Version classiqueVersion mobile

Le Royaume-Uni, l’Europe et le monde

 | 
Hubert Bonin
, 
Françoise Taliano-Des Garets
, 
Matthieu Trouvé

Quatrième Partie. Originalités et différenciation sociétale et culturelle

Le Royaume-Uni et les Journées européennes du patrimoine

Françoise Taliano-Des Garets

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’engouement pour le patrimoine révèle sans nul doute un besoin de repères et d’identité dans des temps de mondialisation et d’incertitude. La quête du passé des sociétés contemporaines, qui se manifeste par une inflation mémorielle, a été notamment analysée par Pierre Nora, sous ses aspects à la fois positifs et négatifs : « Il est clair que l’on est passé d’un âge du patrimoine à un autre, de l’âge historique à son âge mémoriel. D’un patrimoine de type national à un patrimoine de type symbolique et identificatoire. D’un patrimoine hérité à un patrimoine revendiqué. D’un patrimoine étatique à un patrimoine social, ou ethnique, ou communautaire. D’un patrimoine restreint à un patrimoine généralisé. »1

Ceci se vérifie dans la France2 des dernières décennies du xxe siècle et celle du début du xxie siècle mais également dans les autres États européens. Ainsi le Royaume-Uni, enclin au repli sur la Britannité3, n’y échappe-t-il pas. Si l’on en croit Bertrand Lemonnier, cela s’expliquerait...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search