Version classiqueVersion mobile

Filles et garçons des cités aujourd’hui

 | 
Carine Guérandel
, 
Éric Marlière

Partie 1. Au-delà du stigmate « jeunes des cités », des filles et des garçons aux expériences plurielles

Quand les filles emploient la force. Les effets de l’oppression masculine en contexte populaire

Pauline Beunardeau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le rapport au corps robuste et vigoureux dans les classes populaires a souvent été examiné du point de vue des enjeux de virilité1, autrement dit comme une façon pour certains hommes de construire et de consacrer l’écart avec les propriétés culturellement attribuées aux femmes et par là, de prétendre à l’honneur tant individuel (dans un cadre compétitif) que collectif (sous l’égide d’une solidarité de genre). En effet, dans un contexte de domination culturelle, économique et politique, l’investissement de la puissance physique comme instrument de pouvoir sur les femmes2 et comme « valeur-refuge » semble, « pour une fraction au moins des jeunes [hommes] de milieu populaire, consitue[r] le seul capital opposable, la seule propriété qu’ils puissent mettre en avant pour se définir »3.

Notre question surgit ici : si, dans les territoires marginalisés, la force prend son sens en tant qu’elle est une affaire de privilège et de compétition virils, que viennent faire les filles sur ce terrain...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search