Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Royaume-Uni, l’Europe et le monde

 | 
Hubert Bonin
, 
Françoise Taliano-Des Garets
, 
Matthieu Trouvé

Troisième Partie. Le Royaume-Uni au cœur de rapports de force géopolitiques

De la Pax britannica à la Pax americana, ou l’histoire de relations internationales saisie par la théorie des relations internationales

Dario Battistella

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« En 1815, […] le Royaume-Uni dispose d’une force économique, coloniale et navale qui en fait une puissance sans rivale », écrit François-Charles Mougel dans son Histoire des relations internationales1. Un peu plus loin, il en déduit que, grâce au « leadership britannique » prévalant tout au long du xixe siècle, Londres « entend imposer au monde […] la “pax britannica” »2. Le terme de « leadership » revient pour décrire la position américaine au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, vue « la force écrasante »3 dont Washington bénéficie dans tous les domaines, et, à son tour, cette notion cède la place à l’expression « pax americana » présentée comme « une tentative d’organisation mondiale » entreprise par les États-Unis au sortir de la période de la Guerre froide4.

Partant de cette analyse de F.-C. Mougel, qui « se veut avant tout historique »5, notre contribution propose d’aborder le parallèle entre la pax britannica et la pax americana à partir de la discipline des relations int...

Auteur

Professeur de sciences politiques et de géostratégie à Sciences Po Bordeaux

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540