Version classiqueVersion mobile

La Flandre et les Flamands au miroir des historiens du royaume (xe-xve siècle)

 | 
Isabelle Guyot-Bachy

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Bruxelles, le 11 juillet 2007. En cette fin d’après-midi, une ambiance festive anime le centre-ville. Sur la Grand-Place, des ouvriers achèvent le montage d’une scène de spectacle tandis que des techniciens font des essais de son et de lumières. Les enfants ravis se voient offrir des ballons et les touristes acceptent bien volontiers le petit fanion jaune orné du lion rampant noir qui leur est remis aux carrefours. Que fête-t-on ? Un organisateur, après avoir poliment décliné l’invitation à répondre en français, déclare en anglais qu’il s’agit de célébrer « une vieille bataille et la victoire remportée par les Flamands il y a bien longtemps sur le roi de France ». Nous y voilà : Courtrai, 11 juillet 1302, « jours saint Benoît », l’ost royal, au sein duquel figurent les plus grands noms du royaume et à leur tête Robert d’Artois, le propre cousin du roi, s’effondre dans les marais et les fossés sous les coups des milices urbaines et des paysans qu’il était venu châtier. « Évènement in...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search