Version classiqueVersion mobile

Aragon, romancier de la Grande Guerre et penseur de l’Histoire

 | 
Marie-France Boireau

1re partie. Penser l’Histoire, penser l’événement

Chapitre 1 • Choix et traitements de l’événement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’on considère le sens étymologique du mot « histoire » qui dépend de la racine indo-européenne wid-weid signifiant « voir », l’Histoire qu’Aragon met en roman, c’est, en partie, celle dont il a été le témoin. Cela concerne essentiellement Aurélien et Les Communistes, mais aussi les derniers chapitres des Beaux Quartiers qui se situent en 1913 - Aragon a alors 16 ans- et la fin des Voyageurs, il a alors 17 ans. Lui-même le souligne :

C’est une des caractéristiques de ma vie soit dit en passant que je me sois toujours trouvé là quand il survenait quelque chose que, par la suite, on lira dans les manuels scolaires, réduit à des données imprévisibles lors de l’événement1.

Cependant, tout en accordant de l’importance au témoignage, Aragon en connaît sans doute les limites et ce n’est pas le plus souvent à partir de ce qu’il a vu qu’il écrit ; il recherche plutôt la bonne distance pour comprendre car « le temps de l’histoire se construit contre celui de la mémoire ; […] Il ne s’agit plu...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search