Version classiqueVersion mobile

Ruines de l’utopie. Antoine Volodine, Olivier Rolin

 | 
Mélanie Lamarre

Troisième partie. Des utopistes endeuillés affrontés au présent

Chapitre 6. Olivier Rolin : itinéraires d’un sujet mélancolique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’instar d’Antoine Volodine, Olivier Rolin apparaît comme un utopiste endeuillé travaillé par la mélancolie. S’il ne s’enferme pas comme son acolyte dans un univers littéraire parallèle et autotélique, ses fictions reflètent bien la solitude de l’écrivain qui ne se reconnaît pas dans le monde contemporain et qui reste hanté par les chimères du passé. Refusant de se poser comme un guide, l’écrivain conçoit l’écriture comme une aventure intimiste par laquelle s’interroger sur sa propre identité tout en méditant l’existence humaine et le cours des choses. La littérature possède ainsi d’une dimension philosophique qui la relie sans cesse au monde. Elle est un moyen de l’habiter, de le penser, en se préservant des excès de la radicalité politique.

L’écrivain y creuse un malaise persistant, celui de son inadéquation au contemporain. Ses narrateurs tiennent des propos polémiques à l’égard de notre société. Mais ces propos ne sont pas le point de départ d’une entreprise de réformation du m...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search