Version classiqueVersion mobile

Michelet, rythme de la prose, rythme de l'histoire

 | 
Paule Petitier

II. Rythme et poétique de l'histoire

Introduction de la partie II

Texte intégral

1Toute forme d’écriture de l’histoire suppose un modelage du temps. C’est en créant des scansions dans le temps amorphe de la chronologie, en repérant des ruptures, des répétitions, des temps forts et des temps faibles, que l’historien réussit à rendre la durée expressive, porteuse d’un sens. Michelet a trouvé chez Vico, ce philosophe italien du XVIIIe siècle dont il rencontre les textes majeurs et qu’il entreprend de traduire au début de sa carrière, avant même d’avoir décidé de sa vocation, une conception de l’histoire reposant sur l’idée de retour. Mais qu’est-ce qui se joue dans l’appropriation par Michelet de cette notion ? Trouve-t-on dans la relation privilégiée de l’historien avec le philosophe des indications sur les éléments fondateurs d’une science des rythmes historiques ?

2La question du rythme est d’autant plus centrale chez Michelet qu’il se propose d’écrire l’histoire sous une forme nouvelle, incluant les voix du passé, citant sous leur forme originale, ou sur un mode n’effaçant pas leur particularité matérielle, les chroniques et les pièces d’archives qu’il a dépouillées. L’histoire de Michelet se fixant de restituer, non pas seulement les grandes scansions abstraites d’une épopée de l’esprit ou même de la civilisation, mais la totalité concrète de la vie d’une époque, se voit confrontée à l’ajustement de la diversité et de l’unité. Comment exprimer l’union, dans ce grand mouvement général perçu intuitivement et nommé « histoire », d’une multitude de facteurs, d’actions, d’agents qui s’entrecroisent, qui n’appartiennent pas forcément au même niveau d’analyse ?

3Centrée sur différents aspects de la poétique de l’histoire chez Michelet, cette partie mettra en évidence la façon dont l’écriture – le traitement des sources, l’implication du moi, le choix d’une distance par rapport à l’objet d’étude, l’architecture des tomes de l’Histoire de France – règle de manière inventive certaines apories, toujours en discussion aujourd’hui, de la « science » historique. Par exemple, comment tenir ensemble vision surplombante et attention aux détails. On verra aussi que la pensée de l’histoire s’élabore à travers des structures formelles, comme une composition récurrente des tomes de l’Histoire de France, où l’on pourrait entendre l’écho persistant des théories de Vico.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search