Version classiqueVersion mobile

Aragon, romancier de la Grande Guerre et penseur de l’Histoire

 | 
Marie-France Boireau

3e partie. Penser l’Histoire, penser l’action

Chapitre 2 • Les possibilités de l’action : itinéraires des personnages et intelligibilité de l’Histoire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tourner l’invention romanesque vers l’avenir en suppose la vue1.

Le roman, genre polyphonique par excellence, ne fait pas entendre que la voix du narrateur pour exprimer une pensée de l’Histoire, même si cette voix est parfois omniprésente – trop présente – dans certains romans qui tendent vers la monophonie, comme Les Beaux Quartiers, ce qui laisse peu d’autonomie à certains personnages, comme Armand, dont la voix est quelque peu étouffée.

Pour le narrateur, l’Histoire est le plus souvent intelligible, surtout dans les deux premiers romans, mais son sens tend à se brouiller quelque peu dans Les Voyageurs de l’impériale et dans Aurélien, les interventions du narrateur exerçant sa fonction auctoriale se faisant de moins en moins nombreuses et les personnages « positifs » disparaissant quasiment.

Quelle intelligibilité les personnages ont-ils de l’Histoire, alors que le romancier travaille dans un contexte où la menace de guerre se fait de plus en plus prégnante, qu’il apparaît que la Gr...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search