Version classiqueVersion mobile

Aragon, romancier de la Grande Guerre et penseur de l’Histoire

 | 
Marie-France Boireau

2e partie. Penser l’Histoire non événementielle

Chapitre 1 • Penser une histoire économique et sociale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dès 1927, au tout début de son engagement marxiste, Aragon a pris conscience de l’importance des enjeux économiques dans l’Histoire :

[…] c’est pur aveuglement, et pour moi ce serait aveuglement volontaire que de croire qu’aucune forme de la vie, et par exemple de la pensée, fait aujourd’hui, ne peut aujourd’hui faire abstraction de la politique. […] Une fois que l’on a senti une telle chose, on appelle hypocrisie le fait de considérer abstraitement la pensée, qui n’existe pas comme telle, mais qui est concrètement avec ses pauses, ses sursauts, ses divagations, mais AUSSI ses conditions, et par exemple ses conditions économiques1.

L’importance de l’économie politique est suggérée, dans Les Voyageurs de l’impériale, par un commentaire quelque peu ironique du narrateur sur la conception que l’on avait de l’histoire dans l’enseignement, dans les années 1880 :

Dans les années quatre-vingt, un professeur d’histoire n’avait, pour l’agrégation, aucunement besoin d’étudier l’économie politiqu...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search