Version classiqueVersion mobile

Aragon, romancier de la Grande Guerre et penseur de l’Histoire

 | 
Marie-France Boireau

4e partie. Écrire l’Histoire pour la penser

Chapitre 4 • Mythe et Histoire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les mythes […] attendent que nous les incarnions. Qu’un seul homme au monde réponde à leur appel, et ils nous offrent leur sève intacte1.

Ce n’est pas ici le lieu d’entrer dans une étude des relations complexes entre mythe, légende et Histoire. Ce qui importe, c’est la façon dont Aragon, élaborant sa pensée de l’Histoire, rend compte de certains récits, généralement transmis par la tradition orale ou écrite, qui peuvent s’apparenter au mythe et qui jouent un rôle important dans la constitution du lien social, dans la construction d’une identité, notamment l’identité de la classe ouvrière. Donnant à ces récits l’assise de la langue écrite, le romancier contribue au renforcement de ces mythes qui peuvent avoir une fonction mobilisatrice pour le lecteur. D’autre part, le roman commence à élaborer ce qui deviendra un mythe personnel, celui de la femme aux « yeux fertiles ».

Une définition du mythe s’avère difficile : si l’on se réfère à l’étymologie (du grec muthos), il désigne une « suit...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search