Version classiqueVersion mobile

Aragon, romancier de la Grande Guerre et penseur de l’Histoire

 | 
Marie-France Boireau

1re partie. Penser l’Histoire, penser l’événement

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Penser l’événement est un passage obligé pour construire une pensée de l’Histoire. Le traitement de l’événement dans le roman aragonien connaît des formes diverses : il peut s’agir du simple énoncé qui sert de toile de fond à la vie de personnages qui ne s’intéressent que très peu à l’Histoire, à la politique, même si leur vie personnelle est concernée par ces événements ; c’est le cas de la majorité des personnages des Voyageurs de l’impériale. À l’inverse, l’événement peut être conçu comme scène exemplaire, c’est le cas de la grève de Cluses dans Les Cloches de Bâle, comme lieu d’apprentissage de personnages comme la grève des taxis dans le même roman, ou la manifestation du Pré-Saint-Gervais dans Les Beaux Quartiers. L’événement peut aussi être révélateur de l’idéologie dominante d’une époque, comme l’Exposition universelle de 1889 dans Les Voyageurs de l’impériale.

L’événement, étymologiquement, est ce qui advient ; mais, souvent, on considère comme tel ce qui est inhabituel. Or,...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search