Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identités, migrations et mobilités transnationales

 | 
Gwénola Sebaux

Trajectoires (post)coloniales en Europe sud-orientale

Actualité de l’interculturel à Timisoara ? Marques, marqueurs, marquage. Des expressions culturelles inégales dans l’espace urbain1

Emmanuel Bioteau et Vincent Veschambre

Texte intégral

  • 1 Ce texte se base sur des travaux d’enquête et analyse de terrains conduits par V. Veschambre et E. (...)
  • 2 À ce sujet, se reporter à : Adriana Babeti et Cécile Kovacshazy, Le Banat : un Eldorado aux confins(...)
  • 3 Catalina Ancuţa-Sîrbovan, « Le Banat, archétype de la région multiethnique en Europe », in H. Goets (...)

1Ce texte propose un état des lieux du pluralisme culturel de Timisoara, principale ville du Banat roumain et capitale historique de cette région de confins2 marquée par un processus de repeuplement initié par les gouvernants autrichiens au XVIIIe siècle. Aujourd’hui le fait minoritaire y domine, on y recense jusqu’à plus de 20 groupes ethnoculturels, et autant sur le plan confessionnel3. Différents affichages témoignent de cette présence : devantures de commerces, signalétiques urbaines, panneaux publicitaires, etc. Médias et organes politiques diffusent un sentiment commun d’appartenance à un territoire spécifique marqué par le plurilinguisme : notons des émissions en langues minoritaires à la radio télévision publique locale, des supports médiatiques de proximité tel l’hebdomadaire de langue hongroise Heti Uj Szo… Ce pluralisme culturel est également entretenu par une offre culturelle en langues minoritaires via le Théâtre d’État en langue hongroise Csiky Gergely, le centre allemand Adam Müller-Guttenbrunn… Enfin, la ville est le siège de différentes organisations non gouvernementales de promotion de l’interculturalité, tel l’Institut Interculturel de Timisoara, association soutenue par le Conseil de l’Europe.

  • 4 Dominique Schnapper, La relation à l’Autre. Au cœur de la pensée sociologique, Paris, nrf essais, G (...)

2Quels sont les points de vue individuels et/ou collectifs portant sur l’interculturalité de la ville de Timisoara ? Il est désormais admis que tout territoire revêt une signification symbolique, laquelle renvoie tant aux identités territoriales qu’aux cultures collectives4. Le tout fonde les représentations que se font les habitants de leur propre territoire et celles de l’ensemble des individus extérieurs à ce dernier. L’image d’un territoire résulte donc d’une co-construction permanente par les sociétés humaines qui le composent.

3À l’appui d’entretiens et d’une enquête, plutôt un sondage, conduite auprès d’étudiants sur plusieurs années, nous sommes au final en mesure de dresser un portrait du pluralisme culturel ressenti et perçu aujourd’hui par la génération des jeunes et étudiants – qui fait et fera la ville demain.

Enjeux portés par l’interculturel à Timisoara

4Durant la décennie 1990, l’espace public roumain devient de nouveau le cadre de débats, et parfois de tensions, entre des groupes ethnoculturels en quête d’une reconnaissance au sein de la sphère publique. Nous souhaitons saisir les enjeux liés à la quête de visibilité des groupes sociaux dans l’espace : à savoir, au travers des écrits et des discours, encourager l’attachement à l’héritage identitaire du groupe ethnoculturel et maintenir un respect mutuel entre des populations aux références identitaires distinctes. Aujourd’hui la ville de Timisoara se pose en candidate pour le titre de capitale européenne de la culture 2021 (en concurrence de Cluj-Napoca la capitale de la Transylvanie). L’interculturalité déjà valorisée sur le plan économique devient un enjeu de marketing urbain : ainsi, dès la page de garde du site Internet du Conseil Départemental du Timis « la tradition, la multiculturalité et l’harmonie entre ethnies » sont soulignées au titre des succès et atouts de ce territoire5.

  • 6 Emmanuel Bioteau, Des frontières et des hommes. Approche des recompositions territoriales frontaliè (...)

5C’est cet argumentaire que nous entendons questionner à présent, de même que nous souhaitons nous placer dans un contexte différent de celui des travaux ayant porté jusqu’ici sur ce thème. Ceux-ci partaient de collectes censitaires afin d’évaluer la présence de cultures multiples dans le Banat. Notre point de vue se construit sur les représentations et sur les ressentis exprimés au sujet des liens interculturels de sorte d’interroger la réalité du caractère spontané de l’interculturel à Timisoara, revendiqué par les édiles locaux6. Ce qui constituait le fondement d’un Banat interculturel risque de se déliter faute de locuteurs des langues minoritaires, ce que confirment les derniers recensements de population. C’est pourquoi il semble essentiel de mettre en débat les perspectives offertes par la présence (parlée, affichée) de langues multiples dans l’espace urbain de Timisoara. De quelles identités héritées et/ou renouvelées dans l’espace urbain peut-on parler à présent ? Par ailleurs, comment dissocier ce qui tient d’une réalité palpable, accessible au regard, de ce qui relève (dans les discours et par l’écrit) d’une intentionnalité ? Où se situe la limite entre le représenté, ou l’imaginaire, et le concret, ou l’expérimentable ?

Un dispositif d’enquête inédit : sur les perceptions des langues parlées et écrites dans la ville

6L’interculturalité pose la question de la visibilité des cultures dans l’espace. Cette notion de visibilité renvoie aux stratégies de marquage de l’espace, lequel est un processus ambivalent. Le marquage peut être tantôt la condition d’un dialogue, d’une reconnaissance de l’existence de l’Autre, et tantôt l’affirmation par un groupe d’une appropriation et d’une exclusion de l’Autre. À travers la perception des pratiques linguistiques dans l’espace public de Timisoara nous proposons ici une approche de la connaissance et des représentations de l’interculturel.

  • 7 Nous évoquons un « sondage » pour qualifier la procédure de diffusion de questionnaires diffusés da (...)

7Nous nous appuyons pour ce faire sur un sondage multiannuel7, offrant une perspective analytique diachronique. Un premier échantillon de 85 questionnaires a été produit en 2007 auprès d’étudiants à l’Université de l’Ouest de Timisoara. Un second échantillon de 93 questionnaires a été produit en 2013, également auprès d’étudiants. Les deux groupes ainsi sondés sont sensiblement identiques, non seulement en nombre, mais également pour ce qui concerne leurs origines géographiques (1/2 provenant de Timisoara et sa proche région, 1/2 des départements voisins, en particulier de Caras-Severin et de Mehedinti), et leurs niveaux d’études antérieurs. Néanmoins ces étudiants ne peuvent pas avoir les mêmes vécus individuels, ce qui contribue à différencier les deux groupes sondés. Mais le procédé offre l’avantage d’un accès rapide à un public usager des services « tous publics » dans la ville. Il permet également de saisir différentes informations quant aux lieux de centralité dans la ville vécue et perçue aujourd’hui par cette population jeune. Ces lieux sont symboliquement appelés à porter le dialogue interculturel par leur signalétique, à savoir les marques et les affichages qui les animent.

  • 8 Thierry Bulot, « La double articulation de la spatialité urbaine : “espaces urbanisés” et “lieux de (...)
  • 9 Lorenza Mondada et Simona Pekarek Doehler (éds), Plurilinguisme. Mehrschprachigkeit. Plurilingualis (...)
  • 10 Fabrice Ripoll et Vincent Veschambre, « L’appropriation de l’espace comme problématique », in F. Ri (...)
  • 11 Paul Bauer, « Territoire et mémoire en Bohême : la gestion post-socialiste du passé allemand le lon (...)

8Par sa dimension à la fois spatiale et linguistique, la signalétique, que T. Bulot définit comme « l’ensemble des traces qui permettent à un individu de s’orienter dans l’espace social / sociolinguistique »8, représente une forme d’expression privilégiée des cultures dans l’espace : enseignes, affiches, panneaux indicateurs, graffitis… sont autant d’expressions et de repères linguistiques. La signalétique est l’une des matérialisations de « ces voix qui, d’une part manifestent des positionnements, des identités, des appropriations et des ancrages spatiaux et qui d’autre part, ne sont pas égales entre elles »9. C’est plus spécifiquement sous cet angle de l’appropriation identitaire ou symbolique de l’espace10 que nous envisageons cet affichage public des langues que représente la signalétique urbaine, considérant à notre tour que « si les structures de l’espace, les traces matérielles du passé et l’agencement des lieux, produits des sociétés d’autrefois, agissent sur les sociétés d’aujourd’hui, ce sont les modes d’appropriation sociale actuels qui donnent aux territoires leurs fonctions pratiques et symboliques »11.

  • 12 T. Bulot et V. Veschambre, « Sociolinguistique urbaine et géographie sociale : articuler l’hétérogé (...)

9Nous envisageons donc la signalétique à la fois comme vecteur de discours et comme marquage de l’espace urbain. Marquage au sens d’une production de signes qui manifestent et ré-instituent en permanence une appropriation de l’espace, ou pour le moins une revendication d’appropriation. Car, comme nous l’ont affirmé conjointement T. Bulot et V. Veschambre, « il n’est pas d’espace (donc de perception qui lui est liée) qui ne s’inscrive dans une perspective de légitimation de son occupation, de sa revendication, autrement dit d’identification »12. Derrière ces affiches, il y a des acteurs, des groupes sociaux, des intérêts économiques et politiques, pour lesquels l’appropriation symbolique de l’espace public est un enjeu, pour délivrer des messages et manifester une présence, une force, une légitimité.

10C’est cette logique du marquage de l’espace urbain que nous allons aborder dans une troisième partie sous l’angle de la diversité mais aussi de la présence inégale des langues dans l’espace public.

Des traces actives de l’interculturel ? Marques et marqueurs de présences linguistiques

11La perception des langues parlées donne à voir les résultats suivants :

Fig. 1. Perception des langues parlées à Timisoara en 2007 puis en 2013.

anglais allemand hongrois français serbe italien Autres Total
Nombre de citations (2007) 72 44 40 31 17 12 8 85
Nombre de citations (2013) 72 50 45 37 35 18 49* 93

Sondage auprès d’étudiants.

* parmi ces « Autres », la langue espagnole représente près de 1/3 des réponses en 2013 (16 réponses).

Fig. 2. Représentations de la distribution spatiale des langues parlées à Timisoara en 2007.

Fig. 2. Représentations de la distribution spatiale des langues parlées à Timisoara en 2007.

Sondage auprès d’étudiants.

12L’anglais, l’allemand et le hongrois sont les langues qui dominent. L’anglais est la langue principale dans les quartiers à forte attraction (centre-ville, quartier universitaire). Les quartiers « historiquement » associés à la présence autrichienne / allemande (Freidorf) ou au peuplement associant Allemands (Souabes) et Hongrois tels Elisabetin et Iosefin, semblent toujours concentrer l’essentiel des pratiques linguistiques en langues minoritaires. La faible variété des réponses au sein de chaque échantillon et en variations interannuelles permet une extrapolation des résultats. Nous pouvons dès lors convenir d’une faible distribution des langues parlées à Timisoara. On retrouve des îlots clairement identifiés dans la ville.

13D’abord le centre (Cetate), que l’on peut étendre au nord au nouveau complexe commercial du Iulius Mall (et Auchan). Il s’agit du cœur historique de la ville, organisé autour de trois places conçues par les bâtisseurs autrichiens et allemands de la ville, et réinvesties par la suite par les autorités politiques hongroises puis roumaines. On y retrouve les cathédrales des principaux cultes présents en ville : orthodoxe roumaine, orthodoxe serbe, catholique, temples réformés, synagogue, etc. Les principaux équipements culturels évoqués en introduction et le lycée de langue allemande sont également présents dans ce quartier. Enfin, par sa centralité, le quartier accueille toujours aujourd’hui les principales devantures d’activités commerciales et à destination d’un public touristique.

14Le campus universitaire péricentral (Complex) propose une configuration spatiale singulière, formant un arc de cercle densément bâti au pourtour sud sud-est du centre, séparé de celui-ci par la rivière canalisée Bega. Le quartier est structuré par une série de ruelles parallèles à la rivière, formant cet arc de cercle. La principale d’entre elles est aujourd’hui réservée aux déplacements doux : circulations piétonnière et de deux-roues. Elle accueille de nombreux commerces multiservices, alimentaires et de petits restaurants et bars à destination principalement des étudiants.

15Elisabetin et Iosefin, dont l’origine remonte aux XVIIIe et XIXe siècles, lors de la reconstruction de la ville (suite aux conflits multiples entre Ottomans et Autrichiens) et à son extension sous tutelle autrichienne. Ces deux quartiers ont à partir de ce moment abrité des populations majoritairement catholiques et de langue allemande ; puis sous la double monarchie, se sont également implantées là des populations réformées ou juives, et des habitants de langue hongroise. Aujourd’hui la statistique publique n’indique aucune spécificité confessionnelle ou linguistique de ces deux quartiers. Mais leur situation péricentrale et leur patrimoine bâti les rendent attractifs pour des investisseurs étrangers (en particulier italiens et allemands).

16Enfin Freidorf au sud-ouest de la ville. Il s’agit d’un ancien village structuré autour de son église catholique, aujourd’hui annexé à la ville.

17Nous retiendrons de cette liste de lieux reconnus par les étudiants pour être des lieux de pratiques linguistiques autres que le roumain, qu’il s’agit principalement de : lieux centraux des activités commerciales et des mobilités touristiques ou d’affaires (Cetate, Complex, voire Elisabetin), ou de quartiers historiquement marqués par le multiculturalisme (Cetate, Elisabetin, Iosefin, Freidorf). Une question de contrôle posée lors de l’enquête auprès des étudiants, visant à connaître les lieux qu’ils pratiquent dans la ville, montre que dans leur majorité, ceux-ci ne se rendent jamais dans les quartiers Elisabetin, Iosefin et Freidorf. Surtout, 4/5 des étudiants ayant précisé « savoir que l’on parle des langues étrangères » dans ces trois quartiers admettent ne pas les avoir pratiqués, ou seulement très rarement.

18Ce premier résultat permet deux interprétations. Le pluralisme linguistique semble réel dans les quartiers Cetate et Complex. Mais nous pouvons considérer que la variété linguistique tend à évoluer dans la ville : les langues serbe et espagnole font leur apparition. Il s’agit avec le serbe d’une langue de l’immigration récente de populations de langue serbo-croate ou tout au moins de langue slave (car beaucoup d’étudiants font des confusions avec le russe ou le bulgare) dans la ville, en lien notamment avec la proximité physique de la frontière serbe. Cette population nouvellement installée est composée principalement d’après les statistiques publiques d’étudiants, d’ingénieurs et de commerçants. Le poids important de l’émigration roumaine en Espagne semble expliquer la présence de la langue espagnole dans l’espace sonore public, sans que nous puissions tirer de conclusions hâtives quant à un hypothétique retour de ces populations en raison de la crise économique qui secoue l’Espagne… Cela témoigne d’un renouvellement réel du plurilinguisme dans la ville : des langues asiatiques et l’arabe font également leur apparition dans les réponses données par les étudiants, alors qu’elles étaient quasi absentes en 2007 (catégorie des « autres » langues).

19A contrario, pour les trois autres quartiers (Elisabetin, Iosefin, Freidorf) il semble que le poids des représentations l’emporte sur le caractère réel du plurilinguisme. Parce que les étudiants associent à ces quartiers l’image d’une pluriculturalité, ils s’imaginent trouver là des traces de cette dernière : en particulier le hongrois, ce que nous aborderons par la suite (prochain point). Notre pratique personnelle de ces espaces, nos propres relevés, ne permettent pas de valider cette impression. Nous n’avons pas entendu parler de langues autres que le roumain ou l’anglais depuis 2005 dans ces deux quartiers.

20Afin d’avoir une première image de la manière dont est perçu l’affichage des langues dans l’espace public de la ville, nous avons également interrogé les étudiants quant à leurs représentations dans ce domaine. En 2007, à la question de savoir quelles étaient les principales langues autres que le roumain visibles dans la ville, l’anglais arrive sans surprise très largement en tête (7 occurrences sur 8 réponses), devant l’allemand et le hongrois (1 occurrence sur 2), le français arrivant ensuite avec un peu plus d’une occurrence sur 3 réponses. Alors que l’anglais est diffus dans la ville, le hongrois reste associé aux quartiers historiques et l’allemand apparaît peu visible [Fig. 3]. Nous sommes bien toujours en présence de trois langues principalement perçues (l’anglais, l’allemand, le hongrois) mais l’anglais domine les écrits urbains dans les représentations.

21Les questions de contrôle posées dans l’enquête permettent ici d’envisager une plus grande fiabilité des réponses. Si de mêmes précautions doivent être conservées pour Elisabetin, Iosefin et Freidorf que précédemment (il s’agit d’ailleurs des mêmes questionnaires, donc des mêmes étudiants répondant), les relevés de langues écrites dans les autres quartiers de la ville peuvent être corrélés avec une bonne connaissance de ces mêmes quartiers par les étudiants répondant.

Fig. 3. Représentations de la distribution des langues affichées dans Timisoara en 2007.

Fig. 3. Représentations de la distribution des langues affichées dans Timisoara en 2007.

Sondage auprès d’étudiants.

  • 13 Samuel Delépine, Quartiers Tsiganes. L’habitat et le logement des Roms de Roumanie en question, Par (...)

22L’ensemble de ces résultats doit être interprété avec mesure et distance au même titre que ce que nous posions pour les langues parlées dans la ville. Ainsi, la langue romani (des Roms), langue non écrite et peu audible dans la ville (d’après nos relevés personnels) est-elle citée à plusieurs reprises parmi les langues parlées certes, mais également parmi les langues écrites. L’expression de ces représentations doit nous mettre en garde quant à l’extrapolation de certains résultats d’enquête. Elle souligne également le poids des représentations dans la qualification de certains quartiers, périmètres ou îlots de la ville, au risque de la stigmatisation, rejoignant ainsi ce que dénonce S. Delépine au sujet des « quartiers tsiganes » en Roumanie13.

23Nous avons voulu confronter ces représentations avec des observations de terrain. Par rapport à la diversité des formes de signalétique, nous avons privilégié pour ces premiers relevés exploratoires les enseignes des commerces. Cette expression linguistique à travers les enseignes est caractéristique du poids des différentes langues dans un registre dominant qui est celui de l’affichage commercial, qui a une présence forte dans l’espace public de Timisoara.

24Nous avons effectué un premier relevé systématique autour de la place Unirii, un des lieux les plus prestigieux de la ville. Nous avons constaté l’aspect très international des enseignes (le roumain n’est exclusif que dans 3 cas sur 16), avec une présence encore plus affirmée de l’anglais (sur les enseignes de 11 commerces ou raisons sociales sur 16). Le français (bars et restaurants) et l’italien apparaissent également de manière significative (4 et 3 occurrences). L’allemand n’est présent que pour signaler la présence du lycée Nikolaus Lenau.

25Un second relevé, dans une rue très commerçante toute proche de la place de la Victoire, la rue Blaga. En 2007, sur 24 enseignes, la moitié comporte une référence à l’anglais, dont 3 exclusivement rédigées en anglais. Vient ensuite l’italien avec 6 références, à travers des patronymes et des marques qui sont des marqueurs d’italianité. La référence au français et à l’allemand est présente mais rare.

26Là encore, en 2013, les résultats sont sensiblement homogènes. Toutefois, les devantures du centre-ville se sont diversifiées. De nouvelles enseignes apparaissent, les langues et les alphabets se démultiplient, signes d’une internationalisation de certains commerces et services : en premier lieu l’alimentaire et la restauration, mais également les services financiers et les commerces textiles.

À travers l’exemple des affichages de la langue hongroise : une évolution de l’interculturel ?

  • 14 Entretien avec Calin Rus, directeur de l’Institut interculturel, mai 2007.

27Un des problèmes qui se pose aujourd’hui concrètement du point de vue du maintien de l’interculturalité à Timisoara, est celui de la présence magyare : « le problème que nous connaissons depuis quelque temps, c’est la diminution du pourcentage de Hongrois, ce qui représente déjà une menace pour la préservation de certaines institutions : c’est perçu par tout le monde… pas tout le monde mais presque… comme quelque chose de très négatif »14. Nous avons abordé cette question du point de vue de l’affichage des langues, qui est une expression privilégiée de cette présence culturelle.

  • 15 E. Bioteau, « Usages et symboliques des représentations spatiales en Roumanie post-communiste », in (...)

28Dans l’esprit des étudiants que nous avons interrogés, le hongrois reste bien présent, nous l’avons noté, dans l’espace urbain : en deuxième position à égalité avec l’allemand en termes d’affichage, en première position à égalité avec l’anglais du point de vue des langues parlées. Les représentations des étudiants en matière d’affichage de la langue hongroise [Fig. 3] sont conformes aux constats effectués par E. Bioteau quant à la présence des marqueurs de la présence magyare au début des années 200015, héritages d’une présence historique.

29On retrouve ainsi les quartiers historiques de Cetate, Fabrik, Elisabetin et Iosefin. Ce dernier quartier en particulier, apparaît être l’un des plus plurilingues du point de vue de l’affichage des langues aux yeux des étudiants, après le centre / cité (Cetate) et le quartier des résidences étudiantes (Complex), en référence explicite ou non à la langue hongroise.

  • 16 E. Bioteau, Des frontières et des hommes (…), op. cit., 2005, p. 272.

30Mais aucun des sondages sur le terrain que nous avons réalisés entre 2007 et 2013 ne nous a permis de relever la présence de la langue magyare au niveau des enseignes commerciales. Ni dans Cetate (Rue Blaga, place Unirii), ni dans le quartier Iosefin. Lors d’enquêtes conduites en 2003 et 2004, pourtant, E. Bioteau avait repéré des concentrations d’affichage hongrois notamment dans ce dernier quartier, Boulevard Regele Carol : « par l’usage du hongrois, une partie des devantures illustre une forte présence magyare »16. Des relevés effectués en mai 2006 et 2007 le long des artères commerçantes ne nous ont pas permis de retrouver cet affichage : comme si cet affichage du hongrois avait régressé en quelques années jusqu’à devenir résiduel.

31Les explications sont multiples. La première provient des transformations urbanistiques de la ville, de sa modernisation. Ainsi le Boulevard Regele Carol a fait l’objet d’une rénovation entre 2005 et 2006. Les commerces présents le long de l’artère ont eux-mêmes évolué, repensé leurs devantures et leurs affichages. La langue hongroise lorsqu’elle reste présente ne l’est plus que par quelques écriteaux multilingues – témoignage le plus courant du plurilinguisme local, mais d’un plurilinguisme hérité, supposé ? Dans le centre-ville, la rotation extrêmement rapide des commerces s’est accompagnée d’un effacement progressif, quasi généralisé, des langues historiques : l’allemand et le hongrois n’apparaissent plus que très rarement.

32Remobilisons ici l’hypothèse que la communauté hongroise serait visible à travers ses monuments principaux (églises, théâtre) mais aussi à travers l’affichage de la langue. Associer la présence de la langue hongroise aux quartiers Iosefin ou Elisabetin et au centre-ville n’est pas infondé, dans le sens où cette présence demeure à travers la signalétique monumentale ou institutionnelle : des plaques commémoratives en quatre langues sur le temple protestant de la place Marie, également quelques écrits devant le lycée de langue hongroise de la ville. Tous deux sont situés dans le quartier Iosefin. Si cette signalétique reste visible et semble perçue par les personnes interrogées, elle renvoie plus à un héritage en repli, qu’à une dynamique actuelle. De ce point de vue, le monument à Marie (place Marie) est tout à fait éloquent car les inscriptions visibles de la rue, qui datent de la restauration de 2007, sont en roumain. C’est sur le revers du monument que l’on trouve une plaque en hongrois, contemporaine de son érection.

33Cette présence de la langue hongroise n’est cependant pas limitée à ces formes du passé. L’affichage bilingue qui se déploie pour annoncer les manifestations du théâtre magyar, dont nous avons noté la présence par exemple dans le hall de l’hôtel de ville (mai 2007), illustre cette capacité à rendre encore visible une culture vivante et cette importance des institutions culturelles pour assurer une telle présence.

Discussion. Souligner les implicites pour mieux re-définir l’interculturel ?

34L’apparition de nouvelles langues écrites aux yeux des étudiants témoigne nous semble-t-il d’un renouveau de l’hétérogénéité culturelle dans la ville. Sans nécessairement qu’elles « cèdent la place », les langues historiques sont peu à peu rendues moins visibles du fait de la variété des écrits à présent visibles dans la ville. Les nouveaux commerces s’affichent par des formats d’enseignes de grande taille le plus souvent inscrites dans d’autres langues que le hongrois ou l’allemand.

35Les données collectées en 2013 sur ces représentations de l’écrit évoluent. Nous notons l’émergence d’une nouvelle polarité au nord du centre-ville, indissociable du centre commercial Iulius Mall. Si en 2013 l’anglais domine toujours dans les réponses à l’enquête et reste aussi diffus dans la ville qu’en 2007, si l’allemand et le hongrois sont également toujours cités et renvoient aux quartiers anciens de la ville (alors sous influences autrichienne puis hongroise), les étudiants sondés mettent également en avant le français et le serbe ainsi que, dans une moindre mesure l’italien. De nouvelles langues font également leur apparition : espagnol, arabe, langues asiatiques (chinois, japonais). Ces résultats traduisent l’accroissement de la variété des enseignes. Ils indiquent également un changement dans les représentations que se font les étudiants de l’interculturalité de leur ville. Celle-ci se renouvelle au travers de ces enseignes. Ce renouvellement signifie-t-il toutefois un changement en profondeur du pluralisme culturel : au risque de son effacement, confirmant ainsi les données du recensement lesquelles indiquent un repli démographique des principales minorités linguistiques ? Ou au contraire, faut-il y voir le signe d’un renforcement de la diversité culturelle de la ville ?

36En conclusion, ce ne sont pas les langues du multiculturalisme historique de la province qui aujourd’hui l’emportent sur le plan de l’affichage commercial, mais la langue véhiculaire dominante, l’anglais, ainsi que les langues associées à la présence (et à la réussite) commerciale et économique, notamment la langue italienne, la langue française… et dans certains secteurs de services tels la restauration ou l’habillement, des langues renvoyant à l’origine régionale des produits : des langues asiatiques, moyen-orientales.

  • 17 Antoine Bailly, « Les représentations en géographie », in A. Bailly, R. Ferras, D. Pumain, (dir.), (...)

37Il est intéressant de noter le décalage entre les représentations des étudiants, qui accordent semble-t-il plus d’importance aux langues historiques que sont le hongrois et l’allemand qu’elles n’en ont dans l’espace public, tout du moins sur le plan commercial. Nous sommes revenus sur cette question à travers l’exemple spécifique et révélateur du hongrois. Peut-on dire dès lors, en suivant A. Bailly, « en interrogeant les acteurs, ne peut-on pas faire découvrir aux hommes ce qu’ils ne voient plus, révéler leurs communautés et leurs territorialités implicites ? »17.

38L’un des implicites que nous soulevons provient de l’image véhiculée par la région Banat et par la ville de Timisoara car il semble se dessiner le mythe d’un Banat interculturel en Roumanie. Ainsi, nos enquêtes s’intéressent également à l’origine géographique des étudiants. Ceux qui proviennent de régions lointaines ont tendance à témoigner plus fortement de la diversité linguistique de la ville et de sa région, et ils sont également moins en mesure de fixer sur la carte les lieux où ces langues sont audibles ou lisibles, confirmant ainsi le poids des représentations culturelles et des imaginaires dans la lecture faite du pluralisme culturel local. L’image véhiculée d’un Banat multiculturel a toujours cours, notamment dans le reste du pays.

39Mais, cette particularité d’un multiculturalisme du Banat semble toutefois évoluer du point de vue de la visibilité des langues. Peut-on parler alors d’un creuset multiculturel dans lequel les langues pratiquées / affichées viennent à changer ? La tendance à l’effacement des langues historiques, au profit de l’anglais et, dans une moindre mesure, des langues d’une économie mondialisée soulève-t-elle un risque d’appauvrissement ?

40Le maintien d’un multiculturalisme large et des conditions de l’interculturalité passe à notre sens par un volontarisme affirmé qui tienne compte de ces évolutions sociolinguistiques de façon à mieux communiquer sur la diversité re-naissante, et qui envisage le risque d’un effacement démographique des minorités « historiques » de la ville, de façon à mieux accompagner le maintien de ces langues dans l’espace urbain : une sorte de patrimonialisation immatérielle, que les élus appellent de leurs vœux dans la perspective du titre de capitale européenne de la culture. Pour exemple : l’accroissement de la scolarisation d’enfants dans les lycées de langues allemande, anglaise ou française ne doit pas être un leurre. Ces établissements jouissent d’une bonne réputation. Ils sont gages d’ouverture internationale pour ces enfants et leurs familles qui envisagent, au-delà de l’enrichissement culturel immédiat, des possibilités d’emplois et d’une vie meilleure à l’extérieur de la Roumanie ; c’est donc là également l’un des dangers de cette promotion interculturelle : elle ne pourra pas se réaliser sans s’inscrire dans un projet de territoire à long terme, mais c’est là un autre sujet…

Notes

1 Ce texte se base sur des travaux d’enquête et analyse de terrains conduits par V. Veschambre et E. Bioteau en 2007, actualisés et complétés par E. Bioteau en 2010 et en 2013.

2 À ce sujet, se reporter à : Adriana Babeti et Cécile Kovacshazy, Le Banat : un Eldorado aux confins, Paris, « Cultures d’Europe Centrale », hors-série n° 4, Centre Interdisciplinaire de Recherches Centre-Européennes, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), L’Harmattan, 2007 ; Victor Neumann [édition bilingue], Identités multiples dans l’Europe des régions. L’interculturalité du Banat, Timisoara, Éditions Hestia, 1997 ; Cristina Stanculescu, Timişoara , un chantier identitaire aux confins de l’Europe, 40 p., 2008 [en ligne] : http://www.notre-europe.eu/media/Etud80-FE-Timisoara-fr.pdf.

3 Catalina Ancuţa-Sîrbovan, « Le Banat, archétype de la région multiethnique en Europe », in H. Goetschy, A-L., Sanguin, (dir.), Langues régionales et relations transfrontalières en Europe, Paris, « Géographie et Culture » L’Harmattan, 1995, p. 121-130 ; Remus Creţan, R., Etnie, confesiune şi opţiune electorală în Banat. Structuri teritoriale, tradiţie, actualitate [Ethnies, confessions et options électorales dans le Banat. Structures territoriales, traditions, actualités], Timisoara, Ed. Universităţii de Vest, 2006.

4 Dominique Schnapper, La relation à l’Autre. Au cœur de la pensée sociologique, Paris, nrf essais, Gallimard, 1998 ; Geneviève Vinsonneau, L’identité culturelle, Paris, Armand Colin, 2002.

5 Le chef-lieu du Timis est Timisoara. Extrait de http://www.cjtimis.ro/ (8-08- 2007).

6 Emmanuel Bioteau, Des frontières et des hommes. Approche des recompositions territoriales frontalières : l’exemple de l’Ouest roumain, Thèse de Doctorat de Géographie, à l’Université d’Angers, le 28 novembre 2005 ; Id., « L’interculturalité à l’épreuve des frontières intérieures », in N. Popa, (coord.), E. Bioteau, S. Pavel, R. Isfanescu, 2007, Banatul. Identitate. Dezvoltare. Colaborare regională [Le Banat. Identité. Développement. Collaboration régionale], Timisoara, Editura Mirton, Colecţia Clio, Timisoara, 2007, p. 47-80.

7 Nous évoquons un « sondage » pour qualifier la procédure de diffusion de questionnaires diffusés dans des classes de géographie de l’Université de l’Ouest de Timisoara. Les effectifs des échantillons collectés sont insuffisants en nombre et trop peu représentatifs pour que nous puissions considérer que ces questionnaires aient valeur d’enquêtes.

8 Thierry Bulot, « La double articulation de la spatialité urbaine : “espaces urbanisés” et “lieux de ville” en sociolinguistique », in T. Bulot, (dir.), Lieux de ville et identité (perspectives en sociolinguistique urbaine), Paris, L’Harmattan, 2004, p. 113-146.

9 Lorenza Mondada et Simona Pekarek Doehler (éds), Plurilinguisme. Mehrschprachigkeit. Plurilingualism. Festschrift pour Georges Lüdi. Tübingen, A. Francke Verlag, 2003, p. 13.

10 Fabrice Ripoll et Vincent Veschambre, « L’appropriation de l’espace comme problématique », in F. Ripoll et V. Veschambre (textes réunis par), L’appropriation de l’espace. Sur la dimension spatiale des inégalités sociales et des rapports de pouvoirs, Norois, Revue Géographique des Universités de l’Ouest, n° 195-2005/2, 2005, p. 7-15.

11 Paul Bauer, « Territoire et mémoire en Bohême : la gestion post-socialiste du passé allemand le long de la frontière germano-tchèque », Annales de géographie, 2012/4 n° 686, 2012, p. 367-386.

12 T. Bulot et V. Veschambre, « Sociolinguistique urbaine et géographie sociale : articuler l’hétérogénéité des langues et la hiérarchie des espaces », in R. Séchet et V. Veschambre (dir.), Penser et faire la géographie sociale. Contributions à une épistémologie de la géographie sociale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 305-324.

13 Samuel Delépine, Quartiers Tsiganes. L’habitat et le logement des Roms de Roumanie en question, Paris, L’Harmattan, Collection « Aujourd’hui l’Europe », 2007 ; Id., Atlas des Tsiganes. Les dessous de la question rom, Paris, Éditions Autrement, 2012.

14 Entretien avec Calin Rus, directeur de l’Institut interculturel, mai 2007.

15 E. Bioteau, « Usages et symboliques des représentations spatiales en Roumanie post-communiste », in F. Ripoll et V. Veschambre, op. cit., 2005, p. 93-107.

16 E. Bioteau, Des frontières et des hommes (…), op. cit., 2005, p. 272.

17 Antoine Bailly, « Les représentations en géographie », in A. Bailly, R. Ferras, D. Pumain, (dir.), Encyclopédie de géographie, Paris, Economica, FIG Saint-Dié des Vosges, 1995, p. 369-381.

Table des illustrations

Titre Fig. 2. Représentations de la distribution spatiale des langues parlées à Timisoara en 2007.
Crédits Sondage auprès d’étudiants.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13499/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Titre Fig. 3. Représentations de la distribution des langues affichées dans Timisoara en 2007.
Crédits Sondage auprès d’étudiants.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13499/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 531k

Auteurs

Université d’Angers École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon

École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par