Version classiqueVersion mobile

Ruines de l’utopie. Antoine Volodine, Olivier Rolin

 | 
Mélanie Lamarre

Troisième partie. Des utopistes endeuillés affrontés au présent

Introduction troisième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Imagination d’une société idéale, l’utopie possède une double nature que Thomas More avait déjà soulignée. Harmonieuse et séduisante, l’utopie est redoutable parce qu’elle refuse l’imperfection – donnée aussi inaliénable à la condition humaine que sa perfectibilité. Au XXsiècle, l’utopie collectiviste suscita les enthousiasmes, mobilisa les énergies, réveilla l’aspiration collective à l’héroïsme. Mais elle prit aussi un aspect monstrueux : celui de l’avènement du règne de l’Un au détriment de l’expression démocratique de la pluralité. Antoine Volodine et Olivier Rolin passent au crible de l’ironie des idéologies dont ils soulignent la dimension à la fois narrative et affective, dont ils mettent en valeur les approximations et les erreurs, les contradictions et les dangers. Mais ils rappellent également les beautés et les grandeurs de l’idéal. Attrait de l’épopée, appel prométhéen à la grandeur et au dépassement de soi, désir fondamental d’harmonie sensible : tels furent les échos ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search