Version classiqueVersion mobile

La Flandre et les Flamands au miroir des historiens du royaume (xe-xve siècle)

 | 
Isabelle Guyot-Bachy

Chapitre 3. La Flandre vaincue dans l’historiographie triomphante du XIIIe siècle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Deux images, tirées l’une et l’autre des chroniques, pourraient encadrer symboliquement la chronologie de ce chapitre. La première est brossée par Guillaume le Breton pour glorifier la victoire de Bouvines : le comte Ferrand ligoté sur un char et ramené par le roi à Paris. La seconde, moins élaborée car le temps a manqué, est notée par Guillaume de Nangis comme en post-scriptum de la traduction de sa Chronique abrégée des rois de France au début de l’été 1300 :

« Apres ce prist [le roi] la conte de Flandres que Gui de Dampierre le conte avoit desavoué tenir de luy. Et le mist en prison a Compiegne »1

L’intérêt des chroniqueurs à l’égard de la Flandre est fortement conditionné pendant tout ce XIIIe siècle par les relations conflictuelles entre le comte et son suzerain, le roi capétien. En ce sens, la victoire de Bouvines est l’aboutissement d’une chaîne d’épisodes qui pendant près d’un quart de siècle dans une tension progressive a conduit à la bataille décisive. Une fois le drame dé...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search