Version classiqueVersion mobile

Ruines de l’utopie. Antoine Volodine, Olivier Rolin

 | 
Mélanie Lamarre

Première partie. Le meilleur des mondes ? L’utopie à l’épreuve de l’espace et du temps romanesques

Chapitre 1. Antoine Volodine et la fiction apocalyptique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Le XXsiècle malheureux est la patrie de mes personnages […], c’est le monde noir qui sert de référence culturelle à cette construction romanesque1. » Dans ses œuvres comme dans le discours entourant ses œuvres, Antoine Volodine rappelle la place centrale qu’y occupe la « grande histoire » et pousse le lecteur à s’interroger sur les modalités de sa mise en scène. Le refus du roman réaliste dans la tradition qu’en a légué le XIXsiècle définit pourtant toute l’œuvre d’Antoine Volodine. L’auteur lui préfère la « fiction distanciée2 », qui selon Darko Suvin désigne un type de fiction qui crée un cadre spatio-temporel, voire des protagonistes différents de ceux du monde empirique. La représentation de l’histoire s’en trouve naturellement affectée. Espace et temps font l’objet d’un brouillage référentiel : « Tout ce qui est historique, tout ce qui est géographique aussi, est systématiquement décalé, reformulé […] » (HD, 40). Cependant, le décalage et la reformulation maintiennent imp...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search