Version classiqueVersion mobile

Les entrepreneurs du coton

 | 
Mohamed Kasdi

Introduction

Texte intégral

  • 1 Maurice Lévy-Leboyer, 1964 ; Robert C. Allen, 2009.
  • 2 Serge Chassagne 1980 ; Pierre Caspard, 1979 ; F. W. Carter, 1975.

1« Le roi coton » occupe une place privilégiée dans les recherches menées sur la première Révolution industrielle. Les nombreuses études consacrées à cette branche d’activité au cours de la période de transition entre le monde proto-industriel et l’économie « moderne » ont toutes mis l’accent sur son rôle moteur. Aussi de nombreux ouvrages sur l’histoire économique contemporaine démarrent-ils par l’étude de cette branche en lui consacrant un chapitre liminaire1. Il est vrai que c’est dans la filature du coton qu’une bonne partie des techniques nouvelles ont été mises en œuvre entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle. La production des toiles de coton et des indiennes enregistre alors des taux de croissance spectaculaires, à la mesure d’une demande qui se démultiplie : l’engouement pour ces étoffes, qui s’affirme dès les années 1760-1770, ne se dément plus par la suite. Mieux, il ira en s’amplifiant2.

 

  • 3 Le rôle du coton dans le développement économique à l’échelle mondiale a fait l’objet d’études réce (...)
  • 4 Douglas Farnie, 1979 ; Stanley D. Chapman, 1967 ; A. P. Wadsworth et J. de Lacy Mann, 1931.
  • 5 Richard L. Hills, 1979.

2Diverses tentatives récentes ont été menées pour circonscrire de manière plus fine la portée et les limites de l’impact du développement du coton dans le développement économique3. En l’état, il s’avère qu’à l’échelle de la Grande Bretagne, le rôle moteur de cette fibre d’origine exotique est indéniable, même si la filature, précocement mécanisée, s’oppose au tissage, pour lequel la différence de productivité entre travail manuel et mécanique a pris davantage de temps avant de s’affirmer4. Forte concentration géographique autour de Manchester, usines de taille importante : la cotonnade ordinaire « à l’anglaise » va très vite se développer au détriment des autres textiles et constituer un laboratoire permanent d’innovations5. Sur le continent, en France plus particulièrement, certaines régions (l’Alsace, la Normandie etc.), avec des formes d’organisation et des productions de qualité différentes, font du coton une carte maîtresse de la prospérité nouvelle dès les années 1780. Mais celui-ci ne submerge pas pour autant les autres fibres. La laine, la soie et, avec un temps de retard, le lin ne se laissent pas damer le pion. Dès lors, l’histoire du coton s’inscrit continuellement dans un rapport de concurrence et de complémentarité avec celle des autres fibres. Il est rare qu’elle naisse là où la tradition textile soit absente. Il est rare qu’elle se substitue radicalement à celles de la laine, du lin et de la soie, même là où son succès est indéniable. Il est non moins rare, enfin, qu’elle n’engendre que des succès : si la demande ne cesse de grandir, produire des cotonnades demeure toujours une aventure et nombre de tentatives se terminent tôt ou tard par un échec retentissant.

  • 6 Serge Chassagne, 1991. L’auteur ne traite pas du coton dans la région du Nord.

3Tout cela, Serge Chassagne l’a démontré magistralement à l’échelle nationale6. Fallait-il pour autant entreprendre un travail sur le coton dans le Nord de la France sous prétexte que celui-ci avait délaissé cette région dans son étude ? Une argumentation de ce type eût été faire la part trop belle à une histoire empreinte d’un localisme sans grand intérêt. En revanche, tirer parti de ce choix délibéré pour changer d’échelle et traquer dans le tréfonds des archives toutes les initiatives, y compris les plus modestes, pour implanter cette fibre et se laisser porter par l’engouement que lui manifestaient les consommateurs constituait un réel enjeu. Dans le Nord, beaucoup d’entrepreneurs ont tenté leur chance et essayé qui de filer, qui de tisser, qui enfin d’imprimer le coton dans ce territoire frontalier de longue tradition textile. Car c’est de l’histoire d’une greffe dont il s’agit ici. Comment passe-t-on de la laine commune ou du lin fin à cette fibre nouvelle ? Comment adosse-t-on cette activité nouvelle à un environnement pluriséculaire en termes de savoirs, de savoir-faire, d’institutions économiques et sociales, etc. ? Comment, plus prosaïquement, franchit-on le pas menant à la prise de nouveaux risques entrepeneuriaux, y compris lors des turbulences révolutionnaires ? L’industrie textile, disait David Landes, est « un monde subtil et hétérogène », où la diversité des matières premières et du produit fini, les changements techniques et le caractère mouvant du marché rendent la tâche du chercheur particulièrement ardue quand il s’agit de démêler les fils de son histoire. Changer d’échelle, s’inscrire délibérément dans un espace régional, décider de descendre au niveau local signifiait donc pour partie confirmer, pour partie révéler la nature du changement et, partant, l’issue de cette greffe jusque dans les replis du tissu économique régional. En choisissant de jeter le filet sur tous ceux qui, infiniment petits ou de quelque importance, n’ont guère laissé de traces dans les archives pour les uns, ont accaparé l’attention de leurs contemporains pour les autres, donne à voir une réalité nouvelle. Si elle ne se substitue pas à ce qu’il a déjà été donné d’observer par ailleurs, elle révèle plus encore combien la mise en place concomitante, dans le coton, de petits ateliers et d’unités productives de taille considérable apparaissent comme les deux panneaux d’un seul et même diptyque. Elle illustre combien, quand tout est à créer et que l’appel des marchés se fait sentir, les uns et les autres manifestent une capacité d’adaptation égale et sans pareil. Libération des énergies, multiplications des initiatives : quelles que soient l’importance et l’issue d’expériences entrepreneuriales à ce point atomisées, saisir d’un seul tenant toutes les histoires du coton justifiait le choix du cadre de cette enquête, tout autant que le caractère aléatoire et/ou la lourdeur des dépouillements archivistiques.

4La tentation était grande de bâtir cet ouvrage sur une démarche chronologique distinguant clairement trois parties, illustrant tour à tour les prodromes de l’utilisation du coton dans l’économie régionale :

5au cours du XVIIIe siècle, la part du coton, toujours fort minoritaire, grandit d’abord lentement, puis de manière plus spectaculaire alors même que l’industrie textile dans son ensemble s’essouffle progressivement ;

  • 7 Pierre Chaunu, 1989.

6avec la Révolution s’ouvre une quinzaine d’années décisives qui, loin d’enregistrer « le grand déclassement »7 que dénonçait Pierre Chaunu vitupérant contre l’entreprise révolutionnaire, génère en fait, en partie grâce au coton, une adéquation à la nouvelle donne des débouchés commerciaux, une réorganisation du procès de production et un réaménagement de la carte productive ;

7enfin le temps de l’épanouissement, quand le coton est la première branche textile à voir la filature se concentrer et se mécaniser tandis que le tissage des toiles se substitue ou s’adosse, ici ou là, dans les campagnes, au travail du lin ou de la laine. Tout est alors prêt pour qu’à tous les stades de la fabrication des toiles, le rythme de la mécanisation se précipite.

8Toutefois, c’eût été là faire bon compte du rythme propre de la demande et, plus encore, de la manière dont on appréhende celle-ci. Laconisme des témoignages, difficultés à quantifier l’importance des phénomènes et l’évolution précise des mutations observées : les obstacles qui se dressaient devant l’impérieuse nécessité de cerner l’environnement matériel quotidien de chacun exigeaient que l’on traite d’un seul tenant le contenu de l’attente des consommateurs. En impulsant et en amplifiant tout au long de la période l’innovation, l’investissement, l’adaptation continuelle et la prise de risques, la demande apparaît avant tout comme une note tenue tout au long d’une seule et même partition. Tantôt, elle gagne en amplitude, tantôt, elle se fait discrète. Mais comment définir ses variations même si l’on peut sans grand risque parier que ceux-ci épousent peu ou prou l’évolution de l’offre ?

9Voilà pourquoi ce livre s’ouvre sur une étude de la demande de cotonnades qui embrasse, à partir de sources régionales, la totalité de la période. Suivent ensuite 6 chapitres dont l’ordonnancement épouse au plus près les métamorphoses successives des divers aspects économiques et sociaux de l’expansion des produits en coton. Celle-ci est souvent géographiquement éclatée et associe, qui plus est, des marchandises de texture et de qualités fort disparates, n’ayant parfois en commun que les caractéristiques initiales de la fibre. Enfin, les temporalités propres à chacun de ces produits se chevauchent souvent au point que toute trame chronologique constitutive du récit reste continuellement lâche. Voilà qui justifie pleinement que toutes les césures sont ici indiquées sous forme de dates « rondes », puisque l’approximation s’avère méthodologiquement fondée.

Notes

1 Maurice Lévy-Leboyer, 1964 ; Robert C. Allen, 2009.

2 Serge Chassagne 1980 ; Pierre Caspard, 1979 ; F. W. Carter, 1975.

3 Le rôle du coton dans le développement économique à l’échelle mondiale a fait l’objet d’études récentes de la part de Douglas Farnie et David Jeremy (Éd.), 2004 ; Giorgio Riello et Parasannan Parthasarathi, (Éds) 2009 ; Giorgio Riello, 2013.

4 Douglas Farnie, 1979 ; Stanley D. Chapman, 1967 ; A. P. Wadsworth et J. de Lacy Mann, 1931.

5 Richard L. Hills, 1979.

6 Serge Chassagne, 1991. L’auteur ne traite pas du coton dans la région du Nord.

7 Pierre Chaunu, 1989.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search