Version classiqueVersion mobile

Aragon, romancier de la Grande Guerre et penseur de l’Histoire

 | 
Marie-France Boireau

1re partie. Penser l’Histoire, penser l’événement

Chapitre 3 • Le dessous des cartes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce qui intéresse Aragon évoquant la Grande Guerre, ce n’est nullement la question des responsabilités, d’autant que l’issue a pu être perçue comme une défaite et non une victoire. Pourtant, les articles 231 et 232 du traité de Versailles disent clairement le droit et la justice en réponse à la violence meurtrière :

 

Article 231 : Les gouvernements alliés et associés déclarent et l’Allemagne reconnaît que l’Allemagne et ses alliés sont responsables, pour les avoir causés, de toutes les pertes et de tous les dommages subis par les gouvernements alliés et associés et leurs nationaux en conséquence de la guerre, qui leur a été imposée par l’agression de l’Allemagne et des ses alliés. […]

 

Article 232 : […] Les Gouvernements alliés et associés exigent […] et l’Allemagne en prend l’engagement, que soient réparés tous les dommages causés à la population civile de chacune des puissances alliées ou associées et à ses biens, pendant la période où cette puissance a été en état de belligérance av...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search