Version classiqueVersion mobile

Aragon, romancier de la Grande Guerre et penseur de l’Histoire

 | 
Marie-France Boireau

4e partie. Écrire l’Histoire pour la penser

Chapitre 3 • L’histoire pensée par analogie. De l’usage de la métalepse

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire linéaire, superficielle ne suffit pas à donner la profondeur1.

La pensée aragonienne de l’Histoire se construit par l’établissement d’analogies entre le présent et le passé. Il ne s’agit nullement d’effectuer des rapprochements hasardeux, laissant entendre que l’Histoire se répète, mais d’établir des analogies ou des effets de surimpression. Il y a là un mode d’écriture qui permet, tout en étant immergé dans l’Histoire, d’en être le témoin – la montée des fascismes en Europe dans les années trente – de tenir cette Histoire à distance, pour pouvoir la penser. Dans le même temps, l’écriture du passé, qui permet cet éclairage, se nourrit du poids sensible de l’expérience vécue, le temps passé devient « temps sensible » ; le représenter, l’écrire devient possible, il acquiert cette « profondeur du temps » que recherche l’écrivain. Double mouvement donc : éclairage du présent par le passé, passé rendu sensible et donc « scriptible » par l’expérience du présent.

Cependant, l’usag...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search