne 2,5 fois supérieure à celle du premier groupe (489 francs) mais l’écart s’élargit pour le linge de maison, il est de 1 859 francs pour l’élite sociale contre 42 francs pour les petits salariés, c’est, cette fois, un rapport de 1 à 44.

  • 37 Philippe Perrot, 1981.
  • 38 Maurice Halbwachs, 1912.

41Le volume et la valeur du linge de maison sont évidemment liés à la surface de l’habitation, au nombre de pièces, au mobilier, à la vaisselle, bref à tout ce qui doit être équipé en rideaux, en nappes, en draps de lits et en couvertures, etc. Elle marque aussi une intimité des valeurs bourgeoises qui se traduisent par un individualisme qui se resserre autour de la parenté et autour d’un réseau de relations restreintes. La maison est le lieu où l’on reçoit la famille et les amis et c’est dans ce cadre clos que s’expriment aussi certaines des valeurs, moins visibles, de la bourgeoisie. Au XIXe siècle, la morale de cette classe sociale se fonde sur une nouvelle éthique qui repose sur « le renoncement, l’épargne et le mérite »37 ; elle se traduit par un nouveau mode de vivre et de paraître où dominent la simplicité vestimentaire et notamment la discrétion des couleurs. Mais ce refus de la jouissance extérieure n’empêche pas l’accumulation des richesses et des dépenses moins visibles, cachées et tournées vers l’« intérieur », miroir intime de l’extérieur. La maison se referme sur elle-même et c’est là qu’apparaissent les « signes extérieurs de la réussite ». Ce nouveau comportement entraîne des besoins nouveaux, au premier rang desquels la consommation de textiles domestiques apparaît clairement dans les inventaires des biens mobiliers. La prisée, en 1821, du marchand de fer Valentin Deveaux est exemplaire où, à côté de 41 chemises, 31 paires de bas, 13 pantalons et 1 culotte de soie, il aligne 508 serviettes, 174 tabliers, 156 draps, 63 nappes, 47 rideaux et 26 couvertures. À l’autre extrémité, les produits textiles restent, pour les populations à bas revenus et principalement pour la classe ouvrière, les seuls biens qu’ils possèdent. Les minces ressources dont elles disposent font que, dans l’ordre des priorités, les dépenses vestimentaires passent avant l’acquisition du linge de maison et plus généralement les dépenses de logement. Ce faible niveau atteint par la consommation de produits textiles destinés à l’intérieur des habitations a été mis en évidence par les sociologues du milieu du XIXe siècle. À partir de l’enquête réalisée en 1855 par E. Ducpétiaux sur un grand nombre de foyers d’ouvriers belges, l’ingénieur allemand Ernst Engel a pu analyser les niveaux de consommation populaire ; la « loi d’Engel », qui traduit la faible propension de la classe ouvrière à dépenser pour son lieu d’habitation et pour les membres du ménage a été reprise par les auteurs étudiant les contours sociologiques de la classe ouvrière. Cette faible consommation chez les ouvriers s’expliquerait par une sociabilité qui reposerait sur des relations sur le lieu de travail, et qui se poursuivraient dans les espaces urbains que sont la rue et le quartier38.

42L’analyse de la consommation des produits textiles fait apparaître des comportements qui se distinguent par la quantité et le type de produits. Sans doute le niveau des revenus est-il le facteur décisif qui détermine le nombre d’objets textiles possédés. Cependant, au XIXe siècle, cette différenciation se manifeste moins par la demande de vêtements, où l’on tend à une certaine uniformisation, que par la consommation de produits textiles d’intérieur, où l’écart reste visible, au moins dans les inventaires après décès.

43Rechercher la composition par matière des vêtements et du linge des Lillois et y mesurer la place et l’évolution de la fibre coton a obligé à faire des choix dans les produits textiles à analyser. On a retenu les pièces principales que l’on retrouve d’un bout à l’autre de la période, en essayant de couvrir l’ensemble du corps depuis la tête jusqu’aux pieds. Pour les vêtements féminins, on a retenu les corsets, déshabillés, jacotins, jupons, jupes, robes, tabliers, mantelets et pelisses. L’étude des garde-robes masculines porte sur les habits, gilets, vestes, culottes et pantalons. Des éléments se retrouvent chez les deux sexes, les camisoles, chemises, manteaux, redingotes, capotes, ainsi que certains accessoires : les bonnets, gants, mouchoirs, cols et cravates.

44Pour le linge de maison, on a pu comptabiliser et analyser les objets les plus répandus : les rideaux qui ornent les fenêtres, les draps, couvertures et courtepointes qui couvrent les lits, ainsi que d’autres éléments comme les nappes et les serviettes. Il s’agit donc d’une pesée globale d’un ensemble de vêtements et de linge qui se retrouve, plus ou moins régulièrement et dans des quantités variables, dans l’ensemble des actes.

45La pesée globale des vêtements et linge nous montre une augmentation, non sans irrégularité, des objets inventoriés par les notaires entre 1701 et 1831. Les garde-robes s’étoffent au cours de la période et le doublement de la consommation des produits textiles, pour la catégorie des « classes moyennes » qui constituent la majorité de notre échantillon, nous semble vraisemblable.

  • 39 Encyclopédie méthodique, article chemise.

46Des vêtements dont la dénomination est commune aux deux sexes, la chemise apparaît comme l’habit le plus répandu dans les garde-robes. Dans la période étudiée, elle entre dans la catégorie du « linge de corps », puisque c’est « la partie du vêtement qui touche immédiatement à la peau »39. C’est la longueur de la chemise qui différencie celle de l’homme, qui descend jusqu’aux genoux, de celle de la femme qui recouvre l’ensemble du corps jusqu’aux pieds. Les chemises qui se portent de nuit sont composées d’une toile plus épaisse mais la façon est identique à celles qui se portent de jour. Le nombre de chemises par garde-robe est multiplié par 2,3 dans la période, celle-ci comporte en moyenne 21 chemises en 1701 et près de 50 en 1831. Si ce chiffre moyen doit être nuancé en fonction des catégories sociales, la chemise est un vêtement que l’on retrouve dans tous les inventaires. Par ailleurs, la chemise est souvent associée, voire confondue, avec la camisole qui est une chemisette dont le terme, pour désigner ce linge de corps, tend à disparaître au XIXe siècle.

47La diffusion du port de la chemise est à mettre en relation avec l’importance croissante que prend l’hygiène dans les catégories professionnelles considérées. Ce souci de protection et de propreté du corps est aussi perceptible à travers l’utilisation croissante des dessous, notamment féminins, tels que les corsets, les déshabillés ou les jacotins. Le port de ces dessous permet aussi un affinement de la silhouette féminine dans les classes aisées de la société.

48Le mouchoir est le deuxième élément fortement répandu dans les garde-robes féminines et masculines. Le nombre de mouchoirs moyen par défunt connaît un doublement entre le début du XVIIIe siècle, où on relève un peu plus de 20 mouchoirs par garde-robe et, le début du siècle suivant où le chiffre est supérieur à 40. Il n’est pas rare d’observer l’absence de mouchoirs dans la première moitié du XVIIIe siècle. C’est le cas, par exemple, en 1711 chez le marchand Engrand Bruneau ou, en 1731, chez le marchand grossier Michel Liénard. Par contre, on les compte en grand nombre dès la fin de l’Ancien Régime : en 1791, chez le négociant Crépy qui en possède 101 ou, en 1821, chez la propriétaire Delaporte qui en collectionne 114.

  • 40 Adrien Legros, 1936.

49Cette augmentation de la consommation de mouchoirs est à mettre en relation avec la consommation du tabac. Le tabac, introduit avec les Grandes Découvertes, joue, à partir du XVIIe siècle, un rôle considérable au point de vue agricole, industriel et commercial. S’il est au début du siècle, un produit de luxe, sa mise en culture et la multiplication des manufactures de tabac vont permettre une consommation plus large de la plante. Ce changement rapide dans les mœurs de nombreux Français, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, n’est pas sans conséquences sur la consommation en textile. La consommation du tabac à priser nécessite l’utilisation accrue des mouchoirs pour dégager les cloisons nasales de la poudre résiduelle inspirée lors de l’absorption. L’usage de cette poudre à nez, qui nécessite de se moucher avant et après la prise, oblige donc les adeptes de ce tabac à disposer d’un nombre important de mouchoirs40.

50On observe enfin, toujours pour les vêtements mixtes, la même augmentation pour les bonnets, de jour ou de nuit, qui se diffusent très largement à la fin de l’Ancien Régime et pour les bas, présents en très grandes quantités dans les garde-robes.

51Des vêtements qui couvrent le corps des Lilloises, les robes, les jupes et les jupons connaissent une évolution quantitative différente. La robe est rare au début du XVIIIe siècle ; elle n’est pas présente dans toutes les garde-robes, moins d’une femme sur deux en possède une entre 1701 et 1721. Un siècle plus tard, elles encombrent les armoires des Lilloises qui en possèdent en moyenne neuf. On observe cependant que, dès la première moitié du XVIIIe siècle, certaines garde-robes en sont bien pourvues : en 1751 par exemple, on en compte 8 en moyenne par femme. La robe apparaît certainement, au début de notre période, comme un indicateur qui différencie les catégories sociales. Souvent achetée déjà confectionnée, la robe est l’habit le plus visible et le plus sujet aux fluctuations de la mode. Son prix élevé en fait un vêtement de luxe, d’abord réservé aux élites économiques. La jupe marque un mouvement inverse : très présente dans les garde-robes au début du Grand Siècle, on en dénombre 6 en moyenne par inventaire entre 1701 et 1731, on en compte moins d’une entre 1801 et 1831. On délaisse cet habillement, qui couvrait les femmes depuis la ceinture jusqu’aux pieds et qui dispensait souvent, chez les plus humbles, du port du jupon, vêtement identique mais plus court. C’est donc un changement dans la tenue vestimentaire féminine comme en témoigne par exemple, en 1721, l’inventaire d’Anne Cloet qui aligne 2 robes pour 20 jupes et, un siècle plus tard, celui d’Eugénie Lachapelle qui ne dénombre pas de jupe mais qui compte 20 robes. Les études lilloises suggèrent que la victoire de la robe sur la jupe a eu lieu dans les années 1780. Il faut cependant relativiser ce mouvement de démocratisation du port de la robe : si en 1781, la dame Dehenion possède 11 robes, trente ans plus tard, en 1801, Jeanne Thérèse Duriez, veuve d’un maçon, n’en possède toujours aucune.

52Le tablier est un autre vêtement très présent dans les garde-robes des Lilloises, et la mention de son usage double au cours du long siècle. Présent dans tous les inventaires, cet habit, long, enserre complètement le corps féminin ; c’est un vêtement que l’on voit. Synonyme de labeur, il est de toile commune quand il est porté par les femmes du petit peuple, il est embelli de dentelle quand il ceint les dames de la petite bourgeoisie. Avec 10 tabliers en moyenne en 1701 et 18 en 1831, il est évident que l’on change plus souvent de tabliers que de jupes ou de robes. Ce vêtement, qui permet de se protéger des aléas de l’activité quotidienne, est aussi (au moins jusque dans la première moitié du XIXe siècle), la parure ornementale de la classe ouvrière lors des promenades dominicales ; les contemporains en ont souvent fait un indicateur des changements de la mode populaire.

 

53Moins fournies que celles des femmes, les garde-robes masculines témoignent de la même évolution quantitative et de semblables modifications dans les tenues vestimentaires.

54Souvent associée au bas dans les inventaires, la culotte, vêtement qui prend sur les reins et descend jusqu’aux genoux, connaît une évolution ascendante sous l’Ancien Régime, puis amorce un déclin irrémédiable dans la période suivante. On en compte 2 en moyenne par inventaire dans le premier tiers du XVIIIe siècle et 10 dans les trente dernières années pré-révolutionnaires. Le siècle suivant s’ouvre sur une transformation fondamentale de la tenue vestimentaire masculine qui voit l’abandon du port du bas au profit du pantalon. Celui-ci, qui apparaît dans nos sources en 1811, se généralise rapidement dans les années 1820 : on en compte alors plus de 12 en moyenne par garde-robe.

55Si on note, dans la période, une stabilité du nombre des « habits », 2 en moyenne par inventaire, la veste et le gilet connaissent une évolution dissymétrique, semblable à celle observée pour la jupe et la robe. La veste constitue, sous l’Ancien Régime, la pièce essentielle de la tenue masculine. Vêtement du dessus qui couvre le corps jusqu’aux genoux, elle est un élément central dans le paraître vestimentaire et impose donc un renouvellement important : les Lillois en possèdent 10 en moyenne dans la deuxième partie du XVIIIe siècle. L’époque révolutionnaire marque un coup d’arrêt brutal à cette mode qui imposait le port de la veste pour lui substituer celui du gilet. Fort peu utilisé sous l’Ancien Régime, celui-ci s’impose nettement dans les garde-robes masculines, dans le premier tiers du XIXe siècle : les Lillois en comptent alors plus de 18 en moyenne !

56L’ensemble des six produits textiles, composant le linge de maison, connaît la même progression quantitative que celle observée pour l’ensemble des vêtements. Si la variété des catégories professionnelles, qui composent notre échantillon, se traduit par de fortes irrégularités, on peut néanmoins observer, sur le long terme, une nette augmentation des objets textiles d’intérieur. Il faut aussi noter que certains linges sont très largement diffusés, dès le début du XVIIIe siècle, dans les habitations lilloises. C’est le cas notamment des serviettes et d’autres éléments, comme les rideaux, qui marquent une très forte progression dans la période étudiée.

 

57L’étude de la consommation textile à partir des inventaires ne nous a pas permis de considérer la variable des prix des tissus. Si celle-ci est nécessaire, comme facteur dans l’évolution quantitative de la demande, elle reste difficile à appréhender dans la mesure où les inventaires nous montrent que, pour la même dénomination d’un vêtement ou d’un linge, les prix varient énormément.

58Cependant, notre démarche, qui a consisté à analyser des inventaires tels qu’ils se présentaient dans les archives notariales et pour une longue durée, nous permet de conclure à un doublement moyen de la présence des produits textiles dans les garde-robes. Cette augmentation de la consommation n’est certes pas un fait général, on a vu que l’immense majorité de la population n’était pas concernée par cette hausse, mais celle-ci est visible dans la majorité des inventaires dépouillés, qui représentent la bourgeoisie urbaine.

Le coton dans les inventaires

59La nature des étoffes et l’appellation des tissus qui composent les vêtements et le linge des Lillois marquent une très grande variété. On a relevé 67 dénominations que l’on a pu répartir dans 7 catégories. Certaines toiles, pour lesquelles nous n’avons pas pu déterminer la texture, ont été classées avec les toiles indéterminées qui ne contiennent aucune indication, les autres ont été réparties entre les catégories de matières végétales (lin, coton) et animales (soie, laine) ou dans le mélange de ces fibres.

60Sur 67 types de tissus, 55, soit 82 %, existent avant la Révolution Française ; la période « contemporaine » voit apparaître 12 nouvelles étoffes, inconnues dans les inventaires précédents. Si l’Ancien Régime présente une grande variété de tissus, la laine et le lin constituent les matières premières de plus de 50 % des étoffes observées dans les inventaires. Le coton n’est pas absent ; il entre, dans la même proportion que la soie, dans la confection de 9 catégories de tissus, soit 16 % du total.

61Des 12 toiles qui apparaissent après 1790, celles constituées à partir du coton sont les plus nombreuses, au nombre de 7. Elles représentent près de 60 % des « nouveautés » et même plus de 65 % si on y ajoute les tissus où le coton entre mélangé à une autre fibre (dans la même période, 3 nouvelles toiles utilisent la laine comme matière première). Sous l’Ancien Régime, ces deux dernières matières représentaient respectivement 20 % et 16 % des dénominations mais, faute de nouveautés à partir de l’époque révolutionnaire, leur part recule sur l’ensemble de la période à 16 % et 13 %. Enfin, avec 3 nouvelles toiles, la prunelle, le casimir et le mérinos, la laine connaît une stabilité, sur l’ensemble des deux périodes, avec 25 % du total des types de tissus.

62Ce sont les étoffes qui sont confectionnées à partir du coton qui connaissent la plus forte progression : elles représentent 16 % des toiles sous l’Ancien Régime et leur part atteint 24 % pour l’ensemble de la période (cf. tableau n° 1). Déjà présent au début du XVIIIe siècle, la part du coton, comme matière première constituant les tissus des vêtements et du linge relevés dans les garde-robes, se développe dans les années post-révolutionnaires. Plus que les autres matières, il devient synonyme de nouveautés et se traduit par la consommation de tissus jusqu’alors inconnus dans la région.

Tableau n° 1 : Répartition, par matières, des tissus composant les vêtements et le linge lillois

Indéterminé Lin Laine Soie Mixte Autre Coton Mixte coton
Avant 1789 grisette batiste bourracan creppe Dauphine (SetL) cotonnette basin
nina dentelles calemande damas fil et laine indienne fil et coton
tissu en or étoffe de Tournai camelot étamine mousseline futaine
toile anglaise étoupes cazée filoselle nankin siamoise
velours fil crépon gros de Tours perse toile à carreaux
filet drap Moëre (moire) toile de coton
gaze droguet panne toile de Rouen à carreaux
limon flanelle satin toile peinte
œil de perdrix moleton taffetas velours de coton
rollé pinchina
toile polimite
ratine
sayette
serge
Après 1791 casimir alpaga calicot madras
mérinos garat
prunelle levantine
percale
perkaline
printanière
tulle

De la rareté à l’omniprésence : les étapes de la diffusion du coton

63L’échantillon constitué rassemble 11 269 éléments de garde-robes, que l’on a désignés sous le terme de vêtements, soit environ 160 objets en moyenne par inventaire, et 7 821 pièces de linges de maison qui représentent en moyenne plus de 110 éléments textiles (cf. tableau n° 2). Rapporté à cet ensemble de tissus (dont la matière nous est connue ou inconnue) et pour l’ensemble de la période, ceux constitués de coton, au nombre de 2 116, arrivent de loin au premier rang. Ils constituent 19 % du total, devant le lin (moins de 10 %), la laine (plus de 5 %) et la soie (moins de 3 %). Si on ajoute les toiles « mixtes », constituées pour partie de coton, le chiffre se situe aux alentours des 22 %. Le poids de celui-ci serait encore plus important si nous ne considérions que les toiles dont la texture nous est connue, mais il reviendrait à surévaluer l’usage de cette matière. Au contraire, il apparaît que les toiles « indéterminées » devraient logiquement être réparties, dans des proportions difficiles à définir, entre la laine et le lin. Celles-ci, produites et consommées dans la région depuis plusieurs siècles, ont constitué longtemps la base de la majorité des vêtements portés par les habitants. Leur très large diffusion ne donne ainsi plus lieu à des indications systématiques de la part des notaires.

64Les chiffres relevés pour le coton nous semblent, par contre, ne pas avoir été sous-évalués exagérément. Sa présence, relativement récente, dans les tissus qui composent les vêtements des Lillois, entraîne un signalement presque systématique. La « nouveauté », plus encline à être décrite par les officiers publics, nous laisse penser que les chiffres avancés pour le coton sont proches de la réalité.

65Le coton, comme composant de la texture des habits inventoriés, est présent pendant toute la période mais sa diffusion s’est construite progressivement. On peut dégager trois périodes distinctes dans lesquelles le poids du coton, comparé à l’ensemble des matières premières utilisées pour la confection des produits textiles, pèse de manière différente.

  • 41 ADN, Tabellion 1451/298.

66Les trois premières décennies du XVIIIe siècle se caractérisent par une très faible présence du coton comme matière textile habillant les Lillois. Moins de 3 % des vêtements, qui composent notre échantillon, pour ces trente années, sont constitués de cette texture. Sur près de 1 500 éléments de garde-robes, seuls 41 sont confectionnés à partir du coton et 10 à partir d’un tissu où cette matière est en partie présente. Dans ce début de siècle, bien qu’un grand nombre de vêtements, 82 % du total, ne nous livrent pas leur texture, le lin occupe la première place avec environ 8 % de l’ensemble, soit 120 habits inventoriés, suivi de la laine avec environ 5 % des objets textiles. Même si le coton est déjà deux fois plus présent que la soie, nous sommes en ce premier tiers du XVIIIe siècle au début de la consommation de cette matière. Si on a pu repérer la présence de coton dans des périodes plus anciennes, et notamment dès le Moyen Âge, celle-ci était tout à fait marginale. La fin du règne de Louis XIV et la période de la régence voient le coton s’implanter comme matière nouvelle. Celui-ci est par ailleurs, très certainement, plus largement consommé par les populations jeunes, plus enclines à céder à la nouveauté, pour ne pas dire à la mode. C’est en tout cas ce que nous inspire la lecture de la réclamation faite, au magistrat de Lille, par les enfants d’Ignace de la Grange, lors de l’inventaire de celui-ci, de leurs « habits et linges servant à leur chef de corps… » se composant, entre autres, d’une robe, d’un tablier et de cinq paires de bas, le tout en coton41.

Tableau n° 2 : Matières utilisées pour la confection des vêtements et linge de maison

Confection des vêtements
Total Ind. Lin Laine Soie Autre
1701 444 376 84,68% 19 4,27% 22 4,95% 5 1,12%    
1711 510 429 84,11% 42 8,23% 24 4,70% 6 1,17%    
1721 534 414 77,52% 59 11,04% 29 5,43% 12 2,24%    
1731 620 464 74,83% 48 7,74% 33 5,32% 2 0,32%    
1741 658 476 72,34% 41 6,23% 34 5,16% 12 1,82%    
1751 819 579 70,69% 28 3,41% 68 8,30% 24 2,93%    
1761 877 488 55,64% 117 13,34% 45 5,13% 11 1,25%    
1771 1 006 729 72,46% 31 3,08% 38 3,77% 57 5,66%    
1781 812 383 47,16% 103 12,68% 66 8,12% 37 4,55%    
1791 931 605 64,98% 79 8,48% 51 5,47% 35 3,75%    
1801 840 482 57,38% 30 3,57% 29 3,45% 15 1,78%    
1811 1 166 555 47,59% 158 13,55% 74 6,34% 47 4,03% 1 0,08%
1821 1 099 585 53,23% 128 11,64% 36 3,27% 37 3,36%    
1831 953 268 28,12% 172 18,04% 35 3,67% 11 1,15%    
TOT. 11269 6 833 60,63 % 1 055 9,36% 584 5,18% 311 2,75% 1 0,00%
Total Ind. Lin Laine Soie Autre
Confection du linge de maison
1701 250 239 95,60 %     11 4,40%        
1711 312 304 97,43% 3 0,96% 2 0,64% 2 0,64%    
1721 487 472 96,92% 9 1,84% 1 0,20%        
1731 132 116 87,87% 9 6,81% 7 5,30%        
1741 307 291 94,78% 3 0,97% 12 3,90%        
1751 534 494 92,50% 11 2,05% 25 4,68%        
1761 299 273 91,30% 15 5,17% 8 2,67%        
1771 743 507 68,23% 196 26,37% 14 1,88% 6 0,80%    
1781 444 421 94,81% 1 0,22% 17 3,82%        
1791 548 505 92,15% 4 0,72% 21 3,83% 5 0,91%    
1801 126 112 88,88% 1 0,79% 7 5,55%        
1811 1 260 809 64,20% 358 28,41% 29 2,30% 15 1,19%    
1821 1 947 1 634 83,62% 185 9,50% 47 2,41% 6 0,30%    
1831 432 291 67,36% 10 2,31% 23 5,32%        
TOT. 7 821 6 468 82,70 % 805 10,30% 224 2,86% 34 0,43%    

Tableau n° 2 (suite)

Confection des vêtements
Mixte Coton Mixtecoton
1701     15 3,37% 7 1,57%
1711     9 1,76%    
1721     17 3,18% 3 0,56%
1731 3 0,48% 63 10,16% 7 1,12%
1741 1 0,15% 83 12,61% 11 1,67%
1751     101 12,33% 19 2,31%
1761 2 0,22% 120 13,68% 94 10,71%
1771 2 0,19% 115 11,43% 34 3,37%
1781     166 20,44% 57 7,01%
1791     140 15,03% 21 2,25%
1801     253 30,11% 31 3,69%
1811     312 26,75% 19 1,62%
1821     276 25,11% 37 3,36%
1831     446 46,79% 21 2,20%
TOT. 8 0,07% 2 116 18,77% 361 3,20%
Mixte Coton Mixte coton
Confection du linge de maison
1701            
1711     1 0,32%    
1721     5 1,02%    
1731            
1741     1 0,32%    
1751     4 0,75%    
1761     3 1,00%    
1771     20 2,70%    
1781     5 1,12%    
1791     11 2,00% 2  
1801     6 4,76%    
1811 2 0,15% 37 2,93% 10  
1821     71 3,64% 4  
1831     77 17,82% 31  
TOT. 2 0,02% 241 3,08% 47 0,60%

67La deuxième période, qui couvre les années 1730 à 1770, se caractérise par une large diffusion du coton dans les vêtements. Dans des garde-robes qui se dévoilent de plus en plus -31 % des habits nous livrent leur secret- le coton occupe une place croissante. Il constitue la matière de 12 % des éléments inventoriés, soit 482 vêtements sur un total de 3 980, et dans 165 autres habits, 4 % de l’ensemble, il partage avec une autre fibre la texture des vêtements inventoriés.

68La dernière époque, qui s’ouvre dans les années 1780, apparaît comme une période triomphale pour le coton. Notons d’abord que nos chiffres gagnent en précision dans la mesure où nous connaissons la matière première de plus de 50 % des vêtements délaissés par les défunts. Sur un total de 5 801 éléments recensés, pour la période qui va de 1781 à 1831, 1 593 sont composés de coton, soit plus de 27 % de l’ensemble vestimentaire. L’augmentation quantitative du contenu des garde-robes tourne à l’avantage de cette fibre. La consommation des toiles de coton connaît une augmentation à la fin de l’Ancien Régime et celle-ci s’accélère encore au XIXe siècle : en 1831, près d’un vêtement sur deux est composé de cette matière. Pour cette même année, la quantité d’éléments textiles composés de coton est équivalente à l’addition de ceux confectionnés en laine, lin et aux toiles « indéterminées ». Dans la même période, les tissus mélangés de coton ne connaissent pas la même évolution. Ils sont moins touchés par l’innovation et on enregistre une seule nouvelle « toile mixte » : le madras. Aussi, leur part dans l’ensemble des étoffes marque une stabilité, autour de 3 %, par rapport à la période précédente.

69Le coton n’est présent que dans 241 pièces de linge de maison, soit dans environ 3 % seulement de l’ensemble des produits textiles qui servent aux intérieurs lillois. Les chiffres sont encore plus insignifiants, 0,6 %, pour les toiles mélangées de coton. Le lin occupe la première place, avec 10 % en moyenne de l’ensemble des objets inventoriés. Nous ignorons la nature des matières premières pour une grande partie, 82 % du total, de cette catégorie de produits textiles, mais il est évident que bon nombre de ces toiles sont composées notamment de lin. La région du Nord, principalement autour de Lille et Armentières, s’est fait une spécialité dans la production de ces « toiles de ménage », où on sait que le lin entre comme matière première principale. Si l’on considère uniquement les linges dont la texture nous est connue, la part du lin représente alors 40 % de cet ensemble.

70La faible part du coton dans ces produits ne doit pas dissimuler une évolution qui ne se confond pas avec celle observée pour les vêtements. Le coton reste peu utilisé comme matière première tout au long du XVIIIe siècle pour ce type de textiles et il faut même attendre les années 1830 pour le voir pénétrer, de manière importante, au sein du rayon des toiles à usage domestique. Le développement est tardif, il n’est pas décelable avant la dernière décennie de notre étude, mais il est rapide. C’est alors environ 18 % des linges de maison qui adoptent le coton.

71Cette première approche, qui a consisté à observer et analyser les produits textiles dans une globalité, à mettre sur un pied d’égalité des produits aussi différents que les mouchoirs et les chemises, les bas et les tabliers ou les serviettes de table et les draps, mérite d’être affinée. Il est possible d’aller plus loin dans l’analyse des variations, quantitative mais aussi qualitative, de la demande des produits textiles utilisant le coton en scrutant, pour chacun des éléments, la texture dont il est constitué (cf. tableau n° 3). Si l’on ne peut pas parler d’exclusivité d’une matière dans la confection d’un type de vêtement, il est permis de mettre en avant un certain partage des matières dans l’ensemble des produits textiles.

72La laine est utilisée en priorité dans « les vêtements de dessus » qui protègent du froid et dont l’utilisation quotidienne nécessite une toile solide. Plus de 50 % du total des manteaux, redingotes et capotes utilisent cette matière. C’est aussi de cette texture que l’on se sert pour la confection des habits (75 %) et en grande partie pour celle des gilets, vestes et jupes. Elle est toujours très présente dans la fabrication des culottes (43 %) sous l’Ancien Régime puis des pantalons (33 %) au XIXe siècle. On retrouve encore la laine dans plus de 50 % des 347 couvertures qui protègent des hivers rigoureux.

73Le lin est présent dans les vêtements et le linge que l’on retrouve en grande quantité dans les inventaires. Jusqu’au début du XIXe siècle, c’est la seule matière qui est utilisée pour la confection des nombreuses chemises. Cette fibre entre également dans la composition d’un tiers des 872 tabliers et pour une partie non négligeable (9 %) des mouchoirs. Il est aussi, longtemps, la matière exclusive des serviettes de table, largement diffusées dans les intérieurs lillois, et il représente environ 14 % des rideaux qui ornent les fenêtres.

Tableau n° 3 : Répartition des matières premières dans les différents produits textiles

Vêtements Total Indét. Lin Laine Soie
%   % %   %
Robes 197 40 20,3 2 1,01 27 13,7 50 25,38
Jupes 198 58 29,29 1 0,5 79 39,89 29 14,64
Jupons 285 59 20,7 2 0,7 34 11,92 44 15,43
Tabliers 872 341 39,1 292 33,48 8 0,91 10 1,14
Jacotins 89 17 19,1 2 2,24 6 6,74 8 8,98
Déshabillés 30 7 23,33
Corsets 114 72 63,15 2 1,75 1 0,87
Camisoles 80 34 42,5 1 1,25 14 17,5 2 2,5
Chemises 2 782 2 463 88,53 234 8,41
Habits 103 18 17,47 1 0,97 77 74,75 2 1,94
Gilets 161 48 29,81 1 0,62 50 31,05 16 9,93
Vestes 156 64 41,02 46 29,48 14 8,97
Culottes 138 45 32,6 7 5,07 60 43,47 11 7,97
Bas 846 104 12,29 147 17,37 91 10,75 86 10,16
Pantalons 56 7 12,5 1 1,78 19 33,92
Manteaux 20 5 25 12 60 3 15
Mantelets 41 7 17,07 1 2,43 6 14,63 8 19,51
Redingotes 12 5 41,66 7 58,33
Capotes 48 12 25 18 37,5 1 2,08
Pelisses 21 2 9,52 5 23,8 11 52,38
Bonnets 1 139 761 66,81 85 7,46 19 1,66
Gants 184 78 42,39 14 7,6 3 1,63 6 3,26
Mouchoirs 2 635 1 672 63,45 231 8,76 1 0,03 4 0,15
Cols 546 528 96,7 2 0,36
Cravates 516 386 74,8 33 6,39 3 0,58
Total 11 269 6 833 60,63 1 055 9,36 584 5,18 311 2,75
Linge
Rideaux 718 322 44,84 101 14,06 45 6,26 30 4,17
Courte Pointe 73 38 52,05 1 1,36 4 5,47
Couvertures 347 147 42,36 3 0,86 178 51,29
Draps 1 317 1 313 99,69 4 0,3
Serviettes 4 597 3 896 84,75 687 14,94
Nappes 769 752 97,78 10 1,3
Total 7 821 6 468 82,7 805 10,29 224 2,86 34 0,43

Tableau n° 3 (suite)

Vêtements Autre Mélange Coton Mixte cot.
  %   %   %   %
Robes   4 2,03 63 31,97 11 5,58
Jupes   2 1,01 19 9,59 10 5,05
Jupons       113 39,64 33 11,57
Tabliers       209 23,96 13 1,49
Jacotins 48 53,93 7 7,86
Déshabillés 21 70 2 6,66
Corsets 12 10,52 27 23,66
Camisoles 29 36,25
Chemises 85 3,05
Habits 1 0,97 1 0,97 2 1,94 1 0,97
Gilets 43 26,7 3 1,86
Vestes 10 6,41 22 14,1
Culottes 1 0,72 12 8,69 2 1,44
Bas       309 36,52 109 12,88
Pantalons 29 51,72
Manteaux
Mantelets 19 46,34
Redingotes
Capotes 14 29,16 3 6,25
Pelisses 3 14,28
Bonnets 193 16,94 81 7,11
Gants 75 40,76 8 4,34
Mouchoirs 727 27,59
Cols 16 2,93
Cravates 94
Total 1 0 8 0,07 2 116 18,77 361 3,2
Linge
Rideaux   2 0,27 192 26,74 26 3,62
Courte Pointe 27 36,98 3 4,1
Couvertures 19 5,47
Draps
Serviettes 14 0,3
Nappes 3 0,39 4 0,52
Total   2 0,02 241 3,08 47 0,6

74Pratiquement absente dans le linge de maison, la soie retrouve sa place à la fois dans certains vêtements du dessus mais aussi dans l’intimité des dessous. Elle est certainement la matière première dont le prix est le plus élevé et on comprendra qu’elle est surtout présente dans les vêtements les plus rarement portés. C’est le cas des pelisses qui ont adopté la matière dans plus d’un cas sur deux ou des mantelets. La soie améliore aussi l’apparence de 25 % des robes, peu portées au XVIIIe siècle d’après les inventaires et partant, véritable indicateur des changements de la mode sous l’Ancien Régime.

75Avec 19 % de l’ensemble des vêtements et 3 % du total du linge inventorié, le coton est, à l’image des autres fibres, présent selon des proportions variables dans les produits textiles considérés. S’il représente le quart de la matière utilisée dans 11 vêtements sur 25, certains produits l’ignorent en grande partie. Par contre, dès le début du XVIIIe siècle, période pour laquelle nous avons montré un usage peu fréquent du coton, on y recourait déjà très largement pour la fabrication de certains vêtements.

76On observe un synchronisme remarquable dans l’utilisation croissante du coton comme matière pure ou mélangée pour la confection des produits textiles retenus dans nos inventaires. Les vêtements utilisant le coton comme fibre connaissent une progression ascendante que l’on peut diviser en 3 périodes. Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, le coton gagne régulièrement du terrain, et il intervient dans un peu plus de la moitié des vêtements dans les années 1750. Au cours du palier qui suit, entre 1770 et 1790, on constate une augmentation de la consommation de coton, moins par la conquête de nouveaux vêtements que par une augmentation de sa part dans les éléments où il entrait déjà, à la fois au détriment des autres matières mais aussi en profitant de la hausse de la consommation des produits textiles. À partir de 1791, on voit la diffusion du coton reprendre une phase ascendante qui, à terme, fait entrer la fibre dans tous les éléments textiles, à l’exception des manteaux et redingotes.

 

77L’utilisation du coton est beaucoup plus lente en ce qui concerne le linge de maison. Tout au long de l’Ancien Régime, la matière entre, comme unique texture, dans seulement 2 des 6 objets textiles retenus et elle est totalement absente sous sa forme mixte. Il faut attendre les années 1800, pour enregistrer son utilisation courante sous les 2 formes et à partir de la monarchie de Juillet, seuls les draps inventoriés s’entêtent à refuser la matière.

78Si, au terme d’un long siècle, le coton s’impose et devient une matière première, qui, au même titre que la laine et le lin, entre de manière régulière dans la confection des articles textiles, sa diffusion n’a cependant pas été régulière (cf. tableaux n° 4 et 5). On observe une utilisation précoce du coton pour la confection de certains vêtements et, inversement, une longue absence dans celle de nombreux objets textiles.

79Le coton est déjà présent au début du XVIIIe siècle, mais il n’entre dans la constitution que de très peu d’articles, dans de fortes proportions il est vrai. C’est le cas des tabliers, dont on a dit la grande fréquence dans les inventaires. On les rencontre, fabriqués avec du coton dès 1711, et s’ils sont 25 %, pour l’ensemble de la période, à être confectionnés à partir de cette matière, on les trouve dans des proportions supérieures à 50 % dès avant le milieu du siècle. En 1741, par exemple, plus de 60 % des tabliers recensés incorporent du coton.

80On observe une précocité identique pour les bonnets, les bas et les gants que l’on enregistre régulièrement, dès le début de la période dans les inventaires. Ils sont confectionnés en pur coton ou à partir d’un mélange, notamment pour les bas, dès le début du siècle. En 1701, un bonnet sur quatre utilise la matière et celle-ci se diffuse largement dans les années 1730, puis tout au long du siècle, pour la fabrication des gants.

81Les mouchoirs en coton, qui composent 28 % de l’ensemble, sont largement répandus dans le premier tiers du XVIIIe siècle. Si on les rencontre en très grand nombre au siècle suivant, 40,8 % en 1801 ou plus de 68 % en 1831, cent ans plus tôt, la proportion du coton dans ces éléments textiles était déjà très importante : en 1741, plus de 40 % des mouchoirs utilisent cette matière. Très présent dès le début de la période, le coton bénéficie de l’augmentation de la consommation des mouchoirs, sans, cependant, éliminer ceux qui étaient confectionnés à partir d’autres matières premières, notamment le lin. Les inventaires nous montrent, en effet, que les mouchoirs de batiste, composés de toile de lin fin, aussi désignés par leur lieu de production sous le terme de « mouchoirs de Cambrai », jouissent d’une réputation qui ne se dément pas durant toute la période. Enfin, les vêtements de dessous, comme les corsets, et les jacotins puis les déshabillés adoptent rapidement et à forte dose le coton, qui passe pour être une fibre plus agréable à porter au contact direct de la peau.

82Dans les intérieurs lillois, les courtepointes et les rideaux en coton représentent respectivement un peu plus d’un quart et d’un tiers de l’ensemble inventorié. Le coton, accroché aux fenêtres dès le début de la période, fait l’objet d’une utilisation croissante à partir des années 1770. On ne décèle pas le même succès pour les courtepointes, dans la mesure où, dès les premières décennies du XVIIIe siècle, les toiles de coton sont déjà fortement utilisées dans l’ornementation des lits.

83Pour toute une autre série de vêtements, le coton est de grande utilité pour l’ensemble de la période, mais la fibre n’est introduite que tardivement dans la confection de ces habits. C’est le cas par exemple des gilets composés de pur coton dans plus d’un quart de l’ensemble, mais dont la présence n’est effective, dans nos inventaires, qu’à partir de 1811. Si moins de 10 % des vestes

Tableau n° 4 : Proportion des différents vêtements et du linge confectionnés en coton (%)

  Objets 1701 1711 1721 1731 1741 1751 1761 1771 1781
VÊTEMENTS Robes 50 16,7 21,1 7,69 28,6
Jupes 3,33 15 9,67 18,2
jupons 10 25 20,5
tabliers 14,8 18,5 57,1 61,5 36,4 35,2 27,3 30
jacotins 33,3 50 42,9 60 66,7
déshabillés
corsets 100
camisoles
chemises
habits
gilets
vestes 8,51 16,2
culottes 8,82 7,14
bas 12,5 17,4 18,2 21,9 42,5
pantalons
manteaux
mantelets 100 100 60 37,5
redingotes
capotes 66,7 75 40
pelisse
bonnets 1,07 16,3 11,7 13,5
gants 11,1 33,3 77,8 66,7 20,8 22,2 68,8
mouchoirs 19 18,3 40,8 21,7 30,8 30,8
cols
cravates 3,63 19 2,63 16,7
LINGE
rideaux 5,25 23,5 4,25 38,1 11,4
courtes-pointes 50 100 33,3 75 50 25
couvertures
draps
serviettes
nappes

Tableau n° 4 (suite)

  Objets 1791 1801 1811 1821 1831
VÊTEMENTS Robes 31,8 42,9 30,8 52,8 63
Jupes 20 56,3
jupons 20 59 51,4 22,9 74,4
tabliers 20,6 48,3 36 5,55
jacotins 60 76,5
déshabillés 66,7 66,7 75 100
corsets 57,1 58,3
camisoles
chemises 16,2 19,8
habits 50 20
gilets 6,25 63 20,8
vestes 9,52 20 50
culottes 6,66 28
bas 12,7 15 48,6 47,3 77,3
pantalons 50 66,7 38,5
manteaux
mantelets 71,4 23,1
redingotes
capotes 44,4 7,69
pelisse 25 25
bonnets 26,7 66 12,9 36,9
gants 42,1 51,6
mouchoirs 20,9 48 35,1 18,3 68,1
cols 100
cravates 76,9 9,21 79,6
LINGE
rideaux 18,6 26,7 19,1 36,9 54
courtes-pointes 50 66,7 25 25 33,3
couvertures 12,8 15,9 14,3
draps
serviettes
nappes 7,5

Tableau n° 5 : Tissus de coton utilisés à la confection de quelques produits textiles (%)

Jupes, jupons, robes Habits, vestes, gilets Mouchoirs
1701-
1751
1761-
1791
1801-
1831
1701-
1751
1761-
1791
1801-
1831
1701-
1751
1761-
1791
1801-
1831
Toile peinte 55,55 56,89 8,25 8,69 11 4,85 0,67
Indienne 3,44 13,96 4,34 3,44 2,37
Toile de coton 11,11 1,72 38,09 40,22 2,42 35,59
Mousseline 1,72 21,58 89 89,32 56,61
Perse 3,44 1,58 1,14
Levantine 0,31
Percale 2,85 4,74
Percaline 0,63
Calicot 0,31
Cotonnette 1,72 1,9 1,45
Printanière 0,31 4,59
Siamoise 22,22 18,96 0,63 1,14 1,45
Basin 11,11 12,06 8,57 75 65,21 5,74 0,48
Madras 0,95
Futaine 25
Nankin 21,73 4,59
Toile à carreaux
Garat
Gaze de coton
Toile des Indes 39,08

Tableau n° 5 (suite)

Tabliers Rideaux
1701-
1751
1761-
1791
1801-
1831
1701-
1751
1761-
1791
1801-
1831
Toile peinte 91 93,15 34,14 100 58,33
Indienne 3,84 19,51
Toile de coton 5,12 1,36 4,87 33,33 38,31
Mousseline 1,36 2,43 16,88
Perse
Levantine
Percale 13,63
Percaline
Calicot 7,79
Cotonnette 36,58
Printanière
Siamoise 4,1 8,33 0,64
Basin
Madras
Futaine
Nankin
Toile à carreaux 2,43 14,28
Garat 1,94
Gaze de coton 6,49
Toile des Indes

84et culottes utilisent le coton, pour l’ensemble de la période, ce faible pourcentage s’explique par une arrivée tardive de la matière dans la confection de ces vêtements. La laine demeure longtemps la matière première quasi exclusive pour la composition de ces textiles. S’il faut d’ailleurs attendre le dernier tiers du XVIIIe siècle pour voir le coton entrer dans ces vêtements, c’est surtout la période du Consulat qui marque une accélération dans son utilisation. L’ensemble masculin constitué par les gilets, les vestes, les culottes mais aussi les habits adopte alors le coton, de manière importante et durable.

85On constate la même évolution pour les principaux vêtements féminins constitués de l’ensemble des robes, jupes et jupons. Le pourcentage relativement faible du coton, comme matière première entrant dans la confection des jupes (moins de 10 %) par rapport à ceux des robes et jupons (plus de 30 %) ne s’explique que par des modifications dans la tenue vestimentaire. On observe, en effet, une utilisation croissante du coton comme matière première constituant les jupes et, en 1801, plus d’une jupe sur deux est confectionnée à partir de cette fibre. Cependant, le siècle nouveau la voit disparaître de nos inventaires et le coton devient alors la texture dominante des robes et jupons retrouvés à profusion dans les garde-robes.

86Le coton gagne aussi du terrain dans les linges de maison. Les couvertures, longtemps confectionnées presque uniquement à partir de la laine, cèdent devant la matière nouvelle. Si seulement 5 % de celles-ci, soit 19 sur un total de 347, sont en coton, c’est que la matière n’apparaît que tardivement dans ce linge, en 1811 très précisément, et ce dans des proportions comprises entre 12 et 15 %. Ici encore, la laine continue d’être utilisée comme matière dominante, mais elle doit désormais laisser une partie de la place au coton.

87La composition des chemises nous montre que la laine n’est pas la seule matière à être concurrencée par notre fibre. Texture de base dans la confection des chemises depuis le Moyen Âge, le lin subit le même assaut. Ce créneau est d’autant plus intéressant que le linge de corps, dont l’utilisation est déjà commune, connaît une consommation en hausse au cours de notre période, en relation avec l’attention résolument portée sur l’hygiène. Certes le coton n’est présent que dans 85 chemises sur un total de 2 782, soit environ 3 % de l’ensemble inventorié. Il faut cependant attendre 1821 pour dénombrer la première chemise qui utilise la matière. Ici encore, la fibre exotique n’apparaît qu’en fin de période, mais dans de fortes proportions : en 1831, 20 % des chemises présentes dans les garde-robes lilloises sont composées de cette fibre.

88Il est vrai enfin que certains produits vont ignorer complètement notre matière au cours de la période considérée. C’est le cas des deux grosses pièces, manteaux et redingotes, censées protéger du froid, tâche insuffisamment remplie par le coton et qui reste dévolue à la laine. C’est aussi vrai des serviettes et des draps, que l’on compte en grande quantité dans les intérieurs lillois. Cependant, si la laine pour les draps et le lin pour les serviettes restent de rigueur, des changements se font jour. On voit apparaître à la fin du dernier tiers du XIXe siècle des draps de coton, ce qui signifie le début d’un mouvement de renversement de tendance qui les fera bientôt devenir, sur la longue durée, éponymes de leur matière première. Si on ne relève aucune « serviette de coton » dans notre échantillon, on en rencontre toutefois au début du XIXe siècle.

  • 42 Alain Corbin, 1986.

89Il est donc possible, dès l’époque de Louis XIV, de trouver du coton dans les garde-robes. Il est cependant préférable, pour le découvrir au début du XVIIIe siècle, de le chercher dans certains vêtements, comme les tabliers, les bas, les bonnets, les gants, les mouchoirs ou dans l’intimité des dessous et des intérieurs des maisons. Peu de chance, par contre, de l’observer dans les vêtements principaux, les plus sujets à la mode et les plus décrits par les contemporains, comme les jupes, les robes, les vestes, les gilets ou les culottes, habillant femmes et hommes. On prendra soin aussi d’éviter de scruter des éléments comme les couvertures, les draps ou les serviettes. À partir des années 1780, sa présence se fait de plus en plus visible. Sa part dans les vêtements et le linge où il entrait déjà dans la période précédente s’accentue et il s’introduit dans la quasi-totalité des textiles. Au siècle suivant, on ne lui résiste plus, il devient « à la mode », dans la mesure où il est la matière première qui connaît la plus forte consommation. Le coton devient aussi dominant dans des vêtements qui s’affirment, sinon comme des nouveautés, du moins comme des articles qui connaissent une forte demande en fin de période. Les pantalons, qui supplantent les bas dans les années 1820, sont représentatifs de ces vêtements qui connaissent alors une forte consommation, et dans lesquels le coton est fortement utilisé. Il est partout présent, et profite, certainement plus que les autres matières, de l’augmentation quantitative des garde-robes. Rien ne semble l’arrêter puisqu’on lui fait commettre un sacrilège en l’introduisant audacieusement dans les linges sacrés, comme les nappes d’autel, les aubes et autres étoffes qui servent aux rites religieux qui, jusque-là, étaient de lin. En 1819, le pape Pie VIII se voit obligé de condamner l’utilisation de cette fibre et rappelle que les Écritures imposent le chanvre et le lin, matières qui symbolisent la pureté du corps et de l’âme, dans la confection de ces tissus42.

Une matière qui se dévoile sous des formes de plus en plus variées

90La présence accrue du coton dans les garde-robes, s’est accompagnée d’une diversification des toiles utilisant la matière. Les appellations des différents tissus de coton, qui témoignent des lieux de production anciens ou récents, de la qualité du tissage ou des apprêts, etc. se multiplient au cours de notre période. L’ensemble des vêtements et linge réunis témoigne cependant de différences dans l’adoption des nouveautés. C’est ainsi que les bas gardent la même constitution durant toute la période, ils sont soit en pur coton ou bien, dans un quart des cas, composés partiellement de cette texture. À l’opposé, on n’est pas étonné de trouver une plus grande diversification des dénominations pour les toiles de coton qui composent les vêtements les plus visibles. Ainsi l’ensemble féminin, composé des jupes, jupons et robes, le plus sujet à la mode se caractérise par un élargissement de la gamme de ces produits qui utilisent cette matière. Ces vêtements sont constitués de 4 types d’étoffes dans la première moitié du XVIIIe siècle contre 13 sortes dans les années 1800. La consommation de ces produits apparaît quantitativement plus importante et qualitativement plus variée. La hausse de la demande des produits textiles se traduit par la possibilité du renouvellement vestimentaire. Plus que dans les périodes précédentes, le changement de vêtements peut être synonyme de changement d’étoffe. On observe le même mouvement de diversification dans la consommation des vêtements masculins les plus visibles : habits, vestes et gilets sont confectionnés dans des tissus de coton dont les qualités se font de plus en plus variées.

91La répartition des vêtements et du linge de maison par type de tissus de coton employés à leur confection permet de déterminer des grandes périodes de consommation de produits bien définis. Toutes les étoffes utilisant la fibre ne sont pas présentes à l’origine dans les inventaires. La grande variété, observée en fin de période, s’explique par l’apport successif de toiles nouvelles, à l’image de couches sédimentaires plus ou moins épaisses.

  • 43 Cité par Edgar Depitre, 1912.

92La première moitié du XVIIIe siècle a été, pour les textiles de pur coton, comme « le temps de la toile peinte et de la mousseline ». La totalité des rideaux, plus de 90 % des tabliers, environ un ensemble féminin (jupes, jupons, robes) sur deux et 10 % des mouchoirs ont été confectionnés à partir de la toile imprimée. Malgré les nombreux édits qui en interdisent le port, on la recense en grande quantité dès les années 1710. L’inapplication des édits d’interdiction pour cause d’occupation hollandaise de Lille, entre 1708 et 1713, rend difficile leur remise en vigueur, après le traité d’Utrecht, et le retour de la ville dans le royaume de France. En 1714, M. de Bernières, intendant à Valenciennes, accuse réception des arrêts contre les toiles peintes, mais il ne peut « cependant se dispenser de demander de nouveaux ordres par rapport à l’état singulier où se trouve son département : dans la plupart de villes et pays ayant été longtemps sous la domination des Hollandais, presque toutes les femmes se trouvent encore vêtues de ces sortes d’étoffes dont la ville de Lille est particulièrement remplie… »43. Il est vrai qu’elle s’affiche ostensiblement, à la vue de tous, quand elle est dans les tabliers, mais on la pressent encore plus profuse, quoique dissimulée au regard du public, dans les intérieurs lillois, quand elle se fait courtepointe ou rideau, ou dans les dessous féminins, quand elle devient jupon.

93La mousseline est le deuxième tissu de coton, qui est l’objet d’une consommation dans la période. Cette fine toile est, dans cette première moitié du siècle, l’unique tissu de coton servant à la confection des mouchoirs et elle n’entre dans la constitution d’aucun autre produit. Elle surgit dans les années 1730 dans les inventaires et elle se cantonne, au cours de cette première période, à la fabrication exclusive de ces articles. Les mouchoirs de mousseline font l’objet d’une demande croissante, concurremment aux « mouchoirs de Cambrai », produits similaires composés de fine toile de lin.

94Dans la même période, les toiles mixtes, futaine et basin, constituent une bonne part des ensembles féminins et masculins. Tissus résistants, ils sont une matière de choix pour ces vêtements, dont le port prolongé et répété nécessite résistance et solidité. La siamoise, étoffe plus légère, composée de coton et de soie, peut aussi se glisser dans les dessous des dames. Cette époque, qui court jusqu’à la Révolution Française, se caractérise à la fois par la consolidation et le renforcement des pratiques de consommation précédentes et par des changements dont le principal est une demande croissante pour des produits textiles nouveaux.

95La toile imprimée reste la composante majeure des produits où elle entrait déjà de manière dominante dans la période précédente. Elle connaît même une progression en valeur absolue dans des garde-robes où les vêtements s’empilent en plus grand nombre. Ainsi en est-il par exemple des ensembles féminins confectionnés à partir de la toile peinte qui sont 6 fois plus nombreux que dans la période précédente et qui constituent plus de la moitié des jupes, jupons et robes dont la texture utilise le coton. La mousseline, enfin, continue à occuper le terrain des mouchoirs où elle conserve, en même temps qu’ils se multiplient, un quasi-monopole.

96Parallèlement au renforcement de la consommation de la toile peinte et de la mousseline, on voit se développer une demande pour d’autres étoffes de coton. La « toile de coton » (qui utilise exclusivement cette matière) est déjà présente dans les inventaires de la première moitié du siècle, on la rencontre, dès la fin du règne de Louis XIV, composant la matière première de quatre tabliers et d’une robe et elle gagne du terrain dans la période suivante. Elle entre alors timidement dans la confection des mouchoirs mais aussi de manière plus importante dans celle des rideaux, pour représenter un tiers des ornements de fenêtres.

97D’autres tissus de coton apparaissent comme « nouveautés » plus tardivement. C’est le cas de la « cotonnette » dans les années 1760, du « nankin » dans la décennie suivante et de la « toile de perse » au début de la Révolution Française. La cotonnette et la perse se glissent, en quantité réduite, dans les ensembles féminins, véritables « laboratoire de modes » alors que le nankin est réservé aux dessus masculins. Cette dernière toile, une innovation dans la consommation régionale, remporte un succès notable dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, succès qui ne se dément pas au cours de la période suivante où elle entre comme matière première dans un grand nombre de pantalons.

98La dernière période, qui voit le triomphe du coton dans les consommations textiles, est marquée par une diversification accrue des toiles utilisant la matière. La toile imprimée est l’objet d’une demande croissante mais elle doit partager avec d’autres tissus l’engouement croissant pour la fibre coton. Elle accuse même un recul en proportion dans une conjoncture de croissance de la demande de ces produits textiles. Elle reste majoritaire dans la texture des tabliers et représente encore un peu plus de 20 % des ensembles féminins, notamment pour la confection des robes ; elle disparaît, par exemple, dans la composition des rideaux de notre échantillon.

99La mousseline reste très présente dans les garde-robes lilloises de la période, mais son utilisation connaît une modification. Longtemps matière première dominante dans la confection des mouchoirs, elle cède du terrain, surtout dans les trois dernières décennies, au profit d’autres tissus. La sortie enregistrée dans ce domaine est cependant plus que compensée par son entrée dans les rideaux et dans les ensembles féminins. Il est évident que l’aunage nécessaire à la confection de ces derniers éléments, bien supérieur à celui utilisé pour les mouchoirs, fait de la mousseline un tissu qui connaît une consommation croissante.

100Ce recul relatif de la toile peinte et le changement dans l’utilisation de la mousseline se font au profit de la « toile de coton » qui voit une forte augmentation de son usage. Elle poursuit avec vigueur une hausse amorcée dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle qui la conduit à devenir la principale texture des ensembles féminins et masculins, des mouchoirs et des tabliers où elle représente la matière première de plus du tiers pour chacun de ces articles utilisant le coton. Les chiffres sont encore plus élevés si l’on se rapporte à l’extrême fin de la période : dans les années 1830, elle compose 50 à 80 % des objets textiles cités.

101À côté de ces trois étoffes, toile imprimée, mousseline et toile de coton, qui constituent l’essentiel de la consommation de tissus utilisant la fibre, le début du XIXe siècle marque une nette augmentation, en volume et en rythme de la demande pour les « nouveautés ». En l’espace de 20 ans, entre les années 1810 et les années 1830, on enregistre, dans les principaux objets textiles retenus, 10 nouvelles toiles de pur coton ou mixtes. C’est au début de la deuxième décennie du XIXe siècle la toile à carreaux, dix ans plus tard la toile levantine, percale et percaline, la printanière, la toile de madras, de gaze et la toile des Indes et enfin, sous la monarchie de Juillet, le calicot. Les dates retenues pour l’apparition de ces différents tissus de coton ne doivent pas être considérées comme étant exactement celles du début de leur consommation à Lille et plus généralement dans le département. Elles sont naturellement dépendantes du rythme décennal de nos coupes opérées dans nos inventaires mais il est probable que l’on pourrait les rencontrer dans d’autres sources. Reste que la multitude de ces toiles apparues en grande quantité sur une courte période, une vingtaine d’années, et réparties dans l’ensemble des garde-robes traduit, sinon un changement, du moins une accélération des pratiques de consommation diversifiée, que l’on peut dater du premier tiers du XIXe siècle.

  • 44 Jean-Yves Grenier, 1996.

102Cette demande pour des produits variés qui accompagne l’accroissement de la consommation globale des produits textiles n’est pas en contradiction avec la nouvelle « éthique bourgeoise ». Elle s’inscrit dans une période post-révolutionnaire où l’ordre des valeurs est bouleversé parce que les normes sont remises en question44.

103Ces matières premières nouvellement utilisées se glissent surtout dans deux produits : les ensembles féminins et les rideaux.

104Beaucoup plus que les hommes, les femmes sont à l’origine de ces comportements nouveaux et leur désir de paraître « sous toutes les coutures » les amène à aligner, dans leurs garde-robes, toute une gamme de vêtements qui permet un réel renouvellement de leur tenue. La variété est alors visible tant dans les formes et les couleurs que dans les textures des habits. Elles adopteront, selon l’heure de la journée ou le jour de la semaine, la robe d’indienne, de mousseline ou de percale à moins que la tenue printanière, de saison, ne s’impose pour la sortie dominicale.

105Les étoffes de coton bénéficient également du regard et des préoccupations nouvelles portés sur leur intérieur par les bourgeoises et les bourgeois lillois. Les rideaux, utilisant la fibre, sont l’objet d’une forte demande qui est accompagnée par une diversification croissante des étoffes. De nouveaux tissus, comme la toile à carreaux ou de percale ainsi que la gaze et le garat (étoffe très fine), complètent la collection disponible pour l’ornementation des fenêtres, signe d’une « maison bien tenue ».

 

106Même s’il peut paraître nous éloigner de notre sujet, ce détour, par l’étude de la consommation du coton dans le Nord de la France, a pour but d’éclairer sur les moyens mis en œuvre, par les acteurs, négociants, marchands ou manufacturiers, qui de loin ou de près, ont répondu à cette demande. L’étude, en longue durée, des rythmes et des volumes de celle-ci, sources de dynamisme puis de blocages, permet de mieux comprendre les processus de développement économique et les « voies de l’industrialisation » empruntées par les entrepreneurs de la région. L’origine des toiles consommées, qui est l’objet du second chapitre, est tout aussi nécessaire à étudier pour dessiner le rôle joué par l’élite économique de la région. En se plaçant du côté de la demande et en analysant les lieux de production, on pourra mettre en évidence l’originalité, plutôt que « le retard », du passage du capitalisme commercial au capitalisme industriel dans le Nord de la France.

Notes

1 Patrick Verley, 1997.

2 Paul Mantoux, 1959, chapitre 2. L’auteur présente l’essor commercial comme facteur préalable à l’industrialisation.

3 Pour l’Angleterre, les travaux pionniers sont ceux de Lorna Weatherille, 1988 et de Beverly Lemire, 1991 ; Pour la France : Daniel Roche, 1989.258.

4 Natacha Coquery, 1998.

5 Daniel Roche, 1981 ; Ferrières, 2004.

6 Jacques Bottin et Nicole Pellegrin, Éd., 1996.

7 Jean Thirsk, 1988 ; Beverly Lemire, 1991 ; Jean-Yves Grenier 2010.

8 Neil Mc. Kendrick, John Brewer, J.H. Plumb, 1983. Les auteurs qui décrivent les nouvelles consommations, ne prennent peut-être pas suffisamment en considération le recul concomitant de la demande pour les produits traditionnels.

9 Jan de Vries, 2009.

10 Jean-Yves Grenier, 2010.

11 Voir chapitre 3.

12 Gérard Gayot et Mohamed Kasdi, 2010.

13 Belén Moreno Claverías, 2006. Dans son étude sur la Catalogne, entre 1670 et 1790, l’auteur montre que les facteurs culturels ont été un frein aux nouvelles habitudes de consommation. Ces comportements nous invitent à repenser la consommation dans les paysanneries d’autres régions, dont celles du Nord de la France.

14 Jean-Baptiste Say, 1803, livre 5.

15 Ibid., p. 354.

16 Thomas Robert Malthus, 1820.

17 Karl Marx, 1859.

18 Ibid., p. 151.

19 John Maynard Keynes, 1971.

20 Ernest Labrousse, 1933.

21 Didier Terrier, 1998, p. 215.

22 Louis René Villermé, 1840.

23 Montalivet, 1809.

24 Jules Michelet, 1846.

25 Cité par P. Perrot, 1981.

26 MA Moreau de Jonnés, 1856.

27 Jules Michelet, op. cit. p. 34.

28 Daniel Roche, 1989, chapitre 8.

29 ADN, E673-675.

30 Afin de juger de la représentativité de l’exemple lillois, on a pu faire quelques comparaisons avec la noblesse de cour (les Montesquiou et Schomberg) et surtout la noblesse provinciale de l’Agenais (les Bourdon de Saint-Amans) et de l’Albigeois (les Boyer) présentées par Daniel Roche.

31 La famille Quecq-d’Henripret occupe des fonctions administratives et financières au service du Roi et des États dès la fin du XVIIe siècle. Jean Baptiste (1729-1794), le premier auteur de la tenue des livres, trésorier de France au bureau des finances de la généralité de Lille de 1754 à 1783, est à l’origine de l’anoblissement de la famille. Son fils Jean Gabriel, successeur dans la rédaction des comptes de dépenses et recettes, est trésorier comme son père, conseiller municipal de Lille, puis conseiller général du Nord.

32 Elle se situe entre les Boyer de l’Albigeois, également de noblesse récente, qui peuvent compter sur des revenus compris entre 15 000 et 20 000 livres par an et les Schomberg qui disposent de 25 000 à 30 000 livres dans les années 1780.

33 La charge de trésorier apporte une ressource annuelle moyenne de 6 271 livres mais elle marque une forte baisse en proportion de l’ensemble des revenus (57 % des ressources en 1770 et 24 % en 1781). Les contrats de rente fournissent 16 % des revenus en 1770 et 20 % en 1781. Ce sont les revenus de la rente foncière (en moyenne 6 961 livres durant la période), qui connaissent la plus forte augmentation : ils passent de 2 547 livres en 1770 à 11 250 livres en 1781. Ils contribuent pour 23 % des recettes de la famille en 1770 et pour près du double, 43 %, en 1781, auxquels s’ajoutent les ventes de bois.

34 Ernest Labrousse, 1933, tome 2, livre 7.

35 Chez les Montesquiou, on dépense en moyenne 2 500 livres par an entre 1780 et 1791, et 2 800 livres, dans les années 1770, chez les Schomberg mais avec des fluctuations qui vont du simple au quintuple.

36 Nicole Pellegrin, 1987 ; Daniel Roche, 1989. Philippe Guignet, 1999 ; l’auteur a par ailleurs dirigé de nombreux travaux portant sur les principales villes du futur département.

37 Philippe Perrot, 1981.

38 Maurice Halbwachs, 1912.

39 Encyclopédie méthodique, article chemise.

40 Adrien Legros, 1936.

41 ADN, Tabellion 1451/298.

42 Alain Corbin, 1986.

43 Cité par Edgar Depitre, 1912.

44 Jean-Yves Grenier, 1996.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search