Version classiqueVersion mobile

Aragon, romancier de la Grande Guerre et penseur de l’Histoire

 | 
Marie-France Boireau

2e partie. Penser l’Histoire non événementielle

Chapitre 2 • Penser les cadres psychologiques et sociaux. Penser les mentalités

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le premier attrait de l’histoire des mentalités réside précisément dans son imprécision1.

Le concept de mentalité est assez difficile à définir dans la mesure où en est fait un usage abusif qui a vidé le mot de son sens. Il ne fait pas partie, au départ, de la discipline historique, mais est emprunté aux sciences sociales. L’histoire s’est appropriée cette notion en explorant « la psyché humaine à travers l’étude de l’évolution des comportements, des sensibilités, des représentations », en accordant la « prévalence […] aux idées et croyances des groupes sur celles des individus », en prenant en compte « non seulement des hypothèses conscientes mais aussi inconscientes », en insistant sur « la structure des croyances et sur leurs rapports mutuels par opposition aux croyances individuelles2 ». Ainsi élargie, la notion de mentalité est devenue « l’objet privilégié de la nouvelle histoire3 », celle de l’école des Annales, et fut reprise par des historiens comme Georges Duby, Robert Mandr...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search