Version classiqueVersion mobile

Proses du monde

 | 
Nelly Wolf

Deuxième chapitre. Migrations

3. L’Imaginaire linguistique d’Albert Cohen

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Albert Cohen fait partie de ces écrivains dont la langue d’usage n’est pas la langue maternelle. Né en 1895 dans la communauté juive de Corfou, il émigre à Marseille avec ses parents à l’âge de cinq ans. Jusqu’à cette date, il parle le dialecte judéo-vénitien. L’insécurité du locuteur francophone, l’infraction linguistique sont des thèmes qui parcourent aussi bien son œuvre autobiographique que ses œuvres de fiction. Dans Le livre de ma mère il rappelle qu’il était « un écolier pourvu d’un accent si oriental que mes camarades du lycée se gaussaient lorsque je faisais d’ambitieux projets de baccalauréat […] »1. Dans ÔVous, frères humains, évoquant le jour de ses dix ans et la rencontre avec un camelot antisémite, il signale « combien le merveilleux langage français était plaisant au petit étranger débarqué de son île grecque à cinq ans et qui le parlait encore si mal »2. Solal bégaye devant Adrienne de Valdonne « parce que […] il craignait de faire des fautes de syntaxe […] »3. Avec ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search