Version classiqueVersion mobile

Le Jeu d’Orchestre

 | 
Marie-Pierre Lassus
, 
Marc Le Piouff
, 
Licia Sbattella

III. PRENDRE SOIN

La corporéité, une posture politique

Scheherazade Zambrano

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une vue de l’orchestre, croquis pris lors d’une séance du Jeu d’Orchestre.

Image

Centre de Détention de Bapaume, Quartier Hommes, 29/10/12 – 02/11/12, crayon de papier sur cahier à spirales A4.

Arch. Graph. | Croquis || Arch. Jd’O. ||| E.D. 2013.

Cet article développe l’idée que notre corporéité, entendue comme corps lié à son milieu, est une posture politique quand elle est une présence dynamique en temps et en espace. Le Jeu d’Orchestre ou « orchestre participatif », en tant que dispositif artistique de libération, offre la possibilité de la mettre en œuvre et de découvrir des tonicités, attitudes et positions corporelles nouvelles dans des corpographies qui redéfinissent nos postures politiques dans nos façons d’être-au-monde. Mais pourquoi parler de corps dans un dispositif musical tel que le Jeu d’Orchestre ? José Antonio Abreu, fondateur et directeur du Sistema1 au Venezuela, définit l’orchestre comme une communauté dont l’objectif est de se concerter :

Un orchestre est une communauté d...

Auteur

Chorégraphe, doctorante à Lille 3, boursière du FONCA-CONACYT (Mexique)

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search