Version classiqueVersion mobile

Poésie brève et temporalité

 | 
Makiko Andro-Ueda
, 
Toshio Takemoto
, 
Jessica Wilker

Haïku et poésie occidentale – Le temps du voyage

« Comme un éclair qui flotte » – Durs Grünbein et L’Éloge du typhon

Jessica Wilker

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La forme brève, dans la Nature, est la foudre1.

Dans son ouvrage dédié aux « Petites formes en prose », Florence Delay emploie l’image de la foudre pour symboliser la brièveté. Ce qui m’intéresse ici, c’est une « petite forme en poésie », moins linéaire, moins horizontale que la prose (qui, étymologiquement et contrairement à la foudre, « va en droite ligne »), poésie qui, sans les renier, infléchit les caractéristiques habituellement attachées à la foudre. Je vais, pour essayer d’établir un rapport entre la poésie brève – s’inscrivant dans l’héritage du haïku – et le sentiment de dissolution du temps qui résulte autant de l’écriture que de la lecture d’un poème bref, m’appuyer sur le recueil L’Éloge du typhon2 de Durs Grünbein. Ce recueil rassemble quatre journaux de voyage au Japon, écrits en allemand et empruntant la forme du haïku (ou, plus rarement, du tanka). Le troisième de ces journaux donne son titre à l’ensemble du recueil et porte comme sous-titre « Journal d’une visite-éc...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search