Version classiqueVersion mobile

Michelet, rythme de la prose, rythme de l'histoire

 | 
Paule Petitier

II. Rythme et poétique de l'histoire

1. Entre Vico et Michelet : une affaire de rythmes

Maria-Juliana Gambogi-Teixeira

Texte intégral

  • 1 Voir, en particulier, les préfaces finales pour son Histoire de France.

1« Je n’eus de maître que Vico » : voilà l’un des refrains les plus fréquents chez Michelet, un titre même, qui lui permet de s’attribuer une place à part, de se distinguer intellectuellement, n’acceptant aucune autre influence1. Bien que cette référence au philosophe ne soit pas à prendre littéralement, il n’en reste pas moins que bien des éléments permettent d’accréditer la proposition selon laquelle la pensée vichienne se trouve à l’origine de l’historiographie de Michelet – ce qui revient à situer sa traduction de la Science nouvelle comme une sorte de point de départ épistémologique et de point zéro de ses récits. Cette hypothèse que nous adoptons, et qui a valeur performative, entend donc souligner les liens qui unissent la pensée de Michelet à celle de Vico, du moins à celle qu’il a cru découvrir dans l’œuvre du philosophe.

  • 2 C’est l’argument qui soutient Olivier Remaud, surtout dans son Les Archives de l’humanité. Essai su (...)

2Il y a donc lieu de soutenir que ces liens, bien que caractérisés par une forme de surinterprétation de la part de Michelet, gardent la trace d’une lecture attentive, par conséquent respectueuse des concepts et des démarches propres au philosophe, comme le reconnaîtront certains commentateurs2.

  • 3 Concernant le rapport de Michelet à Vico, nous nous appuyons en particulier sur les travaux d’Olivi (...)
  • 4 Il s’agira de suivre l’idée d’une reprise continuelle et systématique de ses livres et de ses idées (...)

3Nous ne reviendrons pas sur ce paradoxe, qui a fait l’objet d’études approfondies et probantes3 ; en revanche, certains aspects de cette inspiration, relevant plutôt du domaine de la poétique, n’ont guère attiré l’attention des commentateurs, en particulier pour ce qui concerne les modèles, les structures potentiellement transmises par Vico et réinventées par Michelet. Au premier rang de ces modèles, les rythmes. Généralement défini par le retour périodique d’un événement, que ce soit en musique ou en prose, le rythme est une donnée éminemment temporelle. De ce point de vue, il relève naturellement de l’histoire, comme déploiement narratif d’une temporalité. Sous un autre angle, le rythme relève aussi de la poésie, dont il sert à délimiter les genres. Or, bien qu’il ne soit pas l’objet d’une théorie à proprement parler, le rythme se trouve au cœur de la Science nouvelle, tant par la conception du temps qui s’y révèle que par des propos sur l’origine et l’histoire du langage, appréhendé aussi bien du point de vue de la poésie que de la prose. De ce fait la question du rythme nous est apparue comme un élément clef de l’interaction entre l’historien et le philosophe, et propre à en révéler la profondeur insoupçonnée, peut-être du fait des excès même de Michelet. Ce parcours n’est pas sans conséquence : s’il permet de mieux observer l’influence de la Science nouvelle sur l’historiographie micheletienne, l’angle retenu éclaire la vocation poétique de cette Science, ce qui modifie en retour la perception de sa singulière reprise par Michelet. Autrement dit : l’analyse de la transformation du modèle du rythme de Vico à Michelet permet de mieux observer comment la vocation poétique de la Science nouvelle incite à chercher dans l’œuvre micheletienne une forme particulière de théorisation du rythme, dont les effets seraient sensibles sur les modèles narratifs utilisés par notre historien – que ces effets relèvent de l’hétérodoxie de l’interprétation micheletienne de Vico ou de son choix de l’histoire au détriment de la philosophie4.

4Notre propos est donc de rappeler quelques éléments qui pourraient faire partie de cette théorie poétique afin de commencer à établir des relations entre les rythmes du récit micheletien d’une part, et d’autre part les concepts et principes auxquels ils correspondent.

  • 5 Dans ce sens, nous renvoyons une fois de plus aux textes d’Olivier Remaud, tout comme au travail de (...)

5Avant d’entrer dans le sujet, il faut insister sur le fait que nous n’avons aucune prétention à un regard philosophique personnel sur ce thème, de sorte que nous sommes entièrement redevables au travail des spécialistes de Vico, et bien davantage à ceux qui font la distinction entre le Vico des philosophes et celui des « micheletiens », sans pour autant discréditer le dernier5. Il va sans dire que ce dernier est le seul objet de notre attention.

*

  • 6 Quant au ricorso, le même Pons fait appel au mot de récurrence, lequel traduirait l’idée centrale d (...)

6Il est généralement admis que la Science nouvelle prônerait une vision cyclique de l’histoire, c’est-à-dire à l’instar des modèles antiques une histoire composée par la succession perpétuelle et identique des corsi et des ricorsi. Rien de moins consensuel parmi les spécialistes de Vico, pour qui corso n’est pas synonyme de « cycle » et ricorso n’admet pas le pluriel. Ainsi la traduction d’Alain Pons propose de remplacer l’expression corso par le mot cours, parce qu’il garde la même origine étymologique. Il semble que Michelet ne se soit pas trop égaré par rapport aux lectures des spécialistes d’aujourd’hui. Il est vrai que chez lui le corso se dit carrière et le ricorso est passé tout bonnement à retour6. Les deux choix ont l’air de s’accorder avec son désir de simplifier le philosophe. De toute façon, l’essentiel est préservé par la référence à la notion de mouvement dans le temps.

  • 7 P. Girard, Vocabulaire sur Vico, op. cit., p. 24.
  • 8 Michelet. Discours sur Vico, dans Œuvres complètes I, Flammarion, 1971, p. 287.
  • 9 Ibid., p. 288. Cette définition a été donnée par Remaud dans ses commentaires sur le concept de « c (...)

7Les corsi renvoient à une « allure générale » typique de chacune des étapes ou des âges qui composent le cadre de « l’histoire idéale éternelle » vichienne. Cette histoire ne se confond en rien avec le récit des évènements particuliers – par conséquent, avec celle pratiquée par Michelet. En effet, il s’agirait plutôt d’un modèle de raisonnement ou d’un « schéma idéal » capable de rendre intelligible « le développement par lequel passent toutes les nations7 ». Le caractère normatif de ce concept ne rebute pas l’historien. Au contraire, il semble bien comprendre l’enjeu de cette « histoire » lorsqu’il défend, lui aussi, et l’hypothèse d’une durée éternelle et l’« espoir d’une perfection stationnaire8 ». C’est pourquoi il définit le système vichien comme le seul capable de « dégager les phénomènes réguliers des accidentels, et [de] déterminer les lois générales qui régissent les premiers ; [de] tracer l’histoire universelle éternelle, qui se produit dans le temps sous la forme des histoires particulières, [de] décrire le cercle idéal dans lequel tourne le monde réel : voilà l’objet de la nouvelle science.9 »

  • 10 Traduction de Vico par Michelet, Principes de la philosophie de l’histoire, dans Œuvres complètes I(...)
  • 11 J’ai recours ici au concept proposé par Claude Lefort dans son article « Permanence du théologico-p (...)

8Ainsi, cette histoire en corsi serait une description normative abstraite à travers laquelle se prouve le principe selon lequel « le monde social est l’ouvrage des hommes10 ». Les trois cours ou carrières font partie de ces « phénomènes réguliers » repérés par Vico dans l’histoire ancienne, réfléchissant une tradition partagée par plusieurs peuples selon laquelle il y a eu d’abord un âge des dieux, et ensuite un âge des héros jusqu’à l’arrivée d’un âge des hommes. Mais le philosophe traite ces âges comme des unités de sens qui permettent de saisir la mise en forme – pour reprendre une idée de Claude Lefort11 – singularisant chacun des trois cours, politique, religieux et linguistique. C’est pourquoi, à l’instar des conceptions classiques mais sans pour autant reprendre son tour cyclique, cette histoire idéale défend une conception du temps selon laquelle le développement de l’humain adopterait une mesure ternaire (les corsi), suivie d’un seul mouvement de réaction, le tempo du ricorso. Loin de défaire les corsi, le ricorso effectue une rétroaction, qui n’est ni annulation ni répétition, ni même une forme de spirale comme on le dit souvent : ainsi, puisqu’il n’existe pas de coïncidence pure entre les deux plans, il n’est pas tout à fait exact de parler d’une histoire idéale cyclique. Ce tempo ternaire indique donc le plan le plus général de la science vichienne. À l’intérieur de celui-ci, cependant, d’autres rythmes se font entendre : ceux qui séparent chacun des mouvements ou corsi.

  • 12 Michelet. Discours sur Vico, éd. citée, p. 284.

9À ce niveau-là, la question du rythme s’élargit : elle continue de qualifier le rapport entre l’homme et le temps mais désormais, elle absorbe de plus un domaine propre à la poétique. L’accès le plus direct à cette poétique passe par l’empreinte de cette « histoire » sur l’origine et le développement des langues dans la théorie vichienne. Obéissant à la loi de la cohérence avec tous les autres composants qui caractérisent chaque corso, le langage est considéré au prisme de « l’histoire idéale » : faisant partie des créations humaines, il partage avec le politique et la religion la caractérisation des corsi. C’est pourquoi, à l’âge des dieux (appelé encore « temps obscur ») correspond une langue hiéroglyphique ou sacrée ; l’âge des héros (dit « temps fabuleux ») parlerait une langue héroïque ou symbolique, tandis que l’âge des hommes (ou temps historique) s’exprime en langue vulgaire ou tout bonnement humaine. Or les noms de ces langues font plus que redoubler les noms des âges correspondants ; ils désignent l’ordre à la fois intellectuel et matériel de chacune de ces étapes, ou encore les formes des idées et du monde social qui leur sont particulières. Cette coïncidence entre parole, idée et acte est l’un des points d’orgue de la pensée vichienne ; quant à Michelet, soit dans sa traduction, soit dans ses commentaires, il ne s’en éloigne jamais, se montrant d’ailleurs fort attentif aux questions langagières. Ainsi, il renforce l’importance du langage dans cette « science d’humanisation » qu’est pour lui la démarche vichienne en amplifiant l’axiome selon lequel « le développement des idées et des langues fut correspondant » et en rapprochant « [encore] l’une de l’autre l’histoire des faits et celle des langues12 ».

  • 13 Ibid, p. 293.

10Faisant le pont entre action et pensée, le langage – comme Vico l’a découvert – est un marqueur temporel des étapes historiques, singulièrement dans sa dimension rythmique. Car c’est dès sa naissance que la langue témoigne de la nature poétique propre à l’homme. Ainsi : « […] le nombre musical et poétique, [est-il] naturel à l’homme ; les bègues s’essaient à parler en chantant ; dans la passion la voix s’altère et approche du chant. Partout les vers précédèrent la prose13 ».

  • 14 Traduction de Vico par Michelet, Principes de la philosophie de l’histoire, éd. citée, p. 426.
  • 15 Michelet, Discours sur Vico, éd. citée, p. 291.

11Avant que n’apparaisse le modèle abstrait et arbitraire de la troisième langue, celle « dans laquelle les hommes expriment, par des signes convenus, les besoins ordinaires de la vie14 », se déroule un long processus, qui n’est pas nécessairement progrès. En amont de cette langue « vulgaire », les deux langues premières font découvrir la forme naturelle du langage en son caractère foncièrement matériel : « Les signes par lesquels les hommes commencèrent à exprimer leurs pensées furent les objets mêmes qu’ils avaient divinisés. Pour dire la mer, ils la montraient de la main ; plus tard ils dirent Neptune15 ». Cette matérialité des premières langues – partagées entre la mimique, la mimesis et la métaphore – rend compte d’une conception poétique qui ne saurait se cantonner au seul domaine du littéraire, et il en découle quantité de concepts portant sur tous les aspects de ce que Vico comprenait comme le monde humain. Ce n’est donc plus au rythme du temps, mais au rythme du chant qu’il revient de façonner et d’exprimer les deux premières étapes de la « civilisation ». Mais si ce rythme est un effet de la nature, ses variations ont le statut d’indices de l’histoire :

  • 16 Traduction de Vico par Michelet, Principes de la philosophie de l’histoire, éd. citée, p. 442.

61. Le vers héroïque est le plus ancien de tous. Le vers spondaïque est le plus lent, et la suite prouvera que le vers héroïque fut originairement spondaïque.
62. Le vers iambique est celui qui se rapproche le plus de la prose, et l’iambe est un mètre rapide, comme le dit Horace.
Ces deux axiomes peuvent nous faire conjecturer que le développement des idées et des langues fut correspondant. Les sept axiomes précédents doivent nous convaincre que chez toutes les nations l’on parla d’abord en vers, puis en prose16.

  • 17 Je renvoie à la lecture de l’article de Paule Petitier sur Origines du droit français (« Les Origin (...)
  • 18 Michelet, Origines du droit français, Œuvres complètes III, Flammarion, 1985, p. 628.

12Il me semble que le décalage de débit entre la parole en vers et la prose finit par attribuer à cette dernière – ne serait-ce que par l’effet de l’approximation – une forte composante rythmique, encore que, à mesure qu’elle devient abstraite, son « envol » (par référence aux paroles ailées d’Homère) devienne de moins en moins visible, donc plus métaphorique qu’auparavant. Le passage de la poésie à la prose ne représente pas tant une pure perte poétique, que la perte d’un certain rapport à la poésie17. Quant à la « visibilité » des mots, qui détermine la lenteur du rythme, elle témoigne de la matérialité du langage, d’autant plus tributaire des choses qu’il est proche de son origine. Voilà une observation que Michelet n’a sûrement pas ignorée, vu la version inspirée qu’il en propose dans ses Origines du droit français. On y découvre l’harmonie des rythmes entre la Nature et la Poésie : « Tandis que la main mesurait les dactyles et que le pied frappait l’ïambe, le vent sifflait l’allitération dans les forêts du Nord, la vague battait sur les grèves celtiques des rimes solennelles18 ».

  • 19 Chez Vico, natura signifie en même temps origine et principe. Voir la « Présentation du traducteur  (...)

13Voilà comment le rythme fait irruption dans le Vico que Michelet nous propose. Le rythme devient une composante essentielle de la notion de poésie dégagée de la Science Nouvelle. Dans cette théorie, plutôt que de considérer les formes poétiques – et même la poésie – comme des genres ou des objets littéraires, Vico les regarde comme l’origine et le principe de cette histoire idéale partagée par toutes les nations, c’est-à-dire comme sa « nature19 ». On comprend pourquoi cette poésie ne saurait être le résultat d’un art, à moins que cet art ne soit entendu comme poiesis – mot que Michelet a traduit par création. On peut lire dans sa traduction :

  • 20 Traduction de Vico par Michelet, Principes de la philosophie de l’histoire, éd. citée, p. 441.

Si la poésie fonda la civilisation païenne, qui devait produire tous les arts, il faut bien que la nature ait fait les premiers poètes.
Les enfants ont à un très haut degré la faculté d’imiter ; tout ce qu’ils peuvent déjà connaître, ils s’amusent à l’imiter. – Aux temps du monde enfant, il n’y eut que des peuples poètes ; la poésie n’est qu’imitation.
C’est ce qui peut faire comprendre pourquoi tous les arts de nécessité, d’utilité, de commodité, et même la plupart des arts d’agrément, furent trouvés dans les siècles poétiques, avant qu’il se formât des philosophes : les arts ne sont qu’autant d’imitations de la nature, une poésie réelle, si j’ose dire20.

14Par conséquent, le principe selon lequel le monde social est œuvre humaine deviendrait un principe poétique, de même que la religion, la politique et le langage – les trois volets principaux dans chaque corso vichien – auraient pour origine la poésie. Cette poétique tient donc le rôle d’ontologie de l’histoire humaine.

  • 21 L’article de Jurgen Trabant, « La sématologie de Vico » (dans P. Girard et O. Remaud dir., Recherch (...)
  • 22 Traduction de Vico par Michelet, Principes de la philosophie de l’histoire, éd. citée, p. 540.

15Cela étant, la forme poétique semble devenir, pour cette histoire de langues, l’un des indices les plus parlants du temps qui l’a vu naître. C’est ce qu’illustre, je crois, le rythme, en ce qu’il sert à étayer des datations, comme une version littéraire du carbone 14 : plus ancien s’il est lent, plus récent, s’il est rapide. En ce sens, l’exemplarité du rythme nous permet d’avancer d’un pas, et d’envisager la possibilité que ce raisonnement aboutisse à une histoire non pas des langues (en tant qu’objet) mais à une histoire cachée dans les langues21. C’est-à-dire, une histoire qui se dévoile à travers la forme de la parole par laquelle elle s’exprime : son rythme, bien sûr, mais aussi son glossaire, son genre, sa syntaxe. Du moins est-ce ce que semblent indiquer quelques-unes des considérations de la Science nouvelle sur le rapport entre histoire et poésie, notamment le raisonnement selon lequel l’histoire étant nécessairement née la première, mais les poètes ayant, aussi nécessairement, précédé les historiens en prose, il faut conclure que « la première histoire dut être poétique ». C’est pourquoi « les fables furent à leur origine des récits véritables et d’un caractère sérieux, et muthos, fable, ont été définies par vera narratio22 ».

  • 23 Des propos que l’on peut retrouver un peu partout dans l’œuvre de l’historien, en particulier dans (...)

16Ces quelques rappels de la poétique vichienne suffisent, je pense, à évoquer plusieurs attitudes de Michelet face aux questions du langage. On pourrait évoquer l’intérêt permanent de l’historien pour tout ce qui tourne autour du domaine langagier : ainsi les plaintes concernant l’inaccessible langue du peuple, ou l’insuffisance de sa langue et son désir d’en « oser une nouvelle ». Ou bien son excessive insistance sur le don qu’il aurait d’entendre les paroles des morts, sa faculté de leur parler, de les ressusciter par ses mots, en leur faisant dire ce qu’ils n’ont pu dire de leur vivant, retrouvant leurs paroles interdites, celles qu’eux-mêmes ignoraient23. Peu d’autres questions auront été amenées à prendre une telle ampleur dans l’œuvre de Michelet. S’il y a certainement là l’écho de préoccupations du XIXe siècle en tant qu’il cherche à renouer le modèle classique de la parole à celui de l’âge des foules, ces questions n’ont pu être que renforcées par la rencontre entre l’historien et le philosophe, et mieux encore, par le rappel permanent de cette rencontre, par la place que volontairement et continuellement Michelet lui a assurée dans l’économie de sa pensée.

17Mais à d’autres niveaux l’œuvre de Michelet, au-delà de ses spéculations plus ou moins théoriques concernant le langage, nous fait songer aux questions rythmiques liées à la matrice vichienne. De prime abord, cela peut concerner la méthode de critique historique. Sans prétendre traiter ce sujet, je me contenterai d’ébaucher quelques perspectives. Tout d’abord, l’attrait pour les formules, véritables symptômes, dont l’examen sert à plusieurs reprises à dévoiler le « vrai » sens d’un moment historique par la découverte de sa mise-en-scène ou de sa langue véritable. Ce serait, peut-être, une façon d’appréhender la force avec laquelle certaines figures littéraires typiques de chaque époque envahissent les interprétations historiques de Michelet, comme Molière qui explique Louis XIV, Rabelais en tant que promesse inaccomplie de la Renaissance, les contes de fées et les légendes dans La Sorcière. Dans ces modèles narratifs Michelet découvrirait une sorte de justesse rythmique par rapport au sens caché de l’histoire en question.

  • 24 Cette lecture pourrait même renforcer l’adéquation entre le concept vichien et l’interprétation de (...)

18La Sorcière peut illustrer le phénomène : certains mouvements du récit ne sont-ils pas la mise en œuvre d’un ricorso vichien ? Par exemple la légende dans le Livre premier s’efforce de faire entendre un temps où la parole mythique est revenue à l’état de langue d’époque24 ? La raison en est simple : comment raconter l’origine de la Sorcière autrement qu’en se confrontant avec un Verbe donc un monde et une pensée mythiques ? En ce sens, se demander « comment la femme a pu devenir sorcière » revient à s’imposer un face à face non seulement avec un matériel fabuleux (chansons, dictons, contes de fées, légendes) mais avec une intelligence, une logique, une forme, qui sont celles de la fable. Bien qu’il y ait quelque artifice à recréer pour cela une langue adéquate, à « parler la légende » au lieu de la décrire de l’extérieur, c’est cette position artificielle que décide d’occuper Michelet, pour recréer une époque dont la logique, dit-il, est poétique. Au point que la forme, le mot, le rythme, puissent apparaître plus importants que les faits eux-mêmes.

19Et puisqu’il n’y a pas de pensée sans mot et que le vocabulaire du temps détermine cette pensée, le recours aux temps légendaires se donne moins pour un choix que pour une soumission à une contrainte inhérente au fait historique.

  • 25 Michelet, La Sorcière, Garnier-Flammarion, 1974, p. 295. En effet, le chapitre « Notes et éclaircis (...)

20De même un coup d’œil sur les « Notes et éclaircissements » (à mon sens particulièrement riches pour notre propos) permet de vérifier l’abondance des propositions d’allure vichienne. Ne serait-ce que lorsque, pour souligner l’importance de ses Origines du droit, Michelet postule la coïncidence entre les formes et les siècles en distinguant « la sombre gravité antique du pédantesque bavardage des temps relativement récents25 ».

21« Autres siècles, autres formes » : c’est dire que les mots sont ce qui garde le mieux les traces du temps, tout comme ils sont aussi ce qui peut le mieux survivre au temps. Il est exact que dans La Sorcière, tout comme dans le reste de son œuvre, le répertoire linguistique n’est pas le seul à alimenter le récit, lequel a toujours recours à n’importe quel genre de renseignements, tant issu des arts que des sciences naturelles. Cependant, il est fort probable que toutes ces sources auxquelles il a recours ne sont mises à profit qu’en tant que répertoire de mots et de formules, c’est-à-dire comme un vaste texte, davantage qu’une méthode ou des concepts. C’est parce que Michelet pressent la dimension culturelle des sciences et des arts, qu’il porte une attention extrême aux formes, que ce soit celles d’un texte, d’un corps, d’une rivière ou d’une église, dans lesquelles il cherche le trait qui définira au plus juste le visage d’une époque. Par conséquent le fait que tout parle dans les histoires de Michelet n’est jamais purement esthétique ou au moins ne l’est jamais gratuitement : il ne s’agit pas, littérairement, de mettre l’histoire en formules, mais d’identifier des objets historiques qui sont en eux-mêmes formule, et que l’historien déploie. Par conséquent, si ces suppositions ont quelque validité, ce n’est pas tant l’histoire qui se change en littérature chez Michelet, mais les littératures, comprises en tant que langues spécifiques de chaque époque, qui s’imposent à cette histoire, étant, par excellence, l’histoire même, c’est-à-dire, son témoignage le plus intègre.

22Cependant si Michelet a été aussi attentif aux langues dans l’histoire et aux histoires que chaque forme littéraire raconte, il a dû l’être aussi pour ce qui touche la langue de son temps et sa propre langue. Ceci nous entraînant trop loin de notre objet, je finirai par une proposition, davantage qu’une conclusion, sur ces points qui me semblent essentiels.

23Lorsqu’on confronte le Vico micheletien et l’œuvre produite par l’historien, il est évident que le passage de la philosophie à l’histoire est aussi passage du texte philosophique au récit. Ce passage peut être analysé comme homologique à celui que Michelet a entretenu avec son maître, se présentant comme un héritier qui dans une certaine mesure, aurait réinventé son héritage. Or cette réinvention semble se faire à la fois sous la forme d’une relecture hétérodoxe de la Science nouvelle et d’une sorte de réécriture de ce texte, appartenant désormais tout entier au domaine du récit, de l’histoire, plus qu’à la théorie. À moins que ce passage ne puisse être compris comme recherche de formes et de rythmes, équivalents sur le plan de l’histoire aux concepts, aux arguments, aux abstractions propres à la démarche philosophique.

24Ce n’est pas que la théorie n’ait pas de place dans son discours ; au contraire, elle traverse tout son texte, soit sous sa forme « convenue » (des notes, des commentaires de passage et propos liminaires) mais surtout sous une forme « non-convenue » (pour reprendre une image forte de son Histoire de la Révolution française) : par sa réinvention en tant que forme du récit. Il faut surtout observer que cette réinvention ne relève pas de la représentation des langues idéales ni même du schéma complet des formes poétiques proposées par Vico. Au contraire, le travail créatif déployé dans l’historiographie micheletienne est flagrant, ne serait-ce que par cohérence théorique : car Vico ne fait qu’effleurer le ricorso, concentrant tout son effort sur les corsi de l’Antiquité. Quant à l’historien, il a manifestement élu ce retour – dont le dessin a été laissé fort incomplet par le philosophe – comme le principal point de départ de ses œuvres historiques. On peut se demander si Michelet, remarquant l’imprécision de Vico quant à la nature du ricorso, n’aurait pas été tenté de poursuivre l’œuvre théorique du philosophe, en la mettant en œuvre narrativement ; d’où ses nombreux replis narratifs. Autrement dit, dans la mesure où le ricorso n’est pas la réplique des corsi, l’option de Michelet pour ce retour décalé pourrait être un engagement avant tout théorique, mais qu’il a traduit par un travail sur les formes narratives. Avait-il d’ailleurs le choix, lui pour qui l’histoire est avant tout récit ?

  • 26 Dédoublement qui a été considéré par Proust comme « caractéristique de tous les grandes œuvres du X (...)

25Enfin, est-ce que l’hétérodoxie manifeste, volontaire et chaque fois plus aiguë de l’historiographie micheletienne ne relève pas aussi d’une réflexion sur la poétique dont la singularité serait, entre autres, de penser l’historiographie tout en la réfléchissant ?26 Comment faire autrement, quand on s’est donné Vico comme seul maître, Vico pour qui langue et idée ne sont pas deux choses différentes ? La théorie n’a pas de place dans le discours de l’historien, hormis dans les notes et propos liminaires, sauf à passer à un autre niveau, dont nous soupçonnons qu’il pourrait être la forme du récit.

26Chacun sait que le type de faits pris en charge par le récit, chez Michelet, est sujet à des variations parfois importantes, en fonction de ce qu’il choisit de raconter et de démontrer. On peut y voir l’effet d’une volonté de convaincre qui maltraite les détails au profit d’une ligne analytique générale, ou encore le débordement des contraintes de l’histoire par celles du récit ; mais cette bousculade des faits peut aussi traduire un travail réflexif sur la forme la mieux susceptible de restituer le sens historique en question. Ainsi pourrait-on lire ces histoires diverses comme des mises en récit des idées, leur variété étant l’indice d’un besoin de réconcilier la forme et son concept, les principes et leurs rythmes. Ou encore, ces histoires diverses ne seraient que la recherche des moyens narratifs capables de donner corps à une époque donnée (dévoilant, par la langue, la vraie nature du temps) tout en affirmant leur propre caractère historiographique : c’est-à-dire qu’elles sont l’expression d’une histoire qui prétend ressusciter des morts et non pas « faire ou refaire des vivants », ce qui a toujours rebuté Michelet. C’est là réunir science et art, mais un art bien précis : celui qui à travers la fiction, atteint un fond de vérité. Loin de l’art d’un démiurge, c’est celui des plus grands génies comme des humbles jeux d’enfants, gardant la conscience du « mensonge qui dit la vérité » (Cocteau) et faisant le fond du geste poétique, du geste créateur :

  • 27 Michelet, Préface de 1869. Œuvres complètes IV, Flammarion, 1974, p. 18.

Avez-vous vu parfois le sérieux touchant de la jeune enfant, innocente, et cependant émue de sa maternité future, qui berce l’œuvre de ses mains, de son baiser l’anime, lui dit du cœur : Ma fille !… Si vous y touchez durement, elle se trouble et elle crie. Et cela n’empêche pas qu’au fond elle ne sache quel est cet être qu’elle anime, fait parler, raisonner, vivifie de son âme. Petite image et grande chose. Voilà justement l’art en sa conception27.

Notes

1 Voir, en particulier, les préfaces finales pour son Histoire de France.

2 C’est l’argument qui soutient Olivier Remaud, surtout dans son Les Archives de l’humanité. Essai sur la philosophie de Vico, Éd. du Seuil, 2004.

3 Concernant le rapport de Michelet à Vico, nous nous appuyons en particulier sur les travaux d’Olivier Remaud (outre l’ouvrage déjà cité, Michelet. La magistrature de l’histoire, Michalon, 1998), Claude Lefort (La Cité des vivants et des morts, Belin, 2002 ; « Permanence du théologico-politique ? », dans Essais sur le politique XIXe -XXe siècles, Éd. du Seuil, 1986), Alain Pons (« Nature et histoire chez Vico », dans Les Études philosophiques, n° 1, janv-mars 1961 ; « De la « nature commune des nations » au Peuple romantique. Note sur Vico et Michelet », dans Romantisme, n° 9, 1975 ; « Vico, Hercule et le principe héroïque de l’histoire », dans Les Études philosophiques, oct.-déc. 1994 ; « Écriture et divination chez Vico », dans Littoral, n° 7-8, fév. 1983), Paolo Cristofolini (Vico et l’histoire, PUF, 1995).

4 Il s’agira de suivre l’idée d’une reprise continuelle et systématique de ses livres et de ses idées par Michelet, comme étant l’essence même de sa pensée. Cette interprétation a été pleinement développée par Jean-Michel Rey, dans son article « Michelet revisitant ses livres », dans Études n° 3787, juin 1993.

5 Dans ce sens, nous renvoyons une fois de plus aux textes d’Olivier Remaud, tout comme au travail de Claude Lefort, à notre avis indispensable à la compréhension de la démarche qui singularise la pensée micheletiennne. Néanmoins, l’entendement des enjeux qui à la fois séparent et relient Vico et Michelet serait impossible sans le recours à des interprètes spécialisés dans l’œuvre du philosophe. Alors, on aurait à souligner les propos de Cristofolini, Pierre Girard (Le Vocabulaire de Vico, Ellipses, 2001), Sônia Lacerda (Metamorfoses de Homero, Editora Universidade de Brasilia, 2003), mais surtout Alain Pons, fondamental dans notre compréhension de la Science nouvelle.

6 Quant au ricorso, le même Pons fait appel au mot de récurrence, lequel traduirait l’idée centrale de Vico selon laquelle après la chute de l’Empire romain, l’humanité, tombée dans une autre période de barbarie, suivrait à nouveau le chemin des cours déjà parcouru par les nations anciennes. Nonobstant, ces deux parcours ne pourraient se superposer. Ce qui empêche une identification pure et simple avec les théories « cycliques » classiques c’est, d’un côté, le fait que cette récurrence ne s’applique pas aux mêmes nations, mais suppose au contraire la formation de nouvelles nations. D’autre part, la rechute dans la barbarie ne se confond pas avec un « retour au point de départ absolu, à l’état animal, à l’errance bestiale, sinon sous une forme symbolique ». (Voir l’introduction d’Alain Pons, placée en tête de sa traduction de la Science Nouvelle, à la page XXI).

7 P. Girard, Vocabulaire sur Vico, op. cit., p. 24.

8 Michelet. Discours sur Vico, dans Œuvres complètes I, Flammarion, 1971, p. 287.

9 Ibid., p. 288. Cette définition a été donnée par Remaud dans ses commentaires sur le concept de « cours ». Voir Les Archives de l’Humanité, op. cit., p. 225.

10 Traduction de Vico par Michelet, Principes de la philosophie de l’histoire, dans Œuvres complètes I, Flammarion, 1971, p. 453.

11 J’ai recours ici au concept proposé par Claude Lefort dans son article « Permanence du théologico-politique ? » Dans ce texte, la mise en forme sert à actualiser l’expression « régime », sans pour autant changer son contenu, mais en rendant plus visible sa définition comme « mode singulier de son institution [du social], qui rend pensables (ici et là dans le passé ou dans le présent) l’articulation de ses dimensions et les rapports qui s’établissent en son sein entre les classes, les groupes, les individus, comme entre les pratiques, les croyances, les représentations. » (p. 281). Cette notion de mise en forme conjugue les deux notions suivantes : celle de mise en scène et de mise en sens. Ensemble, elles rappellent le fait « qu’une société n’advient à soi, dans un agencement de ces rapports, qu’en instituant les conditions de leur intelligibilité et qu’en se donnant à travers mille signes quasi-représentation d’elle-même ». (C. Lefort, Essais sur le politique, XIXe-XXe siècles, op. cit., p. 282)

12 Michelet. Discours sur Vico, éd. citée, p. 284.

13 Ibid, p. 293.

14 Traduction de Vico par Michelet, Principes de la philosophie de l’histoire, éd. citée, p. 426.

15 Michelet, Discours sur Vico, éd. citée, p. 291.

16 Traduction de Vico par Michelet, Principes de la philosophie de l’histoire, éd. citée, p. 442.

17 Je renvoie à la lecture de l’article de Paule Petitier sur Origines du droit français (« Les Origines du droit français de Michelet », dans La Question de l’origine chez les historiens français du XIXe siècle, Littérature et nation, mars 1992).

18 Michelet, Origines du droit français, Œuvres complètes III, Flammarion, 1985, p. 628.

19 Chez Vico, natura signifie en même temps origine et principe. Voir la « Présentation du traducteur » et le Glossaire, signés par Alain Pons, pour l’édition Fayard de la Science nouvelle.

20 Traduction de Vico par Michelet, Principes de la philosophie de l’histoire, éd. citée, p. 441.

21 L’article de Jurgen Trabant, « La sématologie de Vico » (dans P. Girard et O. Remaud dir., Recherches sur la pensée de Vico, Ellipses, 2003) ne s’occupant nullement du biais historique ici en question, a été, néanmoins, essentiel à la confection de cette hypothèse.

22 Traduction de Vico par Michelet, Principes de la philosophie de l’histoire, éd. citée, p. 540.

23 Des propos que l’on peut retrouver un peu partout dans l’œuvre de l’historien, en particulier dans son Journal.

24 Cette lecture pourrait même renforcer l’adéquation entre le concept vichien et l’interprétation de Michelet, dès lors que le Moyen Âge dont il est question dans ce livre ne se prétend pas un simple retour à la barbarie, tout comme le modèle légendaire ne saurait être confondu avec le modèle mythique tout court, étant contraint par de nouvelles forces, celles du christianisme naissant. Tout cela demanderait une approche beaucoup plus minutieuse, nous nous contentons ici d’évoquer une interprétation qui mérite une attention plus soutenue.

25 Michelet, La Sorcière, Garnier-Flammarion, 1974, p. 295. En effet, le chapitre « Notes et éclaircissements » se trouve au cœur de la lecture qui nous avons proposée dans la thèse de doctorat, soutenue auprès de la Faculté de Lettres (FALE) de l’Université Fédérale de Minas Gerais (UFMG/Brésil) et intitulée A profetisa e o historiador : o pensamento em imagens de Jules Michelet (2005).

26 Dédoublement qui a été considéré par Proust comme « caractéristique de tous les grandes œuvres du XIXe siècle, dont les plus grands écrivains ont manqué leurs livres, mais se regardant travailler comme s’ils étaient à la fois l’ouvrier et le juge, ont tiré de cette auto-contemplation une beauté nouvelle, extérieure et supérieure à l’œuvre, lui imposant rétroactivement une unité, une grandeur qu’elle n’a pas. » Pour parfaire le rapport entre ces réflexions et le thème du rythme chez Michelet, suivons encore Proust : « les plus grandes beautés de Michelet, il ne faut pas tant les chercher dans son œuvre même que dans les attitudes qu’il prend en face de son œuvre, non pas dans son Histoire de France ou dans son Histoire de la Révolution, mais dans ses préfaces à ces livres. Préfaces c’est-à-dire pages écrites après eux, où il les considère, et auxquelles il faut joindre çà et là quelques phrases, commençant d’habitude par un « Le dirais-je » qui n’est pas une précaution de savant, mais une cadence de musicien. » (Proust, La Prisonnière, GF-Flammarion, p. 258). Ce commentaire inspirera et Jean-Michel Rey (« Michelet revisitant ses livres ») et Claude Lefort (La Cité des vivants et des morts), dont les textes sont à la base de l’argument que nous avons développé.

27 Michelet, Préface de 1869. Œuvres complètes IV, Flammarion, 1974, p. 18.

Auteur

Docteur ès Lettres (Littérature comparée) de l’Université Fédérale de Minas Gerais (Brésil), est traductrice et étudie les rapports entre histoire et littérature, tout particulièrement à partir l’œuvre de Jules Michelet. Elle se consacre actuellement à une recherche de post-doctorat auprès de la Faculté des Lettres de l’Université Fédérale de Minas Gerais (CNPq, FAPEMIG, FALE/UFMG) concernant les aspects théoriques des Origines du droit français de Michelet.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search