Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Proses du monde

 | 
Nelly Wolf

Troisième chapitre. Désengagement

2. Un roman mal engagé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la surchauffe politique des années trente, André Gide met en scène le reflux du désir politique à travers les procédures énonciatives de son roman Geneviève. Ce pas en arrière traduit l’ambiguïté du parcours gidien. En effet, aux lendemains de la première guerre mondiale, l’auteur des Nourritures terrestres représente, avec la NRF qu’il a fondée, « le dernier bastion de la littérature pure »1. Pourtant, pendant une dizaine d’années, entre la publication de son Voyage au Congo (1926) et celle de son Retour d’URSS (1936), André Gide a occupé la position et la posture d’un écrivain engagé. Dès le début des années trente, il se rapproche des communistes, exprime son intérêt pour la révolution russe et sa sympathie pour le régime des Soviets. En 1933, il adhère au comité Amsterdam-Pleyel, rassemblement antifasciste animé par Henri Barbusse et Romain Rolland. C’est, jusqu’à la rupture de 1936, le compagnon de route idéal, le grand intellectuel gagné à la cause de la paix et de la rév...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540