Version classiqueVersion mobile

Ruines de l’utopie. Antoine Volodine, Olivier Rolin

 | 
Mélanie Lamarre

Deuxième partie. Le « passé d’une illusion ». De la déprise du politique à la mémoire du politique

Introduction deuxième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les œuvres d’Antoine Volodine et d’Olivier Rolin, l’espace et le temps contestent les représentations charriées par l’utopie collectiviste. Mais ce sont aussi les personnages et le caractère interdiscursif du roman – sa capacité à intégrer et à transformer des discours idéologiques qui lui préexistent – qui remettent en question ce que l’historien François Furet a nommé le « passé d’une illusion ». Olivier Rolin aborde l’écriture romanesque comme un exercice de la pensée et confère à ses livres une dimension essayistique. Ses narrateurs sont des philosophes bavards et incertains, qui s’affrontent à des idéologies qui ne leur semblent plus (ou pas) prendre en charge adéquatement la réalité sociale. Ils ne cessent de dialoguer avec un discours certes non littéraire mais dont les caractéristiques furent assurément romanesques : la geste manichéenne du Grand récit socialiste. Les fictions roliniennes enserrent dans leurs tours et leurs détours les présupposés, les représentations, ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search