Version classiqueVersion mobile

Ruines de l’utopie. Antoine Volodine, Olivier Rolin

 | 
Mélanie Lamarre

Deuxième partie. Le « passé d’une illusion ». De la déprise du politique à la mémoire du politique

Chapitre 4. Olivier Rolin : « Paradise lost » ou le deuil impossible de l’engagement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Olivier Rolin conçoit lui aussi l’idéologie comme un texte qu’il s’agit de relire pour en débusquer les artifices et les mensonges. Interrogeant la sémantique et la rhétorique de l’idéologie « maoïste » à laquelle il avait si passionnément adhéré, il révèle les fantasmes individuels et collectifs qu’elle exprimait. La fiction romanesque souligne les dangers de la « fiction idéologique », croyance dangereuse qui aurait pu conduire le militant qu’il était au meurtre et au crime. Mais plus qu’Antoine Volodine, Olivier Rolin semble « stupéfait devant l’énigme de son identité1 », comme l’écrit Milan Kundera à propos de Cioran dont l’œuvre manifeste l’effroi à l’égard des errements idéologiques de sa jeunesse. C’est pourquoi sa relecture critique du Grand récit socialiste ne prend forme que dans l’écriture de soi, par laquelle il s’interroge lui-même à l’épreuve des mots et du monde, et revient sur son passé pour en déchiffrer le mystère. Les romans roliniens mettent en scène des narrateu...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search