Version classiqueVersion mobile

La Flandre et les Flamands au miroir des historiens du royaume (xe-xve siècle)

 | 
Isabelle Guyot-Bachy

Chapitre 2. Des comtes puissants au prisme d’une histoire instrumentalisée par les princes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En trente ans de gouvernement, Baudouin V avait mis fin avec succès au repli de l’autorité princière en Flandre et son œuvre ne fut pas remise en cause par la crise de succession que sa mort ouvrit en 10671. Dès l’avènement de Robert le Frison, s’ouvrit pour les comtes de Flandre un siècle de prospérité qui allait leur permettre d’affirmer leurs prérogatives princières. Avec un bon demi-siècle d’avance sur les autres principautés, le comte Philippe d’Alsace disposait à la fin du XIIe siècle d’une chancellerie active, d’une administration financière chargée de collecter et de gérer les revenus domaniaux, d’institutions centralisées au service desquelles vaquait un personnel de plus en plus étoffé et compétent2.

La croissance du pouvoir politique s’adossa à la croissance économique du comté, à laquelle le comte participait. L’érection de digues, les travaux de drainages, les défrichements furent autant d’entreprises qui permirent un gain substantiel de terres3. L’initiative comtale dot...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search