Version classiqueVersion mobile

Le Royaume-Uni, l’Europe et le monde

 | 
Hubert Bonin
, 
Françoise Taliano-Des Garets
, 
Matthieu Trouvé

Deuxième Partie. La puissance de la thalassocratie britannique

L’hégémonie du Royaume-Uni en Chine dans les années 1900-1930. Thalassocratie et puissance bancaire

Hubert Bonin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le cadre d’un projet d’évaluation de la stratégie, de la performance et de la compétitivité des banques françaises dans les concessions étrangères en Chine, il convient de mesurer auparavant l’intensité de la compétition. Or une évidence s’impose : chacun sait l’avance prise par les Britanniques dans le déploiement des formes « modernes » de l’impérialisme économique en Asie1 et surtout en Chine2, au-delà de leur empire colonial lui-même, sur le subcontinent indien surtout. Si les Français, missionnaires catholiques (Jésuites) et, parfois marchands, avaient pris pied en Chine, si les consuls et l’ambassadeur français encourageaient souvent le gouvernement à des initiatives destinées à y développer l’influence nationale3, leur positionnement et leur poids restaient faibles dans les deux premiers tiers du xixe siècle, qu’on a pu qualifier de « siècle britannique »4.

Il aura fallu attendre véritablement les années 1860-1900 pour que, peu à peu, un impérialisme français prenne corps...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search