Version classiqueVersion mobile

Aragon, romancier de la Grande Guerre et penseur de l’Histoire

 | 
Marie-France Boireau

3e partie. Penser l’Histoire, penser l’action

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les philosophes n’ont fait qu’interpréter
diversement le monde, ce qui importe,
c’est de le transformer
1.

On pourrait dire, en paraphrasant Marx, que les romanciers n’ont fait qu’interpréter le monde, et que ce qui importe, c’est de le transformer. C’est bien un appel à cette transformation que lance le narrateur-auteur à la fin des Cloches de Bâle, quand il incite le lecteur à refaire un monde « mal construit2 », suggérant ainsi à ce lecteur de sortir du roman, pour devenir acteur dans le monde réel. Mais, pour que cette action ne soit pas fondée sur l’illusion lyrique, pour qu’elle soit éclairée, le roman propose une réflexion sur les conditions dans lesquelles elle peut s’exercer, en construisant quelques figures de « grands acteurs » historiques, Jaurès, Clara Zetkin, qui deviennent des personnages romanesques à part entière, au point de jouer un rôle déterminant dans la vie et l’action future de personnages fictifs. C’est ainsi que Jaurès devient le destinateur3 d’Armand Barbentan...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search