Version classiqueVersion mobile

Proses du monde

 | 
Nelly Wolf

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La lecture du texte romanesque découvre un imaginaire linguistique lui-même indicatif d’un imaginaire social. Cela ne signifie pas que l’écriture soit adaptée à son contenu social, ni que le contenu sécrète son écriture. Pour comprendre le type de relation instauré entre ces deux instances, il faudrait plutôt affirmer, avec Philippe Dufour, qu’il existe « une pensée romanesque du langage »1, ou plus encore, avec Bruno Blankeman, que « la langue fait fiction »2. À ces expressions, il convient cependant d’apporter aussi quelques nuances. Un imaginaire de la langue romanesque ne suppose pas seulement que le roman prend sa prose pour objet d’intrigue, de rêverie ou de réflexion, mais que la langue des romans raconte elle aussi une histoire, fabrique elle-même une fiction, et que cette histoire, cette fiction reprend, commente, interprète ou parfois contredit et fait bégayer l’histoire prise en charge par une narration, incarnée par des personnages et explicitée par des discours.

Malgré l...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search