Version classiqueVersion mobile

Aragon, romancier de la Grande Guerre et penseur de l’Histoire

 | 
Marie-France Boireau

4e partie. Écrire l’Histoire pour la penser

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sait-on ce que c’est qu’écrire ? Une ancienne et très vague mais jalouse pratique, dont gît le sens au mystère du cœur. Qui l’accomplit, intégralement se retranche1.

À plusieurs reprises, et dans des temps différents, Aragon a soutenu l’idée que pour penser, il fallait écrire. Il l’exprime pour la première fois, dans une lettre de 1920 à André Gide :

Un livre qu’on n’a pas écrit n’existe pas. Je serais tenté de dire : n’a pu être pensé. Et même que nous ne pensons à rien que nous ne l’ayons écrit au préalable, ou lu, ou entendu dire2.

Quasiment un demi-siècle plus tard, en 1969, il reprend cette idée : « Je crois encore qu’on pense à partir de ce qu’on écrit, et pas le contraire. Tout au moins les gens de ma sorte3 ».

Pour ce qui est de la pensée de l’Histoire, le roman aragonien nous semble fonctionner sur un paradoxe : en tant que roman historique voulant parfois démontrer une thèse, à savoir, comme le dit le narrateur des Cloches de Bâle, que le monde est mal fait et qu’il faut le ch...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search