Version classiqueVersion mobile

Aragon, romancier de la Grande Guerre et penseur de l’Histoire

 | 
Marie-France Boireau

4e partie. Écrire l’Histoire pour la penser

Chapitre 1 • Écrire le « futur passé »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un problème essentiel est posé au romancier, celui de la mise en récit de ce que les historiens appellent le « futur passé1 ». Aragon se trouve confronté, sur le plan de la stratégie romanesque, au même problème que Marcel Proust écrivant À la Recherche du Temps perdu : le narrateur proustien sait ce qu’il a découvert au terme d’une longue initiation, à savoir que « la vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c’est la littérature2 » ; mais le « héros », qui vit un certain nombre d’expériences, ne le sait pas. Le romancier veille à préserver cette recherche du personnage, ses doutes, ses erreurs sur le chemin de la révélation finale. Les personnages d’Aragon ne savent évidemment pas que la guerre aura lieu ; ils peuvent, en fonction de leur conscience politique, en avoir la prémonition ou, au contraire, vivre dans un total aveuglement ; le narrateur, lui, sait que la guerre a eu lieu.

Dans la préface de 1964 des Cloches de Bâle, Ar...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search