Version classiqueVersion mobile

Aragon, romancier de la Grande Guerre et penseur de l’Histoire

 | 
Marie-France Boireau

4e partie. Écrire l’Histoire pour la penser

Chapitre 5 • Une Histoire pensée grâce au « discours dans la nuit des mots »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’important, l’essentiel n’est pas ce qu’on dit, mais ce qu’on cache à dire autre chose1.

Aragon a toujours refusé la distinction entre prose et poésie, entre roman et poème ; en 1963, il confie :

Je ne fais pas de distinction entre les poètes et les romanciers. Très souvent, les poètes m’ont donné moins de satisfaction poétique que certains romanciers. Il y a brusquement dans un roman, en pleine réalité quotidienne, une phrase, une page, comme une ouverture sur ce qui n’est pas le roman, sur ce qui est au-delà de lui, sur ce que nous appelons de façon abrégée poésie2.

Pourtant, en choisissant la forme romanesque, il pensait renoncer, selon ses propres dires, à la forme poétique. Commentant, en 1975, l’année 1935, il explique :

[…] renonçant à ce qui avait pu me sembler l’amorce d’un chemin nouveau depuis trois à quatre ans, je choisissais de parler autrement aux autres. […] Il y a dans ces jours-là de ma vie un certain pathétique, dont je ne sais si jamais il sera sensible à autrui […]...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search