Version classiqueVersion mobile

Ruines de l’utopie. Antoine Volodine, Olivier Rolin

 | 
Mélanie Lamarre

Première partie. Le meilleur des mondes ? L’utopie à l’épreuve de l’espace et du temps romanesques

Chapitre 2. Olivier Rolin et le « sens » de l’histoire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’automne soixante-huit, Olivier Rolin, alors élève à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm et membre de l’Union de la Jeunesse Communiste marxiste-léniniste, participe à la fondation de la Gauche prolétarienne, dont Benny Levy apparaît comme la figure de proue. Les membres de ce petit groupe analysent Mai soixante-huit comme le début d’une lutte ouvrière qu’il faut encourager, et prennent pour modèle la Chine révolutionnaire de Mao. Les « maos » pratiquent « l’établissement » : ils s’embauchent en usine pour mieux comprendre les réalités de vie des prolétaires et éveiller les masses à l’action politique1. Ils animent également des coups d’éclats, parmi lesquels le pillage d’un magasin Fauchon suivi d’une redistribution aux immigrés des bidonvilles de Nanterre, ou le vol de 25 000 billets de métro offerts aux ouvriers. Leur journal, La Cause du peuple, reçoit le soutien de Sartre. Hervé Hamon et Patrick Rotman relatent dans Génération2, vaste fresque documentaire à mi-chemin ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search