Version classiqueVersion mobile

Aragon, romancier de la Grande Guerre et penseur de l’Histoire

 | 
Marie-France Boireau

3e partie. Penser l’Histoire, penser l’action

Chapitre 1 • Les acteurs de l’Histoire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire, c’est-à-dire les hommes qui la font1.

Les acteurs de l’Histoire peuvent être des figures singulières, mais ils représentent toujours un peuple qui les construit en tant qu’acteurs, que ce soit Jaurès qui incarne dans le roman à la fois le « peuple de France » pacifiste, puis tous ceux qui se révolteront contre un système oppresseur, ou Clara Zetkin qui incarne non seulement la classe ouvrière allemande mais, au-delà, comme Jaurès, l’espoir d’une internationale socialiste. Cependant, l’acteur porteur de l’espoir d’une révolution, pour Aragon, est le peuple lui-même.

Les « grands hommes » et les femmes…

L’expression « grand homme » est à relativiser car Aragon ne se situe pas exactement dans une perspective hégélienne : pour Hegel, penser l’Histoire, c’est reconnaître, sous les apparences du temporel et du passager, « l’éternel ». De cela, les grands hommes sont capables :

Ce sont les grands hommes historiques qui saisissent cet universel supérieur et font de lui un but ; ce s...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search