Version classiqueVersion mobile

Proses du monde

 | 
Nelly Wolf

Deuxième chapitre. Migrations

1. Langue littéraire et langue nationale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il existe une longue connivence, en France, entre la langue littéraire et la langue nationale. Aussi, lorsque la langue littéraire se dissocie de la langue haute, ne se sépare-t-elle pas de la langue nationale. Elle revendique au contraire en se rapprochant de l’usage commun une plus grande fidélité à l’essence de la langue française. Les écrivains des années trente qui opèrent le tournant du « roman parlant » sont attentifs aux analyses des linguistes et des grammairiens affirmant, tels Bally ou Vendryès, que le français se réalise avant tout dans la norme parlée. Ramuz, Giono, Queneau, et à un moindre degré, Céline, postulent, selon l’expression de Philippe Roussin, « la réconciliation du langage privé de l’écrivain, du langage distinct de la littérature et du langage ordinaire de la communauté »1.

La langue nationale est la langue utilisée sur un territoire national doté des attributs de la souveraineté. Sous l’Ancien Régime, elle tend à s’identifier à la langue haute et à la lang...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search