Version classiqueVersion mobile

Ruines de l’utopie. Antoine Volodine, Olivier Rolin

 | 
Mélanie Lamarre

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est parce qu’il a gardé la mémoire de ce qui existait avant (avant aujourd’hui, avant le présent), et qu’il n’observe rien sans la lueur étrange, à la fois grave et drôle, que cette mémoire jette sur toutes choses, que le roman explore le monde et la nature humaine comme aucun savoir ni aucun autre art ne l’explorent1.

Dans Les Grandes Disparitions, Isabelle Daunais remet en question l’habitude que nous avons « d’associer le roman à la nouveauté2 », du fait non seulement qu’il est le genre le plus récent de la littérature et le plus libre de contraintes, mais aussi que sa naissance est « indissociable de l’avènement de la modernité, c’est-à-dire des questions nouvelles que pose à l’individu le fait d’habiter dans un monde désenchanté, au sein duquel les dieux n’interviennent plus, et où tout, sans exception et jusqu’au vertige, est inachevé, variable, mobile3 ». Inséparable de la naissance du monde moderne, le roman – devenu prédominant dans le monde des lettres – entretiendrait un...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search