Version classiqueVersion mobile

Le Royaume-Uni, l’Europe et le monde

 | 
Hubert Bonin
, 
Françoise Taliano-Des Garets
, 
Matthieu Trouvé

Première Partie. L’osmose entre les îles britanniques et l’Europe continentale

L’exil anglais du comte de Paris sous la IIIe République (1886-1894)

Philippe Loupès

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’époque de la IIIe République, trois prétendants orléanistes se sont succédé : le comte de Paris (1838-1894), « Philippe VII », son fils Philippe, duc d’Orléans (1869-1926), « Philippe VIII », et son neveu Jean, duc de Guise (1874-1940), « Jean III ». Les deux premiers ont surtout résidé au Royaume-Uni1. Notre étude est fondée pour l’essentiel sur des mémoires d’aristocrates orléanistes, plus particulièrement les journaux secrets écrits par le marquis et la marquise de Breteuil, récemment publiés2. Ce couple très uni est intime de la famille du comte de Paris. Poussée par une phtisie galopante et par la curiosité politique, Constance de Castelbajac tient pendant quelques mois un journal « à chaud », que son mari, éploré après son décès précoce, poursuit pendant trois ans, en un devoir de mémoire. Les deux diaristes font preuve l’un et l’autre de dons d’observation aigus et de talents d’écriture remarquables. Les années 1885-1889 sont les années clés pour analyser l’exil anglais d...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search