Version classiqueVersion mobile

La Flandre et les Flamands au miroir des historiens du royaume (xe-xve siècle)

 | 
Isabelle Guyot-Bachy

Chapitre 4. De Courtrai à Roosebeke

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La chronologie du chapitre qui s’ouvre tient entre deux dates : 1302, la nouvelle de la défaite de Courtrai retentit dans tout le royaume et la question flamande s’installe pour longtemps au cœur de la politique royale ; 27 novembre 1382, le jeune Charles VI remporte sur les Flamands révoltés la bataille de Roosebeke. Quinze mois plus tard, le 30 janvier 1384, le comte de Flandre, Louis de Male, s’éteint sans avoir réussi à mater la rébellion gantoise. Conformément aux termes des négociations qui avaient précédé le mariage de 1369, la Flandre passait, avec les comtés d’Artois, de Bourgogne, de Nevers et de Rethel, à sa fille Marguerite et à son gendre Philippe le Hardi1. Face au roi de France, la figure du comte de Flandre s’effaçait derrière celle du grand duc d’Occident.

Les quatre-vingts années qui séparent ces deux dates ont longtemps été regardées par les historiens comme le moment où le royaume de France, après une longue période de construction et de prospérité, avait sombré d...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search