Version classiqueVersion mobile

Proses du monde

 | 
Nelly Wolf

Deuxième chapitre. Migrations

5. La cicatrice ou le visage de l’exil

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En janvier 1966, Georges Perec, qui vient d’obtenir le prix Renaudot pour Les Choses, est interrogé par L’Arche. À la question : « Êtes-vous touché par quoi que ce soit qui concerne les Juifs […] ? », le jeune écrivain répond : « Franchement, non. Écoutez, j’ai été secoué par la guerre. Je m’en suis sorti, et c’est au détriment d’une certaine sensibilité “juive” »1. Ainsi Perec demande, au diapason d’une époque qui pratique l’amnésie d’État2, qu’on le laisse tranquille avec la guerre et le judaïsme. La catastrophe de la seconde guerre mondiale a provoqué chez lui une rupture ou un rejet du récitatif juif. Pourtant, malgré ses dénégations, il entreprend dans son œuvre le cryptage d’une histoire familiale liée au destin du peuple juif. Profitant des jeux oulipiens, ses textes accueillent la présence clandestine de signifiants personnels. Ces « formulations de l’intime », pour reprendre l’expression de Christelle Reggiani3, reposent sur le nombre, la lettre, les signes de ponctuation. ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search