Version classiqueVersion mobile

Le Royaume-Uni, l’Europe et le monde

 | 
Hubert Bonin
, 
Françoise Taliano-Des Garets
, 
Matthieu Trouvé

Deuxième Partie. La puissance de la thalassocratie britannique

Le modèle britannique dans le Pacifique insulaire au xixe siècle. Trois influences paradoxales : Tahiti, Hawaii et Tonga

Claire Laux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le modèle britannique est, au xixe siècle, on pourrait presque dire spontanément, perçu dans les îles du Pacifique comme un symbole de civilisation, plus qu’aucun autre modèle occidental. On peut se demander les raisons de ce prestige probablement dû en partie au rang de première puissance mondiale et thalassocratique, tenu par la Grande-Bretagne durant tout le xixe siècle. Mais joue aussi peut-être aussi la nature même de ce modèle, une monarchie constitutionnelle pérenne dans laquelle le souverain est chef de l’Église, plus à même de séduire des sociétés océaniennes fortement hiérarchisées et attachées au principe monarchique que le système démocratique américain ou la succession de régimes et d’expériences politiques que connaît la France à la même époque. Cette influence britannique est plus évidemment perceptible dans les royaumes polynésiens centralisés que dans les états mélanésiens au pouvoir politique plus émietté. Les cas de Tahiti, des Hawaii et des Tonga semblent ici par...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search