Version classiqueVersion mobile

Michelet, rythme de la prose, rythme de l'histoire

 | 
Paule Petitier

I. Le rythme dans le travail de l'écriture

Introduction de la partie I

Texte intégral

1Le style de Michelet marque par ses qualités rythmiques. Elles ne sont peut-être pas dissociables de sa diction de professeur. Le critique Jules Levallois raconte qu’à sa première rencontre avec l’historien, en 1847, il fut frappé par sa « parole cadencée ».

  • 1 Jules Levallois, Mémoires d’un critique, Librairie illustrée, 1895, p. 81.

Je n’avais jamais entendu Michelet en chaire, et même après l’avoir entendu, même après une respectueuse et assidue fréquentation de vingt-sept ans, je n’ai pu m’accoutumer entièrement à cette cantilène qui pourtant avait son charme. D’anciens amis de Michelet, Frédéric Baudry, Chéruel, Vacherot, m’ont assuré que dans sa jeunesse, Michelet parlait comme tout le monde, mais qu’aux premières années de professorat une fatigue de poitrine le contraignit, pour s’adresser aux élèves d’abord, au public ensuite, de scander sa phrase afin de ménager et de soutenir la respiration1.

2Par l’éloquence vivante de la parole, l’historien veut dépasser le caractère figé de l’écrit, restituer quelque chose de la présence. Cela fait partie de son projet de « résurrection » du passé. Michelet se bat également contre les cadences trop familières de la langue, il cherche à briser le moule rousseauiste dans lequel – il s’en plaint – sa phrase tend naturellement à se couler… Aussi la phrase de Michelet frappe-t-elle par son rythme particulier, ses fréquentes inversions, sa pauvreté en coordination, ce que Sainte-Beuve appelle son « style vertical ».

3Il s’agira dans cette première partie d’examiner les différents niveaux auxquels se fabrique le rythme de cette prose si caractéristique. Qu’étudier sous le nom de « rythme » dans un texte en prose et dans une forme longue ? Les analyses qui suivent montrent que les effets de rythme s’élaborent à différents niveaux de l’organisation textuelle.

4Partant de l’étude d’un trait de style apparemment minime, la fréquence des structures binaires, on découvrira ensuite dans l’organisation d’une séquence de récit la convergence de multiples procédés rythmiques contribuant à la construction du sens. On verra que l’usage des notes, si important dans le genre historique, répond lui-même à un souci de rythme, et implique un discours sur l’effet recherché par l’écriture. Enfin, la question de savoir si le souci du rythme correspond chez Michelet à un projet mimétique sera abordée à travers La Mer. Le rythme puissant et expressif de la prose n’est pas imitatif, tout au plus homologique de celui de son sujet.

5Qu’il soit abordé dans des micro-analyses ou à l’échelle d’une œuvre, le rythme est indissociable de la conception de l’histoire. On le verra dès le premier chapitre de cette partie : lorsqu’il juxtapose deux notations pour caractériser le même fait, Michelet engage toute une approche de l’écriture historienne, refusant de sacrifier l’analyse à la synthèse, et préférant la « forme rythmique », dynamique, stéréoscopique, capable de dire la fluidité du devenir, à la « forme schématique ».

Notes

1 Jules Levallois, Mémoires d’un critique, Librairie illustrée, 1895, p. 81.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search