Version classiqueVersion mobile

Poésie brève et temporalité

 | 
Makiko Andro-Ueda
, 
Toshio Takemoto
, 
Jessica Wilker

Espaces dans et hors du temps : Interstices, esquisses et fragments

Écrire « à l’instant de l’éclair » : Du domaine (1977) d’Eugène Guillevic et la poétique des « quanta »

Vincent Zonca

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction. Poétique et physique du quanta : l’aboutissement d’un lyrisme minimal

Depuis le recueil Terraqué, publié en 1942 tout comme Le parti pris des choses de Ponge, Guillevic n’a eu de cesse de rechercher une économie spectaculaire de l’expression, l’éclat d’une forme minimale. Cette démarche s’inscrit dans la modernité poétique. Dès le romantisme, en passant par Baudelaire ou Laforgue, le poète a cherché à travailler le lyrisme au rabot, à trouver un nouveau souffle dans la syncope. « Dans le domaine que je régis, / On ne parle pas du vent1 », pose le premier poème du recueil Du Domaine (1977).

Ce travail du chant contre le chant, contre l’effusion de la subjectivité, caractérise précisément l’écriture guillevicienne en ce qu’elle cherche à traduire objectivement le réel perçu ou rêvé. Ce lyrisme de la « marée basse », de la rugosité minérale de la Bretagne originelle, impliquant l’« effraction » du sujet, est revendiqué :

J’ai commencé à écrire contre le lyrisme. […] Je me su...

Auteur

ENS de Lyon

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search