Version classiqueVersion mobile

Ruines de l’utopie. Antoine Volodine, Olivier Rolin

 | 
Mélanie Lamarre

Première partie. Le meilleur des mondes ? L’utopie à l’épreuve de l’espace et du temps romanesques

Introduction première partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les romans d’Antoine Volodine et d’Olivier Rolin accélèrent le travail de deuil à l’encontre de l’utopie collectiviste qui occupe la société française à partir du milieu des années soixante-dix. Cette remise en question passe par une mise en scène fictionnelle qui joue avec la tradition de la littérature anti-utopique illustrée par H.G. Wells, Aldous Huxley, Evgueni Zamiatine ou George Orwell. Le premier roman d’Olivier Rolin, Phénomène futur, se propose ainsi comme une « anamorphose » de notre époque et nous projette dans une étrange cité en décadence, Ur. Les romans d’Antoine Volodine possèdent tous pour cadre des univers parallèles dont l’onomastique composite ainsi que les contours exotiques dépaysent le lecteur. En choisissant d’écrire l’histoire par le détour de mondes imaginaires, les deux auteurs s’inscrivent dans la riche lignée des textes littéraires qui ambitionnaient de démentir les utopies collectives en vogue dans la société de leur temps.

Marc Angenot rappelle les enje...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search