Version classiqueVersion mobile

Le Royaume-Uni, l’Europe et le monde

 | 
Hubert Bonin
, 
Françoise Taliano-Des Garets
, 
Matthieu Trouvé

Quatrième Partie. Originalités et différenciation sociétale et culturelle

Michael Portillo : le meilleur leader que les Conservateurs… n’ont pas eu ?

Philippe Chassaigne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les historiens connaissent le « moment Guizot », révélé par Pierre Rosanvallon1 ; mais combien connaissent le « moment Portillo » (the Portillo Moment) ? L’expression désigne en fait le moment de l’élection générale (comprendre, en jargon politique britannique : les élections législatives) de 1997, où fut annoncé officiellement la défaite du député conservateur Michael Portillo à Enfield Southgate, au Nord-Est de Londres, face au travailliste Stephen Twigg. L’expression « Were you up for Portillo? » – que l’on peut traduire par « étiez-vous encore debout lorsque M. Portillo a perdu son siège ? » – en est venu à désigner ce moment de large réjouissance, dans la mouvance travailliste, où une figure de proue honnie vient à mordre la poussière. M. Portillo lui-même, qui avait affronté bravement l’hostilité palpable d’une large partie de la salle, commenta en 2010 que « [s]on nom [était] devenu synonyme de prendre de la merde en pleine gueule »2. Il faudra bien sûr s’interroger sur les r...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search