Version classiqueVersion mobile

Aragon, romancier de la Grande Guerre et penseur de l’Histoire

 | 
Marie-France Boireau

4e partie. Écrire l’Histoire pour la penser

Chapitre 2 • La difficile création d’un « héros positif », Armand

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Se réclamant du réalisme socialiste, Aragon se doit de créer un « héros positif » qui indique la voie à suivre, qui permette d’envisager la possibilité de la Révolution. Mais comment donner une consistance romanesque à un personnage chargé d’incarner une idéologie ?

Les énigmes de la conversion d’Armand

La « conversion » d’Armand aux valeurs du prolétariat pose, sur le plan de la vraisemblance romanesque, quelques problèmes. Elle est soudaine : lors de la manifestation du Pré-Saint-Gervais, l’auteur prend comme un malin plaisir à souligner son ignorance et de ce qu’il voit et de ce qu’il entend, et il lui faut un solide adjuvant, en la personne du vieux militant, pour lui expliquer la couleur des drapeaux, la signification des chants. Il se trouve quasiment comme Fabrice à Waterloo, mais Stendhal donne du poids à son personnage en multipliant les focalisations internes, alors qu’Aragon utilise peu cette technique du point de vue et fait peu entendre la voix d’Armand. En effet, il faut...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search